L'éruption volcanique en Islande

paralyse aujourd'hui le trafic aérien

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir


Il y a 227 ans le 8 juin 1783 un autre volcan islandais , appelé Laki, s'était réveillé et cela eut des conséquences extrêment graves. Il y eut plus de 10.000 morts en Islande qui ne comprenait qu'une population à l'époque de 50.000 habitants, ce fut une réelle hécatombe, cela entraîna également de nombreux décès en Europe, on parle de dizaines de milliers de morts sur toute l'Europe, et cette éruption de 1783 peut-être considérée comme la plus grande catastrophe de l'histoire de ce pays d'Islande.
Ce terrible Laki est situé exactement dans la région de celui d'aujourd'hui appelé EYJALLAJOKULL un nom certainement difficile à prononcer pour qui n'est pas islandais !

Pendant huit mois les cratères du Laki ont envoyé des kilomètres de lave sur tout le pays autour de lui, et des gaz toxiques si importants que tout l'hémisphère Nord sans exception en a ressenti les pénibles effets.Cette grande quantité de gaz forma un nuage d'acide sulfurique qui parcourut, poussé par un anticyclone, d'importantes distances et s'étendit sur les pays du Nord de l'Europe, France, Allemagne, Angleterre.. et plusieurs autres encore. Un nuage de poussière recouvrit la France aux deux tiers et se déposa au sol.

Dans les champs les agriculteurs qui le respiraient, mouraient rapidement, sans savoir pour quelle raison, car personne ne savait à cette époque-là ce qui se passait au-dessus de la tête des gens. Il y avait un épais brouillard irrespirable et ceux qui l'inhalaient, s'étouffaient très vite. Il a pu être évalué à environ 20.000 personnes qui moururent en Angleterre, les conséquences en ont donc été particulièrement importantes et très graves, ceux qui ne mouraient pas en respirant les gaz toxiques moururent malheureusement plus tard parce que les sols ,les cultures, tout était contaminé, les animaux qui mangeaient cette herbe empoisonnée, mouraient, et la famine s'installa de ce fait.Les moutons le vaches, les chevaux, les moutons périrent, les Islandais trouvèrent à se nourrir grâce au poisson, et à cette morue qu'il y avait en abondance,que le Danemark leur envoyait en secours. Cette histoire est si tragique qu'elle a marqué à jamais ce peuple d'Islande, elle reste gravée dans leur mémoire à tel point que les enfants apprennent tous la géologie des volcans, mais aussi ce que veut dire l'expression: " la difficulté de brume." On leur explique que quelles que soient les difficultés de la vie, rien ne peut être comparable à cette difficulté-là ! Cela amena par voie de conséquences de nombreux Islandais à traverser l'Atlantique pour y émigrer, puisque chez eux la vie était devenue fort difficile..
Les difficultés cette année-là, étaient déjà nombreuses et assez catastrophiques, mais il s'y rajouta le réveil d'un autre volcan, cette fois au Japon, il fut également en éruption du 9 mai au début août 1783 dont les projections atteignirent la stratosphère. Ce sont ces deux éruptions en même temps, qui furent particulièrement grave car cela eut lieu de deux côtés de l'hémisphère Nord ce qui a certainement pu entraîner un changement climatique, des pluies acides, de mauvaises récoltes, des hivers plus rigoureux, de la famine dans tous ces pays atteints, de ce fait les vulcanologues vont jusqu'à dire que ce sont ces éruptions volcaniques qui ont été la cause de la Révolution Française de 1789... six ans après! Les vulcanologues le disent, mais les Historiens expliquent quant à eux, d'autres causes plus précises, même s'ils ne rejettent pas les famines comme une de ces causes ..

Le risque encouru aujourd'hui, d'aprés les scientifiques et vulcanologues, c'est la crainte que cette éruption ne réveille le volcan qui se trouve à côté, le Katla, situé sur un glacier, une telle éruption ferait fondre la glace et il y aurait de très importantes inondations ce qui amènerait une catastrophe d'envergure.

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir151 articles

  • 281 111

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    28 avril 2010

    Pour ceux qui voudraient pouvoir se rappeler et prononcer le nom de ce volcan complètement imprononçable, voici un moyen mnémotechnique pour le retenir :
    dites simplement :
    " Eh ia fiala yogourt" !

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    25 avril 2010

    Si vous avez un petit moment allez regarder ces images extraordinaires de ce terrible EYJAFJALLAJOKULL, à la fois effrayantes, en pensant bien sûr, aux populations islandaises qui le subissent mais tout à la fois sublimes, c'est un spectacle éblouissant ..vu de loin !! ..
    http://www.boston.com/bigpicture/2010/04/more_from_eyjafjallajokull.html

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2010

    Marie Hélène il y a l autre coté de la médaille.
    La ou il y a moins de 10 cm de cendres les pluies vont tout balayer et les récoltes devront reprendre cet été.
    Les cendres volcaniques contiennent magnésium, potassium, phosphore, etc. Elles constituent donc un engrais naturel qui renouvelle le sol à chaque éruption. En Indonésie, sur des sols volcaniques, on peut faire trois récoltes de riz par an contre une seule en Inde. Bien sûr, il faut aussi un climat chaud et humide.
    Ceci c est produit partout dans l 'Ouest apres l' éruption du Mount St-Helen dans Washington State ou les récoltes ont doublées pendant les 5-6 ans après 'eruption.

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    19 avril 2010

    Monsieur Goyette ,votre idée de remplacer les statues des généraux, bien installés sur leur socle, par des tempêtes ou des cataclysmes naturels, est en effet drôle mais en même temps très pertinente, et les personnages hauts placés, qui décident d’ériger les statues, devraient y songer ! merci aussi pour votre description du vol des Bastaraches, particulièrement savoureuse!
    Quant à la défaite de Russie des armées de Napoléon, en novembre 1812, si nous pouvons effectivement penser, que le froid rigoureux de l'hiver russe, y a été pour beaucoup, nous devons aussi observer, que les armées Russes se sont particulièrement bien défendues, et la méthode de la terre brûlée qu'ils laissaient derrière eux, y compris Moscou en flammes, a énormément joué, en empêchant les armées napoléoniennes de pouvoir se nourrir .. Au point de manger leurs chevaux blessés ! .
    Le passage de la rivière Bérézina a été une réelle victoire, sur les trois armées russes, qui voulaient empêcher cette retraite française, parce que Napoléon, par la construction rapide de deux ponts, est arrivé à déjouer le plan russe, et à passer.. cela a donc bien été, effectivement, une victoire de ce point de vue, mais de l'autre une terrible défaite, car beaucoup de soldats, trop épuisés, n'ont pu suivre et traverser avant que Napoléon fasse brûler les ponts, pour éviter d’être poursuivis, et ils ont été des milliers à être faits prisonniers .. et bien évidemment, le rêve de conquête de Napoléon a été enseveli du même coup! C'est ainsi que l'expression « c'est la Bérézina » est passée dans notre langage courant pour décrire une situation épouvantable ...

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2010

    Le nuage de cendre craché par le volcan Bellemare empêche toujours les libéraux de décoller et d'attérir, ce qui paralyse le traffic d'influence et le vol des Bastaraches du Canada.
    Ces oiseaux à long cou émettent des "ga-hong" en trompette dans les congrès libéraux de St-Hyacinthe à chaque fois que le canard Charest se lève outarde à le faire.
    Pour entendre leur cri de ralliement, cliquez sur "son extrait des CD; Tous les oiseaux d'Europe."
    http://www.oiseaux.net/oiseaux/bernache.du.canada.html

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2010

    Bonjour Mne Morot-Sir
    Il faudrait songé à remplacer les généraux par des tempêtes sur le socle des statues triomphantes, car elles sont venues à bout d'armadas indestructibles dans le passé.
    Lors du petit âge glaciaire, les changements climatiques dont vous faites mention ont eu des effets sur les paysans provoquant des famines et aussi sur le résultat des batailles, il n'y a qu'à penser à Napoléon parti en Russie avec 300,000 soldats ne revenant qu'avec 90,000.
    Ici au Québec, on dit qu'il a neigé au mois d'août et nous devons à la crise de la patate en Irlande l'arrivée d'une partie de sa population affamée.