Politique américaine

Effets pervers des nominations de Trump à la Cour suprême

Tribune libre



 


Les effets pervers des nominations de trois juges conservateurs à la Cour suprême des États-Unis pendant le mandat de Donald J Trump se sont manifestés radicalement au cours des derniers jours eu égard aux armes à feu, à l’avortement et aux changements climatiques.

D’abord, en ce qui a trait aux armes à feu, la Cour suprême américaine a décidé que les États américains n’avaient pas le droit d’exiger des permis de port d’armes pour circuler dans l’espace publique. Dans les faits, la Cour vient d’ouvrir la voie à une augmentation considérable de la violence aux États-Unis.

En ce qui a trait à l’avortement, la Cour suprême a procédé à un volte face historique en enterrant le droit constitutionnel à l'avortement, permettant de la sorte à une poignée d'États américains de bannir immédiatement les interruptions de grossesse sur leur territoire respectif.

Enfin, la plus haute juridiction américaine a signé un véritable coup de jarnac à la politique environnementale de Joe Biden en réduisant fortement la capacité de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) à réguler les émissions de carbone des usines, et portant par le fait même un dur coup aux objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) de Washington.

En théorie, le Congrès américain pourrait décider d’octroyer des pouvoirs spécifiques aux agences gouvernementales. Dans les faits, la majorité des sénateurs républicains au Congrès empêchent les élus de prendre des décisions dans les domaines qui sont le moindrement litigieux. Et pire encore, le président américain, un élu, est littéralement privé d’une partie importante de son pouvoir exécutif. En bref, le gouvernement fédéral américain devient un gouvernement à qui le pouvoir de gouverner lui échappe progressivement sans coup férir.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1798 articles

  • 1 219 451

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé