350ème anniversaire de sa naissance

Pierre Lemoyne d’Iberville, le fils le plus illustre de la Nouvelle France

Ne laissons pas retomber la chape du silence en ce mois de juillet 2011

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

pour le 350ème anniversaire de sa naissance.
La Nouvelle France recèle tant d’hommes de grande valeur qui par leur enthousiasme, par leur courage à toutes épreuves ont fondé ce pays magnifique et dont vous êtes et avec quelle fierté les descendants !. Comment les oublier? Comment ne pas raconter leurs brillantes aventures, ainsi que toutes les grandes défaites qu’ils ont tant et tant de fois, infligées aux Anglais...

Pierre Lemoyne d'Iberville est l’un de ces hommes merveilleux, il avait su si bien se faire aimer des hommes qui l’entouraient qu’ils l’auraient suivi au bout du monde.
Pierre est né à Ville-Marie le 16 juillet 1661 à une époque où en Nouvelle France il fallait “ combattre pour survivre”. Troisième enfant de Charles Lemoyne, lui-même arrivé en Nouvelle France comme “donné” des jésuites, était devenu grâce au commerce des fourrures, l’un des pionniers les plus riches et les plus influents, associé avec son beau-frère Jacques le Bert, ils avaient participé à la création de la C.N.O la Compagnie de fourrures du Nord Ouest. Charles aura quatorze enfants à qui il va faire donner une solide instruction. Pierre sera cadet durant quatre ans dans la marine Royale...
Pierre et deux de ses frères, Jacques Lemoyne de Saint Hélène et Pierre Lemoyne de Maricourt, participeront avec lui à l’expédition commandée par le chevalier Pierre de Troyes, en mars 1686 à la baie d’Hudson. La petite troupe arrive et surprend les Anglais dans les forts, ils étaient loin de se douter que ces Français auraient l’audace de se risquer à travers le froid et les glaces de l’hiver pour atteindre la baie. L’assaut des Français les surprend totalement et le drapeau du roi de France flotte rapidement sur les forts grâce à leur audace. Avant de repartir en août 1686 le Chevalier de Troyes confie le commandement des forts à Pierre d’Iberville.
Pierre n’en reste pas là, lorsque le temps plus serein de la belle saison permet aux navires anglais de pouvoir à nouveau pénétrer dans la baie, il les arraisonne brillamment et en octobre 1687, il revient à Québec, sur un de ces navires chargé d’une importante cargaison de fourrures, en longeant les côtes du Labrador.
Le gouverneur est époustouflé par cette incroyable hardiesse du jeune homme, il l’envoie en France après cet exploit, pour qu’il rencontre le Roi à Versailles. Pierre lui expose longuement des plans concrets pour défendre la baie d’Hudson. Le roi lui-même est si enthousiasmé qu’il lui confie l’un de ses plus beaux, de ses plus rapides navires, le “Soleil d’Afrique” et, le 3 août 1688, Pierre d’Iberville fend à nouveau les eaux de la Baie d’Hudson où il défendra à nouveau les intérêts des Français.
Plus tard, le 18 février 1690, il participe avec le Comte de Frontenac à la riposte, suite à l’attaque épouvantable qui avait eu lieu dans la nuit du 4 août 1689 à Lachine par les Odinossonis (iroquois) pour mettre un terme à leurs attaques, le tout nouveau gouverneur Frontenac avait décidé “de porter la guerre dans ces tribus” jusqu’à Schenectady, en Nouvelle Angleterre, avec trois détachements de Canadiens et leurs alliés Amérindiens, pour "leur faire respecter les Français".
Puis en 1696, Pierre attaque le fort William Henry qui sert de frontière entre l’Acadie et la Nouvelle Angleterre, le commandant anglais capitule, les quatre-vingt-dix soldats sont renvoyés à Boston. Cela fait, Pierre se dirige avec une petite armée de volontaires vers Terre-Neuve et la capitale Saint John’s les Français mettent le feu à la ville et à trente-six autres établissements anglais, ils font plus de sept cents prisonniers, ce sera la campagne la plus destructive de Pierre d’Iberville, mais il n’a pas le temps de terminer la conquête des territoires de Terre-Neuve, il est à nouveau envoyé à la Baie d’Hudson.
En septembre 1697, séparé des autres navires, Pierre d’Iberville ne se laisse pas impressionner par les trois navires anglais qui apparaissent dans la brume et s’approchent de lui, il leur fait face sur son “Pélican” et sans hésiter, après un combat difficile, il chassera à nouveau les Anglais en coulant successivement trois de leurs navires, le Pélican sera après cette éclatante victoire et ces échanges vigoureux, lui aussi en bien mauvaise posture, mais les autres navires français arriveront enfin. Pierre d’Iberville reprendra alors le fort Nelson aux Anglais, ce sera le 13 septembre 1697, la baie d’Hudson est à nouveau française. (63 ans avant la Bataille des plaines d'Abraham, le 13 septembre 1759... - ndlr)
Mais c’était sans compter avec le traité de Ryswick, qui aura lieu en Europe sept jours exactement plus tard. Après tous les efforts déployés, tant de bateaux coulés, de nuits passées dans le froid de ces nuits polaires et autant de morts, malgré autant de peines et de courage, ce traité rendra définitivement la baie aux Anglais!
***
Devant autant d’injustice, Pierre d’Iberville soupirera en secouant ses mèches blondes, il ne pourra s’empêcher de dire cette phrase désormais célèbre : “ Bête comme un traité de paix ‘” !
Plus rien ne reste alors là-haut à entreprendre à la Baie, la France va envoyer le plus efficace de ses fils de la Nouvelle France vers d’autres cieux, plus riants et plus chauds, il va donc se rendre du côté du Golfe du Mexique où il va poursuivre, dix-sept ans après un autre héros de la Nouvelle France, le travail commencé par Cavelier de la Salle. Il avait pris possession de ce territoire au nom du roi de France et l’avait nommé Louisiane en ce 9 avril 1682.
Même s’il est obligé de porter son regard vers d’autres horizons, Pierre a toujours le même désir, celui de donner l’Amérique du Nord à la France. C’est pourquoi il plaide à nouveau auprès du Roi, l’établissement d’une colonie française à l’embouchure du Mississipi (écrit avec un seul “p” comme au temps des Français) : “ Si la France ne se saisit pas de cette partie de l’Amérique qui est la plus belle, pour avoir une colonie (...) la colonie anglaise deviendra si considérable que dans moins de cent années elle sera assez forte pour se saisir de toute l’Amérique et en chasser les autres Nations.”
C’est ainsi que le 27 janvier 1699, Pierre arrive pour établir une colonie française, il réussira à trouver le 2 mars suivant l’embouchure de ce grand Metsi sipi qui avait tant coûté d’efforts vains à Cavelier de la Salle, au milieu de zones de lagunes, de mangroves et de marais d’eau douce, tout un énorme complexe de levées naturelles inextricables, dans un si vaste delta. Il fera trois nouveaux voyages pour implanter la petite colonie, puis il laissera son jeune frère Jean-Baptiste Lemoyne de Bienville diriger la colonie et s’entendre avec les tribus amérindiennes avec qui il rentrera en amitié.
Alors Pierre Lemoyne d’Iberville va repartir au cours de cette année 1702, il va s’éloigner pour toujours vers son destin, sans savoir qu’il ne reverra jamais les rives verdoyantes des bords du Metsi Sipi.
La flotte française commandée par Pierre va alors faire de véritables ravages parmi les vaisseaux anglais, il s’empare de la petite île de Nevis, et de trente bateaux anglais. Tout semble si bien lui réussir qu’il s’apprête sur cette belle lancée, à aller attaquer la flotte marchande de Virginie, et poursuivre ainsi son avancée jusqu’à Terre-Neuve... Ce qui signifie qu’il a comme dessein de reprendre une à une toutes les colonies anglaises les unes après les autres, en remontant le long de l’Atlantique. Rien de moins !
Les Anglais s’inquiètent avec raison, ils ont vu combien depuis toutes ces années, il les a chassés de la baie d’Hudson à plusieurs reprises sans ménagement, de quelle façon il leur a coulé leurs navires avec quelle célérité étonnante et totalement inouïe, et voici qu’à présent il arrive pour les poursuivre jusqu’ici dans ces eaux plus chaudes avec ce plan infernal qu’ils devinent, pour mettre fin à l’expansion de leur nation anglaise. Ils ont bien compris que rien n’arrêtera ce jeune Canadien. Rien ne l’arrêtera? Vraiment? Les Anglais ne peuvent concevoir cela!
Ce 8 juillet 1706, la flotte française entre dans le port de la Havane, Pierre Lemoyne d’Iberville invite à dîner le commandant espagnol Pedro Alvarez de Villarin, tout juste arrivé d’Espagne. Ce dernier appuie dans son projet l’amiral canadien de Louis XIV, il lui offre même pour cela son meilleur navire avec trois cents hommes de guerre.
Pourtant le destin n’en a pas décidé ainsi.
Au cours de ce repas, les deux hommes sont pris tous les deux de fièvres terribles qui vont les terrasser dans des douleurs épouvantables. Pedro Alvarez est transporté au château de la force royale où ses médecins vont lui apporter tous les meilleurs secours, en vain. Pierre est entouré de ses fidèles compagnons qui soutiendront leur chef tandis qu’il se tord dans d’atroces douleurs, emporté par un délire effrayant ! En quelques heures à peine, les deux hommes subiront une impressionnante agonie devant les médecins impuissants. Ces deux grands marins vont disparaitre au moment ”où le commandant d’une puissante escadre française était résolu à porter un coup fatal à la présence anglaise en Amérique du Nord”.
Alors se demandent encore les journalistes d’investigation, les historiens et tous ceux qui cherchent à retrouver le Passé à travers les anciens documents: Villarin et d’Iberville ont-ils été empoisonnés?
Le glas sonnera longtemps à l’église saint Cristobal de la Havane, où deux cercueils recouverts de draps noirs sont inhumés en ce jour affligeant, car le glas funèbre sonne aussi celui d’une autre Amérique, d’une Amérique enterrée à tout jamais en ce 9 juillet 1706, sous le chaud soleil de la Havane.
La colonie anglaise peut alors reprendre son souffle.
Les morts de Villarin et de d’Iberville garderont à jamais leur secret, n’ont-ils pas été emportés par les fièvres si fréquentes sous ces latitudes? Pourtant. Pourtant.
Nombreux seront ceux qui, au cours des siècles écoulés, soulèveront par instant le voile dissimulant une toute autre trame, réelle ou imaginaire, tel cet archiviste français de la marine de France qui rappellera avec émotion en 1738 ces deux étranges disparitions simultanées, si parfaitement concomitantes, en des termes, il est vrai, peu équivoques:

”Pierre d’Iberville mourut empoisonné par les intrigues d’une nation célèbre qui craignait avec raison un tel voisin.”

Au cimetière de l’église Saint Cristobal, une simple épitaphe rappelle le Français: Général Don Pedro Moine Berbilla “ traduisant phonétiquement le nom de notre grand Pierre Lemoyne d’Iberville, natif du royaume de France !

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir151 articles

  • 279 975

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



44 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    28 septembre 2011

    Pour en savoir plus sur le sujet consulter le lien suivant:
    http://www.ourroots.ca/toc.aspx?id=1754&qryID=0b03a384-36d1-4e65-a56f-d7c71223cfa6
    Bonne lecture et découvertes!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    27 septembre 2011

    Le 12 juillet 2004
    Sur les traces d’Iberville
    Par Sophie Roch
    Editeur : Le Gaboteur
    Les employés de Route d’Iberville ont dévoilé la première série de panneaux historiques bilingues relatant l’histoire du Sieur Pierre Lemoyne d’Iberville, au Parc Holdsworth de Saint-Jean, le 18 juin dernier.
    Quoi de mieux pour intéresser les touristes et les habitants de Saint-Jean à la culture française et aux francophones que de placer sur leur route, des panneaux historiques qui l’expliquent ?, ont exprimé les représentants à l’occasion du dévoilement.
    Le but du projet était d’élaborer un circuit touristique patrimoinial sur la péninsule d’Avalon qui retracerait les traces de la compagnie militaire (1696-1697) de Pierre Lemoyne d’Iberville. Mission accomplie.
    D’ici la fin de l’été, les gens pourront retrouver des panneaux historiques de la route d’Iberville non seulement à Saint-Jean, mais également à Carbonear, Ferryland et Plaisance. Chaque site comptera quatre panneaux expliquant les faits historiques de la ville où ils sont situés.
    L’histoire
    Qui dit histoire, dit nécessairement conflits et guerres. Dans ce cas-ci, la guerre était entre les Anglais et les Français. On peut d’ailleurs lire sur un panneau expliquant l’histoire à l’origine de la route d’Iberville :
    « À la fin du 17e siècle, la guerre faisait rage entre la France et l’Angleterre en Europe. Le conflit s’étendit à l’Amérique du Nord, en particulier à Terre-Neuve où les deux nations se disputaient le contrôle des richesses représentées par la pêche à la morue. [...]
    En septembre 1696, d’Iberville fut envoyé dans la capitale française de Terre-Neuve, Plaisance, [...] pour détruire la colonie britannique de Terre-Neuve. Cet hiver-là, accompagné d’une bande de Canadiens et de Mik’maq, il parcourut la péninsule d’Avalon à pied.
    Grâce à l’aide des soldats français et du gouverneur de Plaisance, ils détruisirent tous les villages anglais, sauf deux. Malgré ses efforts, la France ne réussit pas à maintenir sa résence à Terre-Neuve, mais ces événements demeurent un exemple remarquable de génie militaire et d’endurance humaine. »
    L’éducation
    « Pour les anglophones, ça représente les attaques des Français sur les Anglais, donc on a bien pensé que certains ne seraient pas heureux de voir ces panneaux dans les villes, raconte la directrice générale de Route d'Iberville, Élizabeth Lapointe. Pourtant, les gens des communautés anglophones comme francophones ont démontré un grand enthousiasme face à ce projet. »
    Elle croit qu’il est impératif que les gens comprennent que l’objectif visé n’est pas de détruire l’image de personne, mais plutôt de les aider à augmenter leurs connaissances histoiriques en général.
    « C’est important que les gens aient une vision du passé pour se rendre compte de la grande évolution qui s’est faite depuis ces temps de guerre », poursuit Mme Lapointe.
    Le maire de Saint-Jean, Andy Wells, est d’accord sur ce point. « Il est évident que lorsque l’on m’a présenté le projet, j’ai trouvé cela un peu préoccupant parce qu’historiquement, les Français et les Anglais ont été en guerre, mais cela fait partie de l’histoire et il faut savoir la reconnaître comme telle. »
    La coopération entre les différentes municipalités est très certainement à souligner. « Encore une fois, il faut voir cela comme un grand partage, celui des cultures différentes, tout comme l’a été le Franco-Fest cette année », termine Élizabeth Lapointe.
    http://journaux.apf.ca/legaboteur/index.cfm?Id=20758&Sequence_No=20755&Repertoire_No=1331181827&Voir=journal&niveau=3&Image=0
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    22 septembre 2011

    AU TOUR DE L'HISTOIRE
    Pour la semaine débutant le dimanche 25 septembre 2011 :
    Pierre Lemoyne d'Iberville
    Montréalais de naissance, conquérant, guerrier, explorateur, Pierre Lemoyne d'Iberville est une grande figure héroïque de notre histoire. Mais à part une rue et une station de métro qui portent son nom, il a été écarté de notre mémoire collective. En retraçant sa vie, ses combats, ses exploits, on comprendra pourquoi...

    Invités : Gilles Proulx, animateur; Martin Fournier, historien et auteur; David Camirand, doctorant, Université Laval ; Bernard Andrès, essayiste et romancier; Georges-Hébert Germain, écrivain.

    Au tour de l'histoire est une émission de discussions sur l'histoire du Québec, animée par Jean Barbe avec la complicité de l'historien en résidence
    Éric Bédard. L'émission réunit chaque mois historiens, artistes, écrivains, philosophes et sociologues autour d'un thème précis à explorer, parce que le passé fabrique le présent.

    N'oubliez pas que la série Au tour de l'histoire est aussi disponible sur Illico Web, télé (chaîne 900) ou mobile!
    HORAIRE
    Dimanche 21 h 30
    Mardi 6 h 30
    Mercredi 21 h 30
    Dimanche 15 h
    http://www.voxtv.ca/montreal/emissions/au_tour_de_lhistoire.php
    Honneur à d'Iberville!

  • Archives de Vigile Répondre

    20 septembre 2011

    Dimanche le 25 septembre à 21.30 hre. à canal Vox.
    Pour plus de détails:
    http://voxtv.ca/montreal/accueil/
    http://voxtv.ca/montreal/emissions/au_tour_de_lhistoire.php
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    8 septembre 2011

    Émission du 8 septembre 2011
    Résumé de l'émission
    Pierre Le Moyne d'Iberville, Grand capitaine de vaisseau et corsaire redouté
    Homme d'exploits, explorateur et colonisateur, Pierre Le Moyne d'Iberville est considéré comme le plus illustre homme de guerre de la Nouvelle-France. Surnommé « Le Cid canadien », il est le premier des grands conquérants de cette époque né au Canada.
    Il mènera des expéditions de la baie d'Hudson à la côte de la Nouvelle-Angleterre, jusqu'en Louisiane et dans les Caraïbes. En 1697, son navire Le Pélican met en déroute trois navires de guerre anglais, dont deux coulent dans la baie James. C'est à lui que revient également la découverte du golfe du Mississippi depuis l'Atlantique.
    Il meurt d'une longue maladie à Cuba, ruiné et dans la disgrâce.
    La bande audio disponible cette semaine sur ce lien:
    http://www.radio-canada.ca/emissions/de_remarquables_oublies/serie/
    Vive le héros Canadien de la Nouvelle-France!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    8 septembre 2011

    Serge Bouchard présente Pierre Lemoyne d'Iberville, grand capitaine et corsaire ce soir à 21 heures.
    http://www.radio-canada.ca/radio/horaire/ghHoraires.asp?ghRegions=1
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    8 septembre 2011


    Merci Monsieur Claude Jean, pour vos importants commentaires.. Effectivement pourquoi durant tout ce temps écoulé personne ne s'est soucié de rapatrier les restes de votre grand Pierre d'Iberville?..
    Je mets une copie ci-dessous de ce magnifique poème du Vaisseau d'or, pour ceux d'entre les lecteurs qui ne le connaîtraient pas ..
    "Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l'or massif:
    Ses mâts touchaient l'azur, sur des mers inconnues;
    La Cyprine d'amour, cheveux épars, chairs nues,
    S'étalait à sa proue, au soleil excessif.
    Mais il vint une nuit frapper le grand écueil
    Dans l'Océan trompeur où chantait la Sirène,
    Et le naufrage horrible inclina sa carène
    Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.
    Ce fut un Vaisseau d'Or, dont les flancs diaphanes
    Révélaient des trésors que les marins profanes,
    Dégoût, Haine et Névrose, entre eux ont disputés.
    Que reste-t-il de lui dans la tempête brève ?
    Qu'est devenu mon cœur, navire déserté?
    Hélas! Il a sombré dans l'abîme du Rêve!"
    Émile Nelligan (1879-1941)

  • Archives de Vigile Répondre

    8 septembre 2011


    C’est sans doute peu connu, mais les restes de Pierre Lemoyne d’Iberville (1661-1706) sont à la Havane à Cuba. Et le comédien et metteur en scène Albert Millaire, qui a incarné ce navigateur, commerçant, militaire et explorateur dans une télésérie de 39 épisodes diffusée sur les ondes de Radio-Canada à la fin des années 1960, souhaite que ces restes soient rapatriés au Québec.

    M. Millaire présentait, hier, au Palais Montcalm de Québec, le célèbre explorateur dans le cadre d’une série les Grands d’aujourd’hui racontent ceux d’hier présentée par la Commission de la Capitale national à l’occasion du 400e anniversaire de Québec.
    En cours de représentation, le comédien a laissé tomber: «Les restes n’ont jamais été rapatriés. Ils devraient être ici. Mettez-vous quelques historiens ensemble et réclamez ça.» En entrevue à Canoë, après le spectacle, il a ajouté: «Ça serait un peu normal qu’on ait notre d’Iberville ici et qu’un politicien s’occupe de ça. Il faut qu’ils travaillent les politiciens. Je crois que ça devrait se faire. Moi j’y crois. Il ne manque qu’une volonté politique».
    Pierre Lemoyne d’Iberville
    Pierre Lemoyne d’Iberville est le premier de nos grands héros nationaux à être né ici (Ville-Marie maintenant Montréal) en Nouvelle France. Il est le fils du seigneur de Longueuil, Charles Lemoyne.
    Ses épopées font légion. Il a combattu les Anglais de la Baie d’Hudson jusque dans les Caraïbes en passant par les terres du Labrador, de Terre-Neuve, de l’Acadie et des États de la Nouvelle-Angleterre. C’est lui qui a découvert l’embouchure du fleuve Mississipi et créé la Louisiane qui porte ce nom en l’honneur du roi Louis XIV. Ses explorations et ses luttes contre les Anglais ont fait en sorte que le territoire de la Nouvelle-France s’étendait, à l’époque, de la Baie d’Hudson jusqu’au Golfe du Mexique.
    Sa mort
    En 1706, Pierre Lemoyne d’Iberville prend l’île anglaise de Nevis dans les Caraïbes. Il part pour la Havane chercher le renfort d’Espagnols pour attaquer la colonie anglaise de la Caroline. Mais en cours de route, il est atteint de la fièvre jaune et meurt à bord de son navire, le Juste, le 9 juillet. Il avait 45 ans.
    Il sera enterré sous l’Église de San Cristobal à la Havane. Ses restes seront ensuite transférés au Palais des Capitaines Généraux qui est aujourd’hui le Musée de la ville de la Havane où il repose toujours.
    Albert Millaire s’est rendu à la Havane il y a quatre ans et il a vu la tombe de d’Iberville. Il explique qu’une vitre placée au niveau du sol permet de voir des ossements qui seraient ceux de Pierre Lemoyne d’Iberville. Sur la sépulture, le comédien dit avoir récité les strophes du poème le Vaisseau d’Or d’Émile Nelligan.
    http://www.canoe.com/archives/infos/quebeccanada/2008/03/20080311-131312.html
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    7 septembre 2011

    Pour voir la statue consulter le lien suivant:
    http://fortwiki.com/Image:Fort_Maurepas_-_2.jpg
    Pour en savoir plus sur le fort Maurepas consulter le lien suivant:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_Maurepas_(%C3%89tats-Unis)
    Hommage à d'Ibervlle!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    30 août 2011

    Les aventures de Nicolas Martin : D'Iberville s'embarqua avec neuf hommes dans deux canots d'écorce
    Le Monde illustré, vol. 12 no 616. p. 652 (22 février 1896)
    Gravure
    Accompagné d'un texte en page 652
    http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/illustrations/high/1384.jpg
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    29 août 2011

    Pour visualiser la statue consulter le lien suivant:
    http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/photos/1523.html
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    26 août 2011

    Voir cahier weekend journal de Montréal samedi chronique de Jean Barbe page 97
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    16 août 2011

    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://books.google.ca/books?id=_vh5AAAAMAAJ&pg=PA9&dq=croix+de+st-louis+d'iberville&hl=fr&ei=qtdKTvC3Nq2nsAK_ksyqDw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CCIQ6AEwAA#v=onepage&q=croix%20de%20st-louis%20d'iberville&f=false
    Vive le Chevalier de St-Louis!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    16 août 2011

    Baptisé le 20 juillet 1661 à Ville-Marie (Montréal), Pierre Le Moyne d'Iberville et d'Ardillières, fils de Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay, est probablement le plus connu des fils de la Nouvelle-France et le premier grand aventurier français né en terre d'Amérique. Voici les événements importants de la carrière de cette figure désormais légendaire.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.republiquelibre.org/cousture/IBERVILLE.HTM
    Honneur à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    16 août 2011

    Une foule s’est réunie aux alentours de l'Église Paroissiale Majeure de San Cristóbal de La Habana. Nous sommes le 9 juillet 1706. Ces dernières heures, une nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans toute la ville : le capitaine général Pedro Álvarez de Villarín, arrivé récemment d’Espagne, est mort soudainement d'un mal mystérieux.
    Au même moment et dans les mêmes circonstances, la mort du commandant de la puissante escadre française ancrée dans le port havanais, le Canadien Pierre Le Moyne d'Iberville, est annoncée. Il était venu avec la volonté de donner un coup fatal à la présence anglaise en Amérique.
    Bien qu’on a soutenu que Villarín et d'Iberville ont été victimes du Mal de Siam, une maladie tropicale qui frappe mortellement les habitants de l'Île, la mort soudaine des deux hommes répand des rumeurs diverses: N’auraient-ils pas été empoisonnés par les Anglais ? L’alliance scellée par les deux hommes ne serait-elle pas le motif de leur décès ?
    Pour en savoir plus sur le sujet consulter le lien suivant:
    http://www.cubania.com/post/histoire-diberville-fin-cubaine-legende-canadienne.aspx
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    15 août 2011

    Origine et signification
    Ce toponyme honore la mémoire de Pierre Le Moyne d'Iberville (Ville-Marie (Montréal),1661- La Havane, 1706). Premier véritable héros canadien, d'Iberville s'illustre notamment en reprenant aux Britanniques, en 1694, tous les établissements français dont ils s'étaient emparés à la baie d'Hudson, où d'ailleurs il reprend York Factory, ce qui redonne la souveraineté française sur cette partie du continent. Il a aussi du succès lors d'expéditions en Acadie et à Terre-Neuve. Grand explorateur, il découvre, en 1699, l'embouchure du fleuve Mississipi aux États-Unis. Plus tard, en 1702, il fonde la Louisiane - nom donné en l'honneur de Louis XIV - et en devient ainsi le premier gouverneur. Enfin, vers le début de 1706, il prend la Guadeloupe aux Anglais. Il meurt peu de temps après des suites d'une maladie inconnue. On peint d'Iberville souvent comme l'un des plus illustres hommes de guerre de la Nouvelle-France, et plusieurs le surnomment le Cid canadien. Date de désignation : avant 1879.
    Pour plus de détails consulter le lien suivant:
    http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/toposweb/fiche.aspx?no_seq=213869
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    2 août 2011

    Origine et signification
    Dans cette partie septentrionale du Québec qui s'étend entre la baie d'Ungava et l'Atlantique, l'une des principales chaînes des Torngat porte le nom « Selamiut », c'est-à-dire l'aurore. Plusieurs pics y constituent les sommets d'un massif, le plus élevé étant réparti de part et d'autre de la frontière. En territoire du Labrador terre-neuvien, cette entité se nomme « Mont Caubvick » , tandis que cette élévation de 1 652 m se retrouve, depuis 1971, sous la dénomination « Mont D'Iberville » dans sa partie québécoise. Ce toponyme honore la mémoire de Pierre Le Moyne d'Iberville (Ville-Marie (Montréal), 1661- La Havane, 1706). Premier véritable héros canadien, d'Iberville s'illustre notamment en reprenant aux Britanniques, en 1694, tous les établissements français dont ils s'étaient emparés à la baie d'Hudson, où d'ailleurs il reprend York Factory, ce qui redonne la souveraineté française sur cette partie du continent. Il a aussi du succès lors d'expéditions en Acadie et à Terre-Neuve. Grand explorateur, il découvre, en 1699, l'embouchure du fleuve Mississipi aux États-Unis. Plus tard, en 1702, il fonde la Louisiane - nom donné en l'honneur de Louis XIV - et en devient ainsi le premier gouverneur. Enfin, vers le début de 1706, il prend la Guadeloupe aux Anglais. Il meurt peu de temps après des suites d'une maladie inconnue. On peint d'Iberville souvent comme l'un des plus illustres hommes de guerre de la Nouvelle-France, et plusieurs le surnomment le Cid canadien.
    Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
    Le Petit Robert 2.
    Dictionnaire de l'Amérique française.
    Larousse canadien des noms propres.
    Pour plus de détails consulter le lien suivant:
    http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/toposweb/fiche.aspx?no_seq=94935
    Hommage à la grandeur de d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    2 août 2011

    L'apport artistique principal de la station D'Iberville est la grande sculpture abstraite qui représente Le Pélican, le navire de Pierre Le Moyne d'Iberville. Cette sculpture est fixe au mur au-dessus des quais dans le grand volume de la mezzanine ouest de la station.
    Cet espace revêtu de brique mène à l'accès de l'av. Louis-Hébert. Or, il est pourvu d'un tourniquet automatique plutôt que d'un poste de changeur. La majorité des passagers n'ont pas l'occasion de voir la sculpture, ni l'architecture assez impressionnante de la mezzanine. C'est dommage puisqu'il n'y a rien d'autre de grand intérêt esthétique dans la station.
    Pour plus de détails:
    http://www.metrodemontreal.com/blue/diberville/index-f.html
    Origine du nom de la station D'Iberville
    La voie qui a donné son nom à cette station a été ouverte, dans sa portion sud, vers 1875, et on lui a attribué le nom de Pierre Le Moyne d’Iberville (1661-1706). Iberville était le nom du fief que possédait la famille de son père près de Dieppe, en Normandie.
    Troisième fils de Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay, Pierre naquit à Montréal. Il réalisa une longue et fructueuse carrière de soldat, de capitaine de vaisseau, d’explorateur, d’aventurier et de colonisateur. Plusieurs de ses onze frères participèrent à ses nombreuses expéditions à la baie James, en Acadie, à Terre-Neuve et dans les colonies anglaises du sud. Il découvrit l’embouchure du Mississippi en 1699 et il recommanda la colonisation immédiate de la Louisiane. Il devint le premier Canadien de naissance à être fait chevalier de Saint-Louis.
    D’Iberville fut inhumé à La Havane en 1706.
    http://www.stm.info/metro/m63.htm
    Gardons le souvenir de d'Iberville bien vivant!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    2 août 2011

    De tous les fils de la Nouvelle-France, aucun
    n'est plus célèbre que Pierre Le Moyne,
    sieur d'Iberville. Ses exploits militaires (sur
    terre et sur mer), ses explorations, sa fondation
    d'établissements en Louisiane et même ses activités
    marchandes en ont fait un personnage hors pair.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.erudit.org/culture/cd1035538/cd1045445/6945ac.pdf
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    1 août 2011

    Extra, l' - Pierre Le Moyne d'Iberville
    Pour faire l'écoute de la chronique de M. Proulx consulter le lien suivant:
    http://vtele.ca/videos/l-extra/pierre-le-moyne-d-iberville_19598.php
    Honneur à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    1 août 2011

    Maquette représentant le combat du Pélican contre trois navires anglais.
    http://www.fredericback.com/illustrateur/television/iberville/media_index_P_0322.fr.shtml
    Quand aurons nous la chance de revoir cette fresque historique avant quelle ne tombe dans l'oubli?
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    1 août 2011

    La pierre d'Iberville aurait été inscrits par Pierre Le Moyne d'Iberville et son parti en 1699, quand ils ont atteint l'embouchure du fleuve Mississippi. Il a été récupéré à partir du site de Fort Maurepas, le premier établissement permanent dans la vallée du Mississippi.
    Pour plus de détails consulter les liens suivants:
    http://www.knowla.org/image.php?rec=154
    http://www.knowla.org/entry.php?rec=895
    Honneur à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    31 juillet 2011

    Pour faire la lecture de ce livre de 1868 consulter le lien suivant:
    http://www.archive.org/stream/cihm_02655#page/n7/mode/2up
    Bonne lecture et découvertes!
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    31 juillet 2011

    Pour faire la lecture de ce livre de 1890 consulter le lien suivant:
    http://www.archive.org/stream/histoireducheval00montuoft#page/n11/mode/2up
    Bonne lecture et découvertes!
    Hommage à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    30 juillet 2011

    Quand aurons nous la chance de revoir ce récit?
    Pour plus de détails:
    http://ccnq.org/realisations/grands-aujourdhui/2008-03-10-pierrelemoynediberville.html
    http://ccnq.org/commission/nouvelles/dans-le-cadre-de-la-serie-les-grands.html
    http://www.flickr.com/photos/capitalenationale/2333602772/
    http://www.flickr.com/photos/capitalenationale/2333602834/
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    30 juillet 2011

    Inauguration du Monument D'Iberville, le 25 juin, à Sainte-Cunégonde
    Le Monde illustré, vol. 15 no 740. p. 145 (9 juillet 1898)
    http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/illustrations/detail/1991.jpg
    Honneur à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    29 juillet 2011

    Portrait de Pierre Lemoyne d'Iberville.
    Sans date.
    Source : Centre d'archives de Montréal. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Fonds Armour Landry, P97.
    Consulter le lien pour le portrait:
    http://www2.ville.montreal.qc.ca/archives/500ans/portail_archives_fr/rep_chapitre3/chap3_theme2_doc1_page1_l.html
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    28 juillet 2011

    Pierre Le Moyne d’Iberville Dictionnaire biographique du Canada en ligne
    LE MOYNE D’IBERVILLE (le nom vient d’un fief que la famille de son père possédait près de Dieppe, en Normandie) ET D’ARDILLIÈRES (du nom d’une propriété qu’il acheta à Aunis près de Rochefort), PIERRE, soldat, capitaine de vaisseau, explorateur, colonisateur, chevalier de Saint-Louis, aventurier, corsaire et trafiquant, le plus célèbre fils de la Nouvelle-France. Il fut baptisé le 20 juillet 1661, à Ville-Marie (Montréal), et mourut sans doute à La Havane, vraisemblablement le 9 juillet 1706, d’une maladie dont la nature n’a pas été révélée. Il fut enterré le jour de sa mort dans l’église de San Cristobal, à La Havane
    Pour en savoir plus sur cette documentation consulter le lien suivant:
    http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=940&interval=20&&PHPSESSID=0prkah9mol1bp19do91i1avac4
    Bonne lecture et découvertes!
    Hommage à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand

  • Archives de Vigile Répondre

    27 juillet 2011

    Le Pélican (navire)
    Le Pélican est un navire de guerre français de la fin du XVIIe siècle. Construit à Bayonne, en France, le Pélican a été lancé en 1693. Le navire de 500 tonnes, équipé de 44 canons et commandé par le capitaine Pierre Le Moyne d'Iberville, s'est échoué sur les rives de la baie d'Hudson, quelques jours après une bataille héroïque, gravement endommagé par le combat et un violent orage. Le Pélican a eu une vie courte mais glorieuse.
    Il a mis les voiles de la France, le 8 avril 1697 et s'est échoué sur les rives de la baie d'Hudson, le 8 septembre de la même année. Toutefois, en cinq mois de service, sa place dans l'histoire a été assurée comme le vainqueur de la plus grande bataille navale de l'histoire de la Nouvelle-France.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_P%C3%A9lican_(navire)
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand

  • Archives de Vigile Répondre

    27 juillet 2011

    Pour en savoir plus sur le sujet consulter le lien suivant;
    http://books.google.ca/books?id=U9tChhhw62AC&pg=PA206&dq=bataille+de+la+baie+d'hudson&hl=fr&ei=sf4vTqvmDcHcgQeZloGhAQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=6&ved=0CEMQ6AEwBQ#v=onepage&q=bataille%20de%20la%20baie%20d'hudson&f=false
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2011

    Le naufrage du Pélican
    Depuis le XVIe siècle, les Anglais et les Français se disputent le territoire avoisinant la baie d'Hudson pour la recherche du passage du Nord-Ouest et, surtout, pour sa richesse en fourrures. L'officier de marine Pierre Le Moyne d'Iberville, détenteur du monopole de la traite à la baie d'Hudson, reçoit, en 1697, une cinquième et dernière commission du ministre responsable des colonies pour aller chasser les Anglais de cette région. Avec un seul navire de 44 canons, le Pélican, le capitaine corsaire coule deux vaisseaux de guerre anglais, en met un autre en fuite et obtient la reddition du gouverneur de la baie d'Hudson, Henry Baley, après seulement cinq jours de bataille. Bien qu'Iberville ait gagné la bataille, le Pélican fait naufrage.
    Naufrage en 1697 du navire le Pélican à la baie d'Hudson, tiré de Claude-Charles Bacqueville de La Potherie, Histoire de l'Amérique septentrionale, Paris, Jean-Luc Nion et François Didot, 1722.
    CA BNC FC305 B326
    http://www.champlain2004.org/html/11/1123_full_1_f.html
    Honneur à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    25 juillet 2011

    Jacques Lacoursière et Pierre Lemoyne d'Iberville.
    Matin express: l'historien Jacques Lacoursière trace le portrait de Pierre Lemoyne d'Iberville.
    Pour voir le reportage consulter le lien suivant:
    http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2006/CBFT/OMNHB2366_20060706_083933.asx&epr=true
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    24 juillet 2011

    Pour en savoir plus consulter le lien suivant de la page 52 à 55.
    http://www.ourroots.ca/page.aspx?id=690198&qryID=d4398539-b763-47a1-8c5a-b932864983d8
    Bonne lecture et découvertes!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    24 juillet 2011

    Brevet de confirmation par le Roi de la concession accordée à Pierre LeMoyne d'Iberville (LeMoine) le 26 mai 1690 par Louis de Buade, Comte de Frontenac, et Jean Bochart Champigny, gouverneur et intendant de la Nouvelle-France . - 16 mars 1691
    Pour voir le document consulter le lien suivant:
    http://pistard.banq.qc.ca/unite_chercheurs/Anq_Afficher_image?p_page=1&p_anqsid=201107241320392572&P_cote=TP1,S36,P330&P_codedepo=03Q&P_numunide=834645&p_hauteur=549&p_largeur=1265
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    24 juillet 2011

    D'Iberville est une émission de télévision québécoise diffusée de 1967 à 1968. Il s'agit d'une série de 39 épisodes, réalisée en 1967-1968 par Radio-Canada, en collaboration avec l'Office de radiodiffusion télévision française, Radiodiffusion-Télévision Belge, et la Société Suisse de Radiodiffusion. Filmée près de la ville de Québec sur les berges de l'île d'Orléans, cette série retrace la vie de Pierre LeMoyne d'Iberville, principalement à Québec, en France et à la baie d'Hudson, jusqu'à la prise du Fort Severn. Ce fut une production importante à l'époque, avec plus de 175 acteurs et une reproduction à l'échelle du Pélican. Plusieurs comédiens québécois de renom y prirent part, dont Albert Millaire dans le rôle titre.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/D'Iberville_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e)
    À quand le retour ce cette série historique à Radio-Canada?
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juillet 2011

    Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France
    Le Moyne d'Iberville, Pierre
    Indications biographiques : (1661-1706) Soldat, marin, explorateur et aventurier, Pierre, troisième fils de Charles Le Moyne de Longueuil, est baptisé à Ville-Marie (Montréal) le 20 juillet 1661. Son éducation est rudimentaire ; très jeune, il veut être marin. On sait peu de choses de la jeunesse d'Iberville. Son père étant très actif dans le commerce des fourrures, le jeune Pierre aurait eu l'occasion de naviguer tant sur les rivières et les lacs de l'intérieur du continent que sur le fleuve Saint-Laurent vers Québec. Il a sans doute pu fréquenter les personnages importants de la colonie voire même se rendre en France pendant sa jeunesse car le gouverneur Le Febvre de La Barre lui confiera à l'âge de 22 ans la charge de porter ses dépêches à la cour. L'anoblissement de son père en 1668 pour services rendus au roi ouvre à ses fils l'opportunité de poursuivre une carrière en tant qu'officiers militaires. En 1681, Pierre habite toujours chez son père, dans la grande maison un peu en retrait de la rue Saint-Paul, à l'angle de la rue Saint-Sulpice. En 1686, il débute dans la carrière militaire et participe à plusieurs expéditions victorieuses contre des forts anglais. La déclaration de la Guerre de la Ligue d'Augsbourg en mai 1689 donne à Iberville l'occasion de poursuivre sa carrière. À la baie d'Hudson, il prend le fort York (1694), poste le plus lucratif de la Compagnie de la baie d'Hudson, qu'il rebaptise fort Bourbon. Plus tard, lorsque les Anglais le reprennent, Iberville repart vers la baie d'Hudson. Il fait preuve d'une grande bravoure en s'attaquant à trois navires anglais et fort York redevient français. La paix de Ryswick met fin à cette série d'aventures en 1697, et Iberville se voit alors chargé d'une nouvelle mission, la création d'une nouvelle colonie à l'embouchure du fleuve Mississipi. De 1698 à 1701, il établit une présence française en Louisiane, où il fonde le fort Maurepas, dans la baie de Biloxi (1699). La petite colonie française de Louisiane est ensuite transportée à l'embouchure de la Mobile (fort Saint-Louis). Puis il quitte définitivement la nouvelle colonie en 1702. Par la suite, il souffre de nombreux accès de fièvre qui mineront sa santé. La reprise des hostilités par la Guerre de Succession d'Espagne lui offre l'occasion de reprendre la mer. En 1706, il prend le commandement d'une escadre de 12 vaisseaux pour harceler, non plus les postes anglais des mers du nord, mais les colonies britanniques des Antilles. Le 9 juillet 1706, la mort le frappe alors qu'il n'a que 45 ans; il est semble-t-il à la Havane où, pense-t-on, il a attrapé la fièvre jaune. (Pothier, Bernard, DBC II, 1986; Site de la Banque de données CCNQ; Site du Vieux-Montréal)
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://inventairenf.cieq.ulaval.ca:8080/inventaire/onePersonnage.do;jsessionid=1030DAEEC3E576F783106F4C12E95475?refPersonnage=67&returnForward=%2FoneLieu.do%3FrefLieu%3D112
    Gardons la mémoire de d'Iberville bien vivante!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juillet 2011


    Bernard Andrès, UQAM et Société des Dix
    Des activités de commémoration
    Partagés entre deux métropoles au terme de la guerre de Sept ans, les Canadiens se sont retrouvés tributaires de deux mémoires et de deux appareils archivistiques. Après la France et l’Angleterre, premiers dépositaires des archives canadiennes, la colonie laurentienne s’est dotée de ses propres institutions (Archives nationales du Canada puis du Québec). Mais, dans certains cas, l’Espagne recèle aussi des fonds concernant le Canada. C’est le cas de Pierre Le Moyne d’Iberville dont la mort à La Havane, en 1706, a laissé des traces de Cuba jusqu’à Séville (où son patronyme s’est retrouvé hispanisé sous la forme de « Don Pedro Berbila, capitán frances »). Durant l’année du tricentenaire de sa disparition, j’ai eu l’occasion d’interroger la façon dont s’est construite la mémoire de ce héros de la Nouvelle-France et comment les commémorations récentes ont ravivé et exploité la figure de ce personnage historique. Je livre ici un résumé de ces réflexions, mais aussi un témoignage sur l’une des commémorations à laquelle j’ai été lié de près1. Il s’agissait d’organiser un événement à La Havane sur le tricentenaire de la mort du héros canadien. Avec une équipe de l’UQAM issue du Groupe José Marti d’études et de recherches sur Cuba, nous avons élaboré un programme, en collaboration avec le Bureau de l’Historien de La Havane et nos collègues de l’Institut pédagogique José Varona. Ces derniers ont en effet fondé récemment une Chaire d’études québécoises « Pierre Le Moyne d’Iberville » liée à notre groupe par un protocole inter-universitaire2. Début juillet 2006, un colloque sur d’Iberville et sur la coopération Québec-Cuba eut ainsi lieu à La Havane : « Tras las huellas de Iberville/Sur les traces d’Iberville », parallèlement à divers événements culturels dont un festival de films québécois, un récital du chanteur Richard Desjardins et diverses expositions qui prirent place dans la Vieille Havane.
    Pour en savoir plus sur le sujet consulter le lien suivant;
    http://www.cfqlmc.org/bulletin-memoires-vives/bulletins-anterieurs/bulletin-nd22-octobre-2007/203
    Bonne lecture et découvertes!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juillet 2011

    Bien que la carrière de Pierre Le Moyne d’Iberville n’ait eu aucune conséquence militaire ou politique, ses exploits sont néanmoins lourds d’une signification durable. En effet, ils ne furent égalés par personne d’autre en Nouvelle-France et illustrent de façon éloquente la force morale et l’endurance physique, l’esprit d’initiative et la faculté d’adaptation dont les habitants de la colonie devaient tous, dans une certaine mesure, faire preuve pour survivre et améliorer leur sort dans le pays rude et sauvage qu’était l’Amérique du Nord à cette époque. L’ardent patriotisme, la bravoure et même la sauvage cruauté qui caractérisaient les campagnes d’Iberville contre les Anglais étaient jusqu’à un certain point des qualités essentielles à la vie et au progrès en Amérique du Nord dans les premiers temps de la colonie. Pris dans ce contexte, Iberville est un personnage important ; il est sans l’ombre d’un doute le premier véritable héros canadien.
    Pour en savoir plus sur le sujet consulter le lien suivant;
    http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=35062&PHPSESSID=mslfcmmv10e2mfnfqraft44s54
    Bonne lecture et découvertes!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juillet 2011

    Pierre Le Moyne d'Iberville a 350 ans
    C'était, cette semaine, le 350e anniversaire de naissance de Pierre Le Moyne d'Iberville, un personnage qui serait, selon certains historiens, l'un de nos plus grands héros nationaux.
    Pourtant, ses réalisations et sa vie de voyageur demeurent méconnues pour la majorité d'entre nous. Isabelle Richer s'entretient avec Dominic Chambaron, directeur de la Société d'histoire de Longueuil.
    Audio-vidéo
    L'entrevue avec Dominic Chambaron
    Pour plus de détals consulter le lien suivant:
    http://www.radio-canada.ca/emissions/lete_du_monde/2011/chronique.asp?idChronique=164511
    Vive d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juillet 2011

    Le tricentenaire de la mort de Pierre Le Moyne d'Iberville nous donne l'occasion d'une réflexion sur le sens et la portée des commémorations. En examinant la figure de ce personnage historique et la façon dont il a marqué les imaginaires, on découvre que ce « lieu de mémoire » est aussi un « nœud de mémoire » (P. Nora) : un souvenir complexe disputé par plusieurs générations d'historiens et de politiciens. Déjà légendaire au XVIII siècle, ce personnage controversé n'a pas cessé de troubler les esprits ni de cristalliser des tensions encore palpables de nos jours, qu'il s'agisse de l'interprétation de sa mort, ou de sa «renaissance» dans la toponymie, comme dans la nomination de navires canadiens. Né en Nouvelle-France et mort à Cuba, d'Iberville relève-t-il du passé héroïque canadien ou français ? Les Québécois d'aujourd'hui peuvent-ils s'y reconnaître, alors que et les Canadiens tentent de se l'approprier (bien qu'il se battît jadis contre l'Angleterre) ? Autant de questions soulevées par cette étude qui témoigne surtout de la capacité du personnage à conquérir et à captiver notre imaginaire.
    Pour en savoir plus sur le sujet consulter le lien suivant:
    http://www.erudit.org/revue/cdd/2006/v/n60/045768ar.pdf
    Bonne lecture et découvertes!
    Honneur à d'Iberville!
    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  • Claude G. Thompson Répondre

    21 juillet 2011

    Chère madame Morot-Sir.
    Merci de ce rappel historique. Ce matin même dans le journal le Devoir, un article traitait justement de l'anniversaire d'Iberville.
    Enfant, je me souviens avoir suivi avec une attention passionnée une série télévisée produite par le réseau français de Radio-Canda intitulée "D'Iberville" mettant en vedette le grand comédien québécois Albert Milaire dans le rôle-titre.
    On peut encore voir exposées, dans les corridors de la Société Radio-Canada à Montréal où je travaille, les maquettes géantes des navires qui servirent à illustrer les combats navals émaillant les péripéties de la vie aventureuse de ce héros de chez nous.
    Cette série est dans la mémoire de tous ceux qui comme moi, ont regardé, chaque semaine en "noir et blanc" dans les années 1960, cette série historique.
    Radio-Canada avait du reste, précédemment produit des séries historiques dont l'une, intitulée "Le courrier du roi" traitait de l'époque de l'intendant Cabot. Une autre, intitulée "Radisson" traitait de la vie et des aventures de Radisson.
    Claude G. Thompson

  • Archives de Vigile Répondre

    21 juillet 2011

    Comme le souligne ce site, pas moyen de trouver les feuilletons de la série Diberville :
    http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2011/07/histoire-pas-de-celebration-pour-le-350.html

  • Archives de Vigile Répondre

    21 juillet 2011

    Vous saviez que c'était le préféré de René Lévesque?
    «Mais commençons par tout ce qu'elle conserve, d'authentiquement vrai. Sur quelque 2,000 km du nord au sud et plus de 1,500 de l'est à l'ouest, le Québec est physiquement la plus grande des contrées du monde dont la langue officielle soit le français. Plus de quatre sur cinq habitants de ses habitants sont d'origine et de culture françaises. Hors de l'Europe, nous formons donc la seule collectivité importante qui soit française de souche.
    Nous pouvons, tout comme vous, évoquer sans rire, nos ancêtres les Gaulois. Et comme nous ne sommes pourtant que six millions au coin d'un continent comptant 40 fois plus d'anglophones, même qu'il nous advient de nous sentir cernés comme Astérix dans son village....et de songer aussi que l'Amérique du Nord tout entière aurait fort bien pu être gauloise plutot que...néo-romaine.
    Car, ce fut un incroyable commencement que le nôtre. De la baie d'Hudson et du Labrador tout en haut jusqu'au golfe du Mexique tout en bas, et de Gaspé près de l'Atlantique jusqu'aux Rocheuses d'où l'on voit presque le Pacifique, c'est nous -et c'est donc vous en même temps- qui fûmes les découvreurs et aussi les premiers Européens à prendre racine. Les pélerins du Mayflower n'avaient pas encore tout à fait levé l'ancre pour aller fonder la Nouvelle-Angleterre, que déjà Champlain avait érigé à Québec son habitation et que la Nouvelle-France était née.
    Et puis, pendant 150 ans, guerriers et missionnaires, colons et coureurs de bois écrivirent bon nombre des pages les plus extraordinaires, sinon les mieux connues, des 17e et 18e siècles.
    Quand j'étais petit garçon comme tous les enfants, j'avais mon héros personnel que j'ai sûrement partagé avec l'innombrables jeunes Québécois. Il s'appelait Pierre Lemoyne D'Iberville. De tous ceux qui, par des froids polaires comme des chaleurs torrides, sillonnèrent le Nouveau-Monde, il fut sans doute le plus fulgurant. Si son théâtre d'opérations n'avait pas ces lointains espaces, ou encore la Vieille France, on me permettra de le dire, eut-elle été un peu moins exclusivement rivée à l'Europe, vs auriez exclusivement aujourd'hui une multitude de petits Français qui rêveraient eux aussi à D'Iberville.
    Quoi qu'il en soit, cette histoire-là, pendant un siècle et demi, elle fut la nôtre -et la vôtre également et je me souviens qu'en arrivant au dernier chapitre, celui qui se termine par défaite et conquête, on perdait le goût de savoir la suite, et l'on revenait plutôt inlassablement au début, parce que la suite, n'en déplaise à nos concitoyens d'origine britannique, ça nous semblait devenu en quelque sorte l'histoire des autres.
    Car cette défaite, on l'a bien décrite en disant qu'elle en fut une au sens premier de l'expression, i.e. que quelque chose en sorti littéralement défait, démoli, et pour longtemps. Et ce quelque chose, c'était cette "attitude à devenir une nation normale" qu'un intendant du roi, comme bien d'autres observateurs, avait noté dansun rapport à Versailles. Si la colonisation française, la plus faible, n'avait pas eu à se heurter à la plus forte qui était l'anglaise, l'évolution de ces Canadiens, dont personne d'autre alors ne portait le nom, les aurait menés à la pleine existence nationale, tout aussi sûrement, et pas tellement plus tard, que les 13 autres colonies plus populaires qui devraient bientôt se baptiser les États-Unis.»
    Discours de René Lévesque à l'Assemblée nationale française, 1977

  • Archives de Vigile Répondre

    21 juillet 2011


    Madame Morot-Sir,
    Félécitations pour ce dernier texte fort étoffé de
    renseignements utiles. Il se peut que les deux hommes
    soient morts d'empoisonnement alimentaire causé par le
    fait qu'ils mangeaient dans des assiettes de cuivre. Le
    roi anglais George lll a souffert du même mal. Les
    assiettes de porcelaine et les ustensiles d'argent
    de même que le lavage des mains et de la vaisselle
    ont réglé ce problème qui atteignait les classes
    élevées. Louis XlV mangeait avec ses mains directement
    dans les plats et comme il saisissait sa nourriture par
    le dessus, il évitait le poison qui se formait dessous
    au contact du cuivre.
    Salutations

    JRMS