Gens du pays ...

Belle et Joyeuse Fête nationale à tous

De très nombreux pays ont fait ce même rêve, ils ont avancé sans un regard en arrière et n’ont jamais regretté d’avoir laissé un statut qui les obligeait à accepter un autre destin que le leur.

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

Cette si belle fête nationale du Québec, fête choisie le jour même de la Saint Jean en ce solstice d’été, fête emmenée depuis la vieille France sur ce sol d'Amérique septentrionale par les premiers Français, mais coutume qui remonte à la nuit des temps, partagée par tant d’autres peuples de la terre, tous allumaient déjà des feux illuminant la nuit la plus courte de l’année, se rassemblant pour sentir cette appartenance à une même nation, souhaitant des récoltes abondantes pour leur survie. Aujourd’hui, les désirs, le rêve existent toujours, le rêve d’un autre avenir que l’on verra encore se dessiner dans ces flammes joyeuses, vivantes qui crépiteront à nouveau ce soir de la Saint Jean.
Quel rêve merveilleux si un peuple est assez nombreux pour partager le même rêve car il sera alors en passe de se réaliser, le rêve n’est-il pas le dernier pas vers la liberté?
Rêvons tous d’arrêter un instant le Monde, le Québec ne va-t-il pas enfin demander d’embarquer ?
De très nombreux pays ont fait ce même rêve, ils ont avancé sans un regard en arrière et n’ont jamais regretté d’avoir laissé un statut qui les obligeait à accepter un autre destin que le leur.
Le destin de cette Nouvelle France, devenu aujourd’hui celui du Québec, est inégalable dans celui du reste du monde, c’est pourquoi en ce soir de la Saint Jean, il est si important de ne pas arrêter le rêve, avec ce petit miracle de parler le Français en cette terre d'Amérique du Nord, malgré tout ce qui a été mis en travers de votre route, un véritable miracle aussi de constater combien il existe encore de personnes désirant entrainer toutes les autres dans ce rêve. Un peuple pour conquérir sa liberté ne doit-il pas avant tout s’unir ? Ne doit-il pas dans un tel contexte politique mondial particulièrement difficile, persister, se maintenir, se souvenir?
Alors autour du feu de la Saint Jean, reprenons ces paroles avec Loco locass :
Allons-nous mourir en nains
_ quand nous sommes nés géants?
_ Nous avons le cœur corsaire de d’Iberville
_ le pur sang mêlé de Riel et des premières nations
_ nous avons l’aviron de Radisson
_ la vigueur de la Vérendrye
_ les jarrets de Louise Joliet
_ et de tous les talents de l’intendant Talon
_ nous sommes des surhommes uniques,
_ générés par le génie de l’Europe et de l'Amérique
_ Allons-nous mourir en nains quand nous sommes nés géants?
Bonne fête nationale à tous!

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir151 articles

  • 279 975

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



10 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juin 2011

    Chère Madame Morot-Sir,
    Nous appréçions toujours vos cours d histoire de la Nouvelle France, je sais que vous avez écris des livres sur notre histoire. En ce moment-çi nous vivons des heures tristes, même très tristes, mais nous sommes des adultes, nous prenons notre futur en main et avec tout le respect que je vous dois, la France nous a déjà abandonné une fois, et je pense que notre futur est entre nos mains .
    Le Québec est une nation qui a atteint une grande maturité
    dans les derniers 40 ans et nos enfants et petits-enfants feront de ce pays ce qu' ils pensent etre pour le mieux.
    Personnellement je leur fais confiance, ils le feront à leur image .

  • Nicole Hébert Répondre

    24 juin 2011

    Merci!, Marie-Hélène, de votre indéfectible intérêt pour nous et notre sort. Et pour vous consoler de ces sombres commentaires, j'espère que vous avez - ou allez - écouter de toutes vos oreilles la parole de notre merveilleux Fred - Pellerin - et vous verrez qu' "Y s'ra un' fois"..., pas trop lointaine j'espère, "dans un pays lointain, moins lointain, maintenant qu'on l'a dit"!!! Merci de le répéter souvent avec nous,
    Mes amitiés,
    Nicole

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    24 juin 2011

    Je vous remercie tous infiniment d’avoir pris la peine d’écrire ces commentaires; pourtant même si le cœur est loin d’être à la fête, et les raisons sont en effet bien nombreuses, ne faudrait-il pas penser comme Monsieur Gaston Boivin “ pas question d’abandonner!”
    Ne faudrait-il pas se rappeler la phrase de Lionel Groulx qu’il nous cite? . Depuis 1763 chaque génération a œuvré de toutes ses forces pour résister, pour se maintenir .. Alors seriez-vous réellement arrivés à un point de non retour? Serait-ce votre génération qui baisserait les bras ?. Lord Durham serait-il vraiment parvenu à vous faire plier ?. Je ne peux pas le croire !
    C’est un moment de découragement difficile à vivre, mais vous allez trouver de nouvelles forces et serez plus enthousiastes qu’avant .Ne déprimez pas, chers Michel Laurence, F. Lemay.. Votre pays de Québec a besoin de personnes comme vous tous...
    Un petit mot sur Pierre Radisson et son beau-frère Médard chouard des Groseilliers.. Certainement pas les traitres qu'on a bien voulu laisser croire au cours des siècles..La légende à la vie dure si on ne lit pas les vieux textes du passé entre les lignes.. N'auraient-ils pas plutôt pu être les yeux et les oreilles de la Nouvelle France auprès des Anglais à la Baie d'Hudson ?.

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juin 2011

    F. Lemay conclut: " le language y est différent."...
    volontaire ou non, cette graphie nous représente bien: "language" orthographié en anglais au lieu du français "langage"... en plein dans l'affirmation: "est différent".

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juin 2011

    Pour sauver le Québec français faudrait commencer par enseigner le français de façon correcte. Depuis les années 70 la langue écrite chez les ados est misérable. La faute repose sur les épaules de tous les gouvernements qui se sont suivis..fédéraliste ou indépendantiste.
    Quand on va a Montréal on entend l' anglais, l' arabe, le créole et l espagnol mais pas beaucoup de français.
    On a manqué le bateau quand le vent soufflait de notre coté, les vieux ont maintenant décrochés et les jeunes ne veulent pas en entendre parler, ils décrochent au secondaire et passent plus de temps a texter les copains. le language y est différent.

  • Gaston Boivin Répondre

    23 juin 2011

    @ F.Lemay
    En lisant votre commentaire, je me suis rappelé ces propos, qu'écrivait en 1952 l'historien Lionel Lionel Groulx:
    --''.........Chaque génération, depuis 1760, a dû mériter de rester française. Celle d'aujourd'hui ni celle de demain ne le resteront à un moindre prix......''
    Des propos qui nous rappellent que, pour un peuple, en position de fragilité comme le nôtre, perpétuer notre existence a toujours été, depuis la conquête anglaise, un effort individuel et collectif qui a incombé à chaque génération.
    Récemment, dans la tribune libre de Vigile, quelqu'un rappelait qu'il n'y avait plus de ciment entre les générations!
    Dans le passé, nos institutions ont toujours su conscientiser nos compatriotes à cette réalité de la fragilité de notre existence où les moindre oublis et les moindres relâchements pouvaient à travers les ans créer une accumulation qui pourrait lui être fatale.
    Dans les trente dernières années, les fédéralistes se sont rendus maîtres de biens de nos institutions, dans le but de les influencer défavorablement afin de nous rendre plus dociles et assujettis à l'affirmation de leur Canada tel qu'ils le conçoivent et moins enclins et presque indifférents à l'affirmation de la nation issue de la Nouvelle-France et par conséquent du Québec et de sa nation: Mercenaires d'abord au service du fédéralisme déguisés en politiciens prétendument au service du Québec et de sa nation, organes d'information transformées en système de désinformation et de propagande fédéraliste, envahissement systématique des institutions d'enseignement supérieur, (faut-il le préciser, l'éducation étant une matière de compétence exclusivement provinciale) le tout via les subventions et la création de Chaires de recherches universitaires financées par le fédéral et assujettis à leur contrôle, manipulation de l'enseignement de l'histoire afin de la rendre conforme à la vision fédérale canadienne du Canada de la conquête et d'éteindre la flamme issue de la Nouvelle-France qui est l'essence même de ce que nous sommes, ce que le Canada de la conquête n'a jamais accepté et ce qu'il a toujours cherché à faire disparaître, présentation du projet indépendantiste comme péchant contre l'universalisme (d'être presqu'un péché contre l'humanité), et de leurs adeptes comme des racistes et des fascistes: Ces attaques tout azimut sont en train de produire leurs effets et de percer notre flanc jusqu'alors inébranlable. Les résultats surprenants de l'élection 2 mai, les crises au P.Q., la multiplication des partis politiques qui n'en finissent plus de naître et de vouloir le faire, la désinvolture des décisions prises par plusieurs des nôtres qui prônent, en attendant l'indépendance de notre pays, l'indifférence ou le retrait sur la scène fédérale comme une vertu stratégique favorisant l'indépendance de notre pays et de notre nation, si ce n'est son contraire, la division sans cesse croissante des nationalistes et indépendantistes, voir même des Québécois en général, tout milite à faire en sorte que le ciment ne prenne plus entre les générations et leurs composantes et qu'une bonne partie des nôtres sont en train de perdre leurs racines et et de passer de l'autre côté à hurler avec la meute contre ce que nous sommes et notre véritable pays.
    Nous sommes à la croisée des chemins: Ou nous trouvons la façon de nous unir à nouveau et créons de nouveaux moyens pour combattre ce qui est ici précédemment dénoncé, de façon à conscientiser à nouveau les Québécois du danger immanent qui pèse sur notre existence, de manière à atteindre le plus rapidement possible notre indépendance, ou sinon nous glisserons inévitablement dans la rivière tumultueuse de l'assimilation où plus rien ni personne ne pourra empêcher que nous y disparaissions.
    À nous d'agir. Pas question d'abandonner!
    Bonne Saint-Jean Baptiste à toutes et tous!

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juin 2011

    Chère madame Morot-Sir.
    La fête nationale sera morose cette année. Après la mort du Bloc et l' agonie du PQ, on se réveille dans un autre dimension. Quand à peine 3 personnes sur 10 croient en la souveraineté, le Québec prend une autre direction. Moi qui y était depuis le début, je n' y croit plus.
    En plus que l' alccol sera prohibé sur les Plaines, et bien comme un jeune disait cette semaine...ous que sé le party asteure...

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juin 2011

    Avez-vous remarqué madame Morot-Sir le thème de la fête cette année? La chasse-galerie qui n'amena les gens nulle part! C'est à peu près où le peuple québécois s'en va...NULLE PART! Ou plutôt, chez le yable!

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juin 2011

    Surprenant cet erreur des Locos Locass présentant Radisson comme un patriote à imiter lorsqu'en réalité il fut le premier traître et collabos avec les anglais , il nous trahissait .

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juin 2011

    Merci Mme Morot-Sir,
    Mais, dans mon cas, aujourd'hui et vendredi sont des jours de deuil national. http://t.co/920TWQC