Bouquins politiques: la déquébécisation du Canada se poursuit

Actualité du Québec-dans-le-Canada - Le Québec entravé


Vous savez que j’aime tenir la chronique, dans ces pages, de la décanadianisation du Québec et de la déquébécisation du Canada. Des événements, petits et grands, qui montrent bien que l’indifférence grandit dans les esprits et dans les faits.
Ce jeudi, le monde des scribes politiques est en émoi car on vient d’annoncer la liste des 25 meilleurs livres politiques canadiens des derniers 25 ans. J’en ai lu plusieurs, qui sont excellents.
Cependant, aucun livre politique francophone n’est dans la liste, ce qu’a soulevé pour s’en attrister notre collègue Paul Wells dont l’un des très bons bouquins, Right Side Up: The Fall of Paul Martin and the Rise of Stephen Harper’s Conservatism, est en nomination.
J’ai eu la curiosité de regarder si des livres francophones, ou plus généralement québécois, s’étaient glissés dans la liste plus longue des 180 nominations.
Il y a, c’est un fait, quatre livres québécois francophones, dans leur version française, où on trouve votre humble serviteur:
Attendez que je me rappelle by René Lévesque
_ Gouverner le Québec by Robert Bourassa
_ Aux pays des merveilles: Essai sur les mythes politiques québécois by André Pratte
_ Le naufrageur: Robert Bourassa et les Québécois by Jean-François Lisée
Il y en a un certain nombre de livres dont la version anglaise figure dans la liste, même si des versions françaises existent:
Extraordinary Canadians: Wilfrid Laurier by André Pratte
_ Reconquering Canada: Quebec Federalists Speak Up for Change edited by André Pratte
_ French Kiss: Stephen Harper’s Blind Date with Quebec by Chantal Hébert
_ Memoirs: 1939-1993 by Brian Mulroney
_ Rogue in Power: Why Stephen Harper is Remaking Canada by Stealth by Christian Nadeau
_ Young Trudeau: 1919-1944: Son of Quebec, Father of Canada by Max and Monique Nemni
_ From Bourassa to Bourassa: Wilderness to Restoration by L.Ian MacDonald
_ Shake Hands with the Devil: The Failure of Humanity in Rwanda by Romeo Dallaire
Puis il y a des livres en anglais seulement (corrigez-moi si je me trompe) d’auteurs québécois:
Stephen Harper and the Future of Canada by William Johnson
_ The Long Road Back: The Conservative Jouney: 1993-2007 by Hugh Segal
_ The Right Balance: Canada’s Conservative Tradition by Hugh Segal
_ Canadian Politics, 5th Edition by James Bickerton and Alain G. Gagnon
_ Sacré Blues: An Unsentimental Journey Through Quebec by Taras Grescoe
_ Rescuing Canada’s Right: Blueprint for a Conservative Revolution by Tasha _ Kheiriddin and Adam Daifallah
_ Globalization and the Meaning of Canadian Life by William Watson
Qu’en conclure ? 1) Qu’André Pratte est très connu, ou du moins très apprécié, au Canada-anglais; 2) Que les mémoires de Jean Chrétien ont été snobbés — ce qui est un comble!; 3) Que les organisateurs ne se sont pas forcés pour trouver les versions françaises des livres.
Mais je suis plutôt zen sur ces questions. C’est beaucoup demander aux jurys canadiens basés à Toronto de faire semblant de s’occuper du Québec, puis de le faire avec compétence. Nous sommes si loin…
Et en fait, puisqu’il s’agit de livres politiques “Canadiens” des 25 dernières années, on suppose que les choix doivent se définir en fonction d’un sujet “pancanadien”. Ce qui exclut l’essentiel des livres politiques québécois des dernières années, centrés sur le Québec. Sur le site des organisateurs, j’ai pu lire un commentaire courroucé d’un lecteur affirmant qu’aucun livre sur l’Ouest canadien n’a fait la liste. Il y a cependant quelques livres sur la vie politique ontarienne et un livre sur les perceptions de Cuba!
Mais la liste des dix finalistes porte strictement sur une vision “pancanadienne” des choses.
Si je n’étais pas en conflit d’intérêt, je lancerais un concours des 25 meilleurs livres politiques québécois des 25 dernières années. Peut-être la FPJQ pourrait-elle s’en charger ?

Squared

Jean-François Lisée297 articles

  • 180 142

Ministre des relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur.

Il fut pendant 5 ans conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard et un des architectes de la stratégie référendaire qui mena le Québec à moins de 1% de la souveraineté en 1995. Il a écrit plusieurs livres sur la politique québécoise, dont Le Tricheur, sur Robert Bourassa et Dans l’œil de l’aigle, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste, qui lui valut la plus haute distinction littéraire canadienne. En 2000, il publiait Sortie de secours – comment échapper au déclin du Québec qui provoqua un important débat sur la situation et l’avenir politique du Québec. Pendant près de 20 ans il fut journaliste, correspondant à Paris et à Washington pour des médias québécois et français.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé