PARTI CONSERVATEUR DU QUÉBEC

Duhaime, le français et le nettoyage ethnique

183392bc758a7dc6814d06aefc962768

Si Duhaime veut le vote des nationalistes, il doit purger son parti des éléments les plus toxiques


Éric Duhaime déploie beaucoup d’énergie ces temps-ci pour gagner en crédibilité. Le but, d’ici l’élection, semble de devenir incontournable et d’être invité aux débats télévisés. Le recrutement récent comme candidat d’un médecin endocrinologue comme Roy Eappen constitue une bonne prise à cet égard. Sauf que ce dernier crache à répétition sur la majorité francophone depuis des années, suivant des captures d’écran que j’ai obtenues. Celles-ci ont été faites à partir d’un blogue désormais inaccessible.


Le cinq octobre 2012, par exemple, M. Eappen écrivait qu’il y avait du «nettoyage ethnique» au Québec. La raison? Françoise David, députée de QS, disait qu’il devait y avoir moins d’emplois qui nécessitaient la connaissance de l’anglais. Pour Roy Eappen, cela s’inscrivait dans une stratégie pour éradiquer la présence anglaise au Québec.



Le Dr Roy Eappen, à Montréal, le 17 février.

Photo d'archives, Chantal Poirier

Le Dr Roy Eappen, à Montréal, le 17 février.




L’accusation de nettoyage ethnique a été faite aussi à quelques reprises par l’intéressé contre le PQ. En septembre 2012, il dénonçait les politiques «socialistes et xénophobes tordues» de ce parti, accusé d’être «raciste» dans un autre billet.


En avril 2012, Eappen reprochait par ailleurs aux élites québécoises de «souffler sur les braises de la division». Cette fois, c’est Jean-François Lisée et la revue l’Actualité qui étaient accusés de pratiquer le «nettoyage ethnique», et ce, à la suite de la publication d’un sondage et d’un dossier sur la communauté anglophone.





Il faut dire que sur le plan de la langue, la recrue conservatrice fait cause commune avec Maxime Bernier. La loi 101 n’est plus nécessaire, a-t-il écrit en 2011. Tout le monde doit pouvoir envoyer ses enfants à l’école anglaise. Que voulez-vous? On est libertarien ou on ne l’est pas!


Aujourd’hui, Roy Eappen explique dans Le Journal qu’il a changé d’idée. Il ne souhaite plus le retrait de la loi 101. Soit. Il reste muet toutefois sur le fait qu’il a accusé plein de gens de nettoyage ethnique simplement parce qu’ils voulaient protéger le français.


Dans le programme du PCQ, on peut lire qu’Éric Duhaime est conscient de «la lourde responsabilité, qui est celle d’être à la tête du seul peuple français d’Amérique». Le chef conservateur veillera «à son existence et à son développement».


S’il fallait que les électeurs puissent lire les chroniques de Roy Eappen, ils pourraient douter du sérieux de Duhaime à défendre notre langue. Comment le chef conservateur peut-il réconcilier cet engagement avec le fait qu’il fasse désormais cause commune avec quelqu’un qui affirme que les Québécois qui veulent défendre leur langue pratiquent le nettoyage ethnique?


Voilà sans doute pourquoi le blogue de M. Eappen n’est plus disponible. De façon mystérieuse, le lien qui menait à ses chroniques passées indique qu’il faut désormais une invitation pour les lire. En anglais, on appelle ça un cover up.


Deux choses ressortent ici. D’abord, on peut douter sérieusement du nationalisme d’Éric Duhaime. Deuxièmement, sachant que l’intéressé accuse Legault de manquer de transparence dans sa gestion de la pandémie, le fait que le PCQ cache le passé embarrassant d’un candidat dégage une désagréable odeur d’hypocrisie.










Featured 65d96e9d8ad13130adc633d7299cf21e

Frédéric Bastien122 articles

  • 51 054

Titulaire d'un doctorat en relations internationales de l'Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, Frédéric Bastien se spécialise dans l'histoire et la politique internationale. Chargé de cours au département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal, il est l'auteur de Relations particulières, la France face au Québec après de Gaulle et collabore avec plusieurs médias tels que l'Agence France Presse, L'actualité, Le Devoir et La Presse à titre de journaliste. Depuis 2004, il poursuit aussi des recherches sur le développement des relations internationales de la Ville de Montréal en plus d'être chercheur affilié à la Chaire Hector-Fabre en histoire du Québec.





-->