L’enfant gâté JJC démasqué par Serge Charbonneau.

Un dénationalisateur parachuté d’Ottawa peut bien être arrêté.

c’est l’entêtement plus que puéril qui pousse Jean Charest à refuser toute proposition d’entente venue des étudiants

Tribune libre

Le billet de Serge Charbonneau a fait l’unanimité de la colère citoyenne grâce à cette habile technique fréquente dans la rhétorique Charest : retourner sur lui le glaive de l’ennemi ! Un Premier Ministre cherche à noircir l’élément jeune de sa population en utilisant tous ses pouvoirs pour l’infantiliser, le criminaliser par association et le rendre responsable d’un chaos social qui lui assurerait l’élection vers un quatrième mandat, ce qui est par définition incriminant pour un même gouvernement qui s’afficherait ainsi comme corrompu !
Ce plan machiavélique qui avait la lâcheté de qualifier d’enfants gâtés les étudiants susceptibles de réveiller la population, S. C. l’a retourné comme un gant pour montrer que c’est l’entêtement plus que puéril qui pousse Jean Charest à refuser toute proposition d’entente venue des étudiants. La dernière ministre sacrifiée pour mimer une négociation s’est d’ailleurs retirée de la table en avouant que les électeurs libéraux n’accepteraient aucun pas en arrière. Cette IMPASSE s’allonge même dans un inimaginable rêve d’enfant gâté de Charest : il se reproduit en Gilbert Rozon puisque ce dernier reprend la cassette authentique du renard : les étudiants constituant un danger, il tentera de les neutraliser… ce qui échouera et servira la thèse du risque de chaos social : bouc émissaire pour rassembler un peuple timoré (parce que désinformé) derrière un gouvernement « stable ».
Maintenant, comment activer notre motivation de façon utile ?
D’abord appuyer les étudiants dans leur capacité à résister à la violence. Ces provocations diaboliques pourraient faire exploser les tempéraments les plus réfléchis. Ils doivent sentir que les « boomers » ne sont pas leurs ennemis. Ils l’ont bien compris dans la force des casseroles mais nous devons maintenir notre visibilité à leurs côtés. Ainsi, dans les partis politiques qui devront affronter « l’enfant gâté » nous pouvons faire une différence en influençant le discours électoral. Nous pouvons y étaler au grand jour, pour ceux qui auraient été distraits, comment la loi 78 est un cocktail répressif pour couper les jambes à la critique. Ne négligeons surtout pas de rappeler que les droits de scolarité les plus bas au Canada, c’était une décision de la Révolution tranquille pour former une élite francophone et pour démocratiser les études supérieures. L’argumentaire électoral doit insister sur le principe immuable, néo-libéral, que LES ÉTUDIANTS DOIVENT PAYER (utilisateur payeur). Il faut paupériser les étudiants pour garder au pouvoir les amis traditionnels qui se partagent le gâteau.
Bref, pas besoin de discours très compliqués pour toucher les parents travailleurs, désormais sensibilisés, en mettant les « spots » sur les ruses d’un JJC :
… pour être réélu, faire oublier son bilan désormais démasqué. Ceci au moyen d’un chaos social qui ferait craindre pour nos acquis, économiques et même identitaires. Si les trois mois d’impasse avec les étudiants n’ont pas été prémédités, ils sont en tout cas une excellente occasion à saisir pour transformer cette énergie nouvelle en risque social. Il fut même démontré en cours de route, que l’État avait peu d’efforts à fournir pour provoquer des débuts d’émeutes et montrer des blessés graves : LA VIOLENCE ! Un gouvernement ne cède pas devant la violence, la menace, l’intimidation…
L’action la plus efficace des Vigiliens : l’argumentaire démasquant le mensonge néo-libéral.

Squared

Ouhgo (Hugues) St-Pierre196 articles

  • 152 230

Fier fils de bûcheron exploité. Professeur retraité d'université. Compétences en enseignement par groupes restreints, groupes de réflexion, solution de problèmes. Formation en Anglais (Ouest canadien), Espagnol (Qc, Mexique, Espagne, Cuba), Bénévolat latinos nouveaux arrivés. Exploration physique de la francophonie en Amérique : Fransaskois, Acadiens, Franco-Américains de N.-Angl., Cajuns Louisiane à BatonRouge. Échanges professoraux avec la France. Plusieurs décennies de vie de réflexion sur la lutte des peuples opprimés.





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    5 juin 2012

    En tout cas si Charest pouvait compter sur Gesca La Presse Radio-Canada autrefois pour gagner ses élections, Pierre-Carl Péladeau avec Québecor a joint sa meute de chroniqueurs du dimanche au PDG de Sagard .
    Les 200 millions en subvention de Charest pour le futur amphithéatre Québecor de Québec, ça change pas le monde mais....

  • Serge Charbonneau Répondre

    5 juin 2012

    Oui, M. Didier: « Et ça marche » !!!
    Quel malheur !
    Il faut éveiller les gens à ces manœuvres.
    En complément au texte de M. Ougho:
    http://www.youtube.com/watch?v=Tjk042c9JPg&feature=player_embedded
    Serge Charbonneau
    Québec

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    5 juin 2012

    @ Didier,
    On pourrait dire mieux: machine à voler les élections!
    Mais ça, tout le monde le sait: après 3 mandats, un gouvernement a trop frayé avec les pots de vin, il n'est plus apte.
    Notre rôle à nous, ici, c'est plutôt de trouver un moyen de l'arrêter! Pour cesser de se faire voler les élections, il faut être éveillés, dénoncer les mensonges et montrer aux abstentionnistes qu'ils peuvent revenir voter puisque nous présentons maintenant une formation unie pour s'occuper de notre pays! Celle qui doit montrer du leadership, c'est Marois, en se montrant indépendantiste avant, pendant et après l'élection, pour rassembler sous une même bannière, le carré rouge s'il le faut, tous les vrais indépendantistes dispersés. Seule une coalition de tous nos talents peut signer son bleu au Joker.

  • Archives de Vigile Répondre

    5 juin 2012

    Monsieur Charest est une machine à gagner des élections: c'est la tendance "in" en Occident de ce temps-ci.
    Stephen Harper, Barack Obama sont également des machines à gagner des élections.
    Des spécialistes en marketing gravitant autour de l'élite capitaliste de la finance et des affaires se chargent de nous vendre ces politiciens qui ont été choisis pour leur magnétisme sur les foules.
    Et ça marche!