Criminels, malades mentaux, toxicomanes, itinérants, autochtones

Devrait-on limiter certains droits et libertés à ceux qui sont inaptes à les exercer?

Au nom de la sécurité publique

0ccbfda3bb96277337c571994b650eab

Tribune libre

Compte tenu de tout le marasme social actuel, le temps est peut-être venu de reconsidérer à qui on peut accorder l'ensemble des droits et libertés contenus dans les chartes, constitutions et codes de loi. Certains citoyens nécessitent certaines limitations en raison de leur incapacité à fonctionner normalement en société sans causer de trouble à la paix publique à répétition.


Nouvelles données sur l'itinérance au Québec : les Autochtones toujours  surreprésentés | Radio-Canada

Le laisser-aller que l'on connaît, la permissivité empreinte de mollesse, la tolérance passive, l'apathie des autorités, le manque de volonté énergique que l'on observe ne fait qu'engendrer l'accroissement des problèmes.


L'itinérance, dans l'ombre des statistiques - Montréal Campus

Il existe plusieurs catégories de gens qui se montrent inaptes à exercer droits et libertés de manière lucide et responsable (malades mentaux psychotiques, déficients profonds, démence sénile, polytoxicomanes en manque, itinérants agressifs, autochtones désoeuvrés, criminels endurcis, chauffards ivres récidivistes, délinquants sexuels). Et c'est sans parler du surnombre de migrants rôdeurs sans statut officiel potentiellement dangereux qui errent dans nos rues.


Itinérance – De plus en plus de nouveaux visages, hommes et femmes dans les  camps à ciel ouvert à Drummondville – Vingt55

Il existe déjà de la réglementation visant à encadrer certaines de ces catégories, comme la mise sous tutelle ou la Curatelle publique, lorsqu'une évaluation psychologique détermine qu'une personne n'est plus apte à prendre de décisions éclairées la concernant ou à gérer son quotidien. D'autres gens par exemple n'ont pas le droit de vote, de conduire une auto ou d'approcher des personnes précises (ordonnance de protection civile suite à de la violence conjugale).


Patrouilleurs RIC (Réponse en intervention de crise) - Service de Police de  la Ville de Montréal - SPVM

Face à tous les droits et libertés qui nous sont accordés, s'il y en a un comportement qui ne pourra jamais être admis, c'est bien celui de troubler l'ordre public. Et c'est là que doivent entrer en jeu des mesures de restriction pour la gestion des cas récurrents.


Des milliers de campements démantelés au pays face à une itinérance  croissante | Le Devoir

Il est possible d'élaborer diverses mesures visant à contenir les excès de certains fauteurs de trouble qui font peur à voir, et qui causent des ennuis sur une base régulière et nuisent au bon fonctionnement de la vie en société, et qui pour cette raison, auraient besoin d'être mieux encadrés.


Voyons quelques mesures efficaces pour régler tous ces problèmes.




1.    Par exemple, le droit d'association devrait être retiré aux gangs de rue, aux membres du crime organisé comme la mafia ou les Hell's Angels. Chaque individu une fois fiché ne pourra fréquenter sur une base régulière leur groupe d'appartenance, se réunir avec eux, ni établir le moindre contact.


À lire: Que la simple appartenance à une organisation du crime organisé soit passible de détention à vie


L'itinérance au Québec | Notre université

2.    Les malades mentaux diagnostiqués psychotiques (perte de contact avec la réalité) qui courent les rues, incluant ceux qui finissent par tuer leurs parents et leur famille proche devraient être privés de liberté et internés à l'asile d'aliénés par mesure préventive, suite à une évaluation psychologique. Il ne faut pas attendre qu'ils aient commis l'irréparable pour agir.


À lire: Faudrait-il enfermer les fous de l'asile comme avant?




3.    Les polytoxicomanes devraient être tout simplement retirés de la circulation, enfermés avec de la drogue à volonté en hospice fermé, pour qu'on ne retrouve plus de seringues et de substances dans les parcs d'enfants, pour qu'on n'ait plus à la vue des épaves humaines aux comportements dérangés, des zombies fentanylisés aux actes imprévisibles qui ne savent plus ce qu'ils font, incluant ceux qui élisent domicile dans les souterrains du métro et agressent les gens sans prévenir. (Note: la Colombie-britannique vient de mettre fin à son programme de décriminalisation de drogues dures qui n'a fait qu'empirer la situation en multipliant les lieux de consommation publics, tout à l'opposé de l'effet escompté. Il faut retirer les drogués de la circulation, un point c'est tout).


Itinérance autochtone : une « crise humanitaire » qui interpelle tous les  gouvernements | Radio-Canada


Inuite sans abri happée mortellement: d'autres accidents semblables ont eu  lieu | Le Devoir


Photoreportage | Les visages d'une crise humanitaire | La Presse



Itinérance dans Milton-Parc: certaines actions tardent encore, selon  l'Ombudsman de Montréal | JDM


4.    Agglutinés dans le secteur Milton-parc du Plateau Mont-Royal à Montréal, des paquets d'autochtones et d'inuits désoeuvrés traînent et végètent saoûls ou drogués, étendus de tout leur long par terre; ce sont des comportements tout simplement inacceptables en société, ils dérangent et font peur à tout le voisinage. On ne peut tolérer qu'une situation aussi déplorable puisse se prolonger indéfiniment. Ce mode de vie qui est le leur n'est pas le nôtre. Il suffit alors de changer l'application des lois pour obliger ceux-ci à rester confinés sur leur réserve et à consommer sur place. Si cela implique devoir restreindre certaines libertés de mouvement, c'est que cela devient nécessaire pour faire respecter l'ordre public. Qu'on applique ou établisse des règlements municipaux interdisant l'errance, le vagabondage et la mendiance. Et qu'on coffre immédiatement les contrevenants.


Mort d'un itinérant autochtone: Ottawa réclame plus d'humanité de la part  de Legault | L'actualité

5.    On a vu ici ce qu'on peut faire pour venir en aide aux itinérants perturbés, et faire en sorte qu'ils ne nuisent pas aux honnêtes citoyens ni aux commerces (quartiers gai et chinois de Montréal détériorés et évités par la population) par leur présence dérangeante. Un meilleur encadrement de leurs allées et venues les protégera.

À lire: Aménager des refuges/campements de jour pour itinérants avec services dans les entrepôts vacants de Montréal


Montréal dévoile son plan hivernal pour les itinérants | Le Devoir

Si on veut véritablement régler toutes ces situations problématiques si épineuses qui perdurent, il faut se donner des moyens efficaces pour en venir à bout, même si cela signifie devoir bousculer les façons de faire du passé qui ne donnent rien, même si cela signifie devoir restreindre certaines libertés, et cela, même au prix de choquer les vertueuses ligues de défense qui perdent de vue les règles de base du bien-vivre ensemble. Pour obtenir des résultats concrets, il devient alors nécessaire de modifier les règlements et les codes établis qui empêchent de solutionner ces problèmes de façon pragmatique et expéditive. Si on ne le fait pas, rien ne s'arrangera jamais.


Le milieu de l'itinérance en pleine tempête | Centraide du Grand Montréal

Le fait de considérer que certains individus sont inaptes à la vie en société, ou qu'ils ont démérité de l'application de certains droits et libertés de base par leurs actes répétés, devient alors une piste de solution à explorer. Il faut voir les choses en face. Rien ne nous oblige à les supporter et à vivre dans la menace constante du danger, du désordre civique et du chaos social. Même que c'est tout le contraire de la notion élémentaire du bien-vivre ensemble, qui commence par un sentiment de sécurité partagé, qui fait qu'on n'a pas à craindre pour nos enfants, nos proches, ou de sortir seul le soir.


L'itinérance au Québec on en parle? – L'Exception

Accorder trop de droits et libertés à ceux qui sont incapables de les gérer ou qui ne les méritent pas est une regrettable erreur qui provoque la crise actuelle, à tel point que les autorités paralysées se déclarent impuissantes à agir, alors que c'est pourtant ce que les citoyens attendent d'elles. Donnons-nous les moyens de le faire, au risque de déplaire à quelques bien-pensants porteurs de lunettes roses. Visons l'efficacité, visons les résultats concrets.

Pour vivre dans un Québec sécuritaire pour tous.


Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie842 articles

  • 1 454 444

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 840 articles publiés en ligne ont été lus un million 450 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • François Champoux Répondre

    8 juin 2024

    Bonjour M. Labrie,


    Nous sommes toutes et tous des faibles d’esprit; ne pas le reconnaître fait de l’homme le machiste qui se croit au-dessus de la création : un être supérieur qui peut contrôler le monde. Ce qui dans les faits n’est pas vrai. La Nature est plus forte que l’homme, n’est-ce pas?


    Votre question connaît sa réponse du seul fait que si nous devons passer le test de notre capacité à exercer nos droits et libertés, seuls les tyrans réussiront à obtenir la note de passage. Les autres, c’est-à-dire nous tous, peuple asservi, nous subirons l’opprobre de l’échec.


    Ce n’est que la chance qui fait chaque personne : ou bien un être nanti ou bien un être pauvre; ou bien un être heureux avec ce qu’il a, ou bien un être malheureux avec ce qu’il a, et avec ce qu’il pense qu’il n’a pas et qu'il mérite. L’accès aux droits et libertés n’est déjà pas distribué équitablement.


    N’est-ce pas, M. Labrie, que vous connaissez la réponse à votre question? C’est Boucar Diouf qui y a répondu l’autre jour dans le journal “La Presse” :


    “À mon avis, il n’y a pas de plus grosse bullshit planétaire que cet article premier de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.”  a-t-il osé écrire! Et Boucar ne semblait pas faire une farce.


    Qu’en pensez-vous, M. Labrie?


    Moi, je me contente d’être heureux avec ce que j’ai; les jaloux me l’ont bien reproché. Rien n’empêche de travailler à l’équité au lieu de faire passer des tests de capacité…; ça aiderait à faire diminuer cette “bullshit”. Oui, Dorimène et Alphonse Desjardins y ont travaillé fort, mais des profiteurs ont fait dériver la patente coopérative au service des favorisés du système. Et on les a laissé faire! Ici même au Québec, et par de vrais habitants de souche du Québec.

    Le croyez-vous M. Labrie?


    Qu’en pensez-vous, M. Labrie?



    François Champoux, Trois-Rivières