Le rôle secret d’un alcoolique endetté

75c33964c011499a06d4e864b81d5d76

La genèse du symbole de la nation québécoise (6)

Certains petits secrets entourant l’adoption du fleurdelysé comme drapeau national du Québec sont pour le moins croustillants.


• À lire aussi: Notre drapeau fête aujourd’hui ses 75 ans


Après son retour au pouvoir en 1944, Maurice Duplessis veut effectivement doter le Québec d’un drapeau.


Il craint toutefois la réaction du monde des affaires, contrôlé par les Anglais. 


Ceux-ci pourraient faire mauvaise presse au Québec auprès des investisseurs américains dont la province a besoin.  


C’est ici que le chef de l’Union nationale entre en scène, dans une histoire jamais racontée auparavant et qui se fonde sur le témoignage d’Antonio Flamand, un ancien député unioniste. 


Selon ce récit, Duplessis a alors l’idée de laisser le député indépendant René Chaloult mener la bataille en chambre en faveur d’un nouveau drapeau. 


Pour calmer les Anglais


Nationaliste, Chaloult est aussi alcoolique et a de gros problèmes d’argent. 


Par l’entremise de son homme de main Gérald Martineau, Duplessis lui offre secrètement de régler ses dettes. 


En retour, Chaloult doit talonner le premier ministre sur la question du drapeau. 


Dans l’hypothèse où les Anglais se mettraient à ruer dans les brancards une fois l’étendard adopté, Duplessis veut pouvoir répondre qu’il a cédé aux demandes de l’opposition. 


Adopté sans remous


L’adoption du drapeau se passe finalement sans remous. Quelques mois plus tard, l’Union nationale remporte son plus grand succès électoral, 82 sièges contre seulement huit pour les libéraux. 


Dans ses mémoires publiées après la mort de l’ancien premier ministre, Chaloult s’est attribué le mérite de l’adoption du drapeau. 


Choqué devant cette vantardise, Antonio Flamand avait alors pressé Gérald Martineau de dévoiler les dessous de l’histoire. «Je ne peux pas faire ça», avait-il répondu, ému. «Ça salirait notre drapeau.»

 


Featured 65d96e9d8ad13130adc633d7299cf21e

Frédéric Bastien150 articles

  • 59 709

Titulaire d'un doctorat en relations internationales de l'Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, Frédéric Bastien se spécialise dans l'histoire et la politique internationale. Chargé de cours au département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal, il est l'auteur de Relations particulières, la France face au Québec après de Gaulle et collabore avec plusieurs médias tels que l'Agence France Presse, L'actualité, Le Devoir et La Presse à titre de journaliste. Depuis 2004, il poursuit aussi des recherches sur le développement des relations internationales de la Ville de Montréal en plus d'être chercheur affilié à la Chaire Hector-Fabre en histoire du Québec.