Drame de Kamloops 

L’Église catholique est imputable

François va-t-il s’excuser?

Tribune libre



J’écoutais le représentant des évêques du Canada lors d’une entrevue réalisée sur les ondes de RDI à l’émission 24/60 du 4 juin, et je n’ai pu m’empêcher de réaliser à quel point il a dû faire des entourloupettes pour se soustraire au devoir de l’Église de s’excuser pour le drame du pensionnat de Kamloops où 215 enfants autochtones ont trouvé la mort dans des circonstances pour le moins nébuleuses.

Nonobstant le fait que l’Église ait entrepris des discussions avec les nations autochtones, je suis d’avis que ces démarches, quoique essentielles, ne compensent en rien pour des excuses tout aussi essentielles, voire incontournables.

Faut-il le rappeler, ce pensionnat était sous la direction de communautés religieuses catholiques qui osaient porter la croix au cou et la malice dans leur cœur. Des êtres cruels dont la mission était d’extirper de ces enfants toute trace de leur origine autochtone.

L’Église catholique s’est toujours montrée rébarbative aux excuses eu égard aux comportements de plusieurs de leurs membres, notamment les sévices sexuels envers des enfants. Encore une fois, l’histoire se répète, et encore une fois, elle se faufile à travers de belles paroles qui ne feront que voiler son imputabilité…La parole appartient maintenant au chef de l’Église, le pape François. Aura-t-il l’humilité de s’excuser au nom de certains membres de son Église?

François va-t-il s’excuser?

« La Conférence des évêques catholiques du Canada a indiqué en 2018 que le pape ne pouvait pas s'excuser personnellement pour les pensionnats, même s'il n'a pas hésité à reconnaître les injustices auxquelles sont confrontés les peuples autochtones du monde entier. »

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/la-pape-fran%c3%a7ois-a-rencontr%c3%a9-les-cardinaux-ouellet-et-czerny/ar-AAKK2fy?ocid=msedgdhp


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1607 articles

  • 1 135 808

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire