Les Jeux Opympiques d'hiver Vancouver 2010

Citrius, Altius, Fortius .. Plus vite, plus haut, plus fort !

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir


En 884 avant J.C Iphis, roi d'Elis voulant marquer une vraie volonté de paix, établit une entente pour faire une trève sacrée durant un mois, autour des jeux d'Olympie , et depuis lors l'Elide devint territoire inviolable et neutre.

C'est à partir de 776 avant J.C que les Hellènes vont commencer à compter ces jeux en Olympiades c'est à dire tous les quatre ans .Les premiers jeux faisaient partie d'une fête religieuse honorant Zeus, le dieu de l'Olympe grec .
Cependant en 369 la ville d'Olympie est ravagée sous un raz de marée, les inondations de Kladéos dévastent les digues qui cédent, la ville est totalement ensevelie sous du limon où elle restera pendant des siècles. Plus personne ne pensera à Olympie jusqu'à ce qu'en 1829 un corps expéditionnaire Français trouve des traces ressemblant à une ville, puis des archéologues allemands l'exhumeront durant les années 1875 à 1881, retraçant tous les plans de l'ancienne cité, mettant à jour des statues de Zeus, et de la déesse Héra, des poteries, des vases sacrés, mais également le sanctuaire même de Zeus, où les grecs se rassemblèrent pendant plus de mille ans, pour cette grande fête sportive.

La seule couronne d'olivier, un simple rameau d'olivier sauvage, appelé Kotinos, suffisait à immortaliser le vainqueur et sa ville d'origine.
Le seul sport olympique durant les 13 premières olympiades fut la course à pied sur une distance d'un stade, soit 192 métres, puis peu à peu, s'y adjoignirent d'autres compétitions, telles par exemple, la boxe,, la lutte ou la course de chevaux.

Des noms d'athlétes célèbres sont parvenus jusqu'à nous comme celui du lutteur, Milon de Crotone. Il fut six fois champion olympique, c'est un des plus légendaires athlétes de l'antiquité. On se souvient particulièrement de lui car il sauva Pythagore et ses élèves, en soutenant grâce à sa force exceptionnelle, et jusqu'à ce qu'ils puissent tous sortir, le plafond qui menaçait de s'écrouler sur l'auditoire ..
Milon était si fier de sa couronne d'olivier qu'il la gardait même, lorsqu'il partait à la guerre, et avec son enthousiasme il entraînait tous les soldats ..
En 1863 un Français, Pierre de Fredy, baron de Coubertin,qui était historien, pensait que le sport pouvait servir à entraîner les êtres humains, vers davantage de Paix, entre les Peuples. Finalement en 1894 son projet se réalisa à Paris lors d'un congrès, où une rénovation des jeux olympiques d'antan fut effectivement votée, et ces premiers jeux de notre ère moderne eurent lieu en 1896, mais bien entendu ils se passèrent sur le sol même de la Grèce, à Athènes.
Ce sera en 1928 que les jeux furent divisés en jeux d'été et jeux d'hiver, ceci afin de permettre aux plus petits pays d'engager les dépenses nécessaires...
Aprés ce rapide retour historique dans les siècles passés, souhaitons bonne chance à tous les athlétes de 2010 à Vancouver.

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir151 articles

  • 281 111

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



22 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    28 février 2010

    Le comité organisateur de Vancouver 2010 tient promesse.
    Le Canada fini PREMIER dans les médaillés d'OR.
    Un nouveau record de médailles d'OR pour un pays organisateur des jeux olympiques d'hiver.
    Bravo Vancouver sans hiver.

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    25 février 2010

    Nous vous remercions beaucoup, Monsieur Tellier, de nous souligner le grand courage de Joannie Rochette, et la façon dont elle est arrivée à maîtriser son chagrin aprés le déçès de sa mère à Vancouver, afin d'exécuter, malgré cette énorme peine qui tombait sur elle, sa prestation sur la glace .. Quelle grande championne ! Elle nous a tous terriblement émus... Fort curieusement, personne à l'étranger n'a compris qu'elle était Québécoise,nous n'avons en effet entendu parler que de Canadienne.. Canadienne.. je ne l'avais subodoré moi-même que grâce à son nom aux consonnances très francophones, puis quelques journaux québécois l'ont fort heureusement écrit et signalé ..

  • Archives de Vigile Répondre

    24 février 2010

    Une héroïne québécoise pour la jeunesse du Québec.
    Un bel hommage respectueux pour dire BRAVO à Joannie Rochette une magnifique athlète olympique du Québec,citoyenne du terroir de Berthier.
    Merci beaucoup !

  • Archives de Vigile Répondre

    23 février 2010

    [ À ma propre surprise, je ne suis pas du tout dérangé par ce déferlement de gens «déguisés en Canada», ces tatouages de drapeaux sur toutes les joues, ces millions de mitaines feuilles d'érable, les autobus qui affichent go Canada go, plutôt que leur destination, tout ce rouge qui bouge, ces gens qui se mettent spontanément à entonner l'Ô Canada ne m'énervent pas. Il faut dire un nationalisme plutôt bon enfant, joyeux, ludique... tout de même, expliquez-moi un truc : pourquoi la même démonstration par des Québécois est toujours perçue comme l'expression d'un mauvais nationalisme? ]
    Source ; Pierre Foglia,La Presse,23 février 2010

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    17 février 2010

    Cher Monsieur Tellier, je vous remercie de toutes les nombreuses informations que vous nous apportez, sur les jeux olympiques de Vancouver, y compris les extraits d'articles de journaux ou les photos, assez terribles sur cette flamme olympique, mieux gardée que tout le trésor de la banque d'Angleterre !
    Merci aussi pour votre pointe d'humour, pour nous dire que si le Québec était une tribu, il serait peut-être célébré avec le même faste que celui réservé aux Amérindiens, mis en avant avec danses, chants et musiques.. ( rire jaune quand même ! )
    Pourtant, regardées de l'étranger, ces danses folkloriques d'un peuple, qu'on ne ressort que pour la devanture, nous ont paru fort tristes !
    Cela serre le coeur, de voir ces Amérindiens qui ont été un si grand peuple, qui ont tant fraternisé avec les Français de la Nouvelle France, qui leur ont beaucoup appris, y compris même ce mot de Canada ( Ganata-a)...ainsi réduits à reprendre leurs vêtements d'époque, leurs belles plumes et leurs tambours, pour amuser le bon peuple le temps d'une danse !

  • Archives de Vigile Répondre

    15 février 2010

    Les francophones que je croise depuis samedi sont fâchés, et je ne parle pas de Réjean, je parle de Canadiens grand teint, ils sont outrés de la place minuscule que cette cérémonie aurait fait à leur langue, et surtout à leur culture. Je ne saurais les approuver ou les contredire, je n'ai vu que des petits bouts de cette cérémonie et, est-ce un hasard, à chaque fois je suis tombé sur des autochtones magnifiquement emplumés.
    Il me semble que cette cérémonie a fait une très grande et très juste place aux Kwakwaka'wakw et autres natives du coin et il me vient tout à coup que nous, Québécois, qui irritons profondément nos compatriotes à vouloir nous faire reconnaître comme nation, gagnerions à coup sûr leur coeur en nous définissant comme tribu.
    Voilà, c'était ma proposition pour un Canada plus uni.
    Tant au courte piste samedi qu'au longue piste dimanche, le français a retrouvé son plein statut de langue officielle des Jeux. Je ne me souviens pas de Jeux olympiques récents où le français était autant mis en valeur sur les sites. La présentation des athlètes, leur courte biographie, les temps de passage et les explications, tout nous est donné dans un excellent français. En fait, sans en jurer, aux deux endroits, on a eu plus de français que d'anglais.
    Ce n'est pas la première fois que je l'observe, les athlètes sont tellement plus sympathiques dans la défaite. Pas juste les athlètes d'ailleurs.
    Source ; Foglia,la Presse,15 février 2010

  • Archives de Vigile Répondre

    14 février 2010

    La fausse flamme
    Le feu qui brûle dans l'immense vasque n'est pas le feu qui brûlait sur le flambeau de Wayne. C'est « un autre » feu. Le feu qui crépite sur la grosse araignée n'est PAS celui que nous avons transporté patiemment à la sueur de nos fronts, nous, valeureux porteurs intègres. Une longue course d'Athènes à Vancouver qui n'aura servi à rien! Tout ce niaisage en courant avec un « feu sacré ». Pourquoi? Pour finir avec un vulgaire feu bâtard.
    Aujourd'hui, j'ai voulu aller voir cette flamme indigne dans le port de Vancouver. Je voulais inspecter l'appareil afin de recueillir des preuves de non-connectivité entre les pieds et la vasque centrale. Oubliez ça, la place est clôturée, barricadée, surveillée, inaccessible et balayée par des caméras.
    Personne ne peut s'approcher du feu. La flamme est cloîtrée et semble mieux protégée que le 24 Sussex. Honnêtement, je n'ai jamais vu du feu aussi bien surveillé.
    Voilà la flamme olympique de Vancouver 2010. Une flamme indigne, inaccessible et transportée par un millionnaire en camionnette. On est loin de la déesse d'Olympie…
    Voici comment les touristes s’agglutinent pour apercevoir au loin cette très très très précieuse flamme. J’imagine que des « snipers » doivent surveiller le tout.
    En noir et blanc, on obtient encore plus le look « camp de concentration ». Une caméra surveille le feu 24 heures sur 24, probablement reliée directement au iPhone de Peter Mackay, ministre de la Défense du Canada. Dans le port, le sous-marin HMCS Victoria se tient prêt à intervenir à tout moment. On ne sait jamais.
    Source ; Jean-René Dufort,Radio-Canada.ca,14 février 2010

  • Fernand Lachaine Répondre

    12 février 2010

    ET BIEN SÛR: IL Y A LE PROBLÈME DE L'ABSENCE DU FRANÇAIS.
    C'EST LE PRÉSIDENT DE LA FRANCOPHONIE QUI EST VENU METTRE LE DOIGT SUR LE BOBO.
    N'EST-CE PAS DÉSOLANT QUE NOUS N'AYONS PAS RELEVÉ CE PROBLÈME AVANT LUI.
    PROBABLEMENT QUE NOUS SOMMES TROP OCCUPÉS À REGARDER LES JEUX EN ANGLAIS
    Fernand Lachaine

  • Archives de Vigile Répondre

    12 février 2010

    Vancouver est une ville maritime qui a commencé avec un baril de whisky.C’est une ville adolescente pleine d’énergie.La «Hollywood» du Nord.La ville du «vert».Vancouver est la porte de l’Asie.Son économie a deux gros seins ;le tourisme et la forêt.La ville qui a le quartier le plus pauvre du Canada.
    Vivez Vancouver

  • Archives de Vigile Répondre

    12 février 2010

    Aujourd’hui,la patineuse de vitesse Clara Hugues, porte-drapeau de la délégation canadienne aux Jeux olympiques de 2010, fait son entrée dans le grand stade BC Place de Vancouver, entourée des 206 athlètes qui vont représenter le Canada dans différentes compétitions au cours des deux prochaines semaines. En leur compagnie : 3500 athlètes provenant de 80 pays.
    Vivez Vancouver

  • Archives de Vigile Répondre

    11 février 2010

    A Vancouver, les scientifiques du laboratoire antidopage des Jeux olympiques travailleront jour et nuit pour fournir en moins de 24 heures les résultats des plus de 2000 tests urinaires et sanguins qui sont prévus parmi les quelque 2500 athlètes.
    «Ce n'est pas parce qu'il n'y aura pas de contrôles positifs qu'on peut garantir qu'aucun des athlètes n'aura utilisé de produits dopants», précise Christiane Ayotte.
    Pour l’histoire complète

  • Archives de Vigile Répondre

    11 février 2010


    Connaissez-vous les izakayas? Grâce à l'afflux d'étudiants japonais, ils commencent à se populariser à Vancouver. On y va d'abord pour y prendre un verre et pour décompresser, mais l'on y trouve également des amuse-gueules très raffinés.
    Vivez Vancouver

  • Archives de Vigile Répondre

    11 février 2010


    Vancouver, ville hôte des Jeux olympiques d'hiver, a été sacrée la ville ayant la meilleure qualité de vie en Amérique du Nord. Cela tient peut-être au concept d'urbanisme et au mode de vie qu'on y trouve, le « vancouvérisme ».
    Vivez Vancouver

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    11 février 2010

    Effectivement il est toujours intéressant de remonter dans le passé, cela nous permet de constater quelles évolutions importantes ont pu se faire au cours des siècles ou... quel 'dérapage' par rapport à l'idée de départ, quelquefois une idée très généreuse, comme dans cette reprise des jeux antiques, ainsi que nous le souligne parfaitement Monsieur Gaêtan Pelletier..

    Veuillez avoir l'amabilité (et l'indulgence )d'excuser la petit faute de frappe contenue dans le premier mot de la devise Olympique, il faut lire 'Citius " et non Citrius ! merci à tous

  • Archives de Vigile Répondre

    11 février 2010

    Vancouver 2010 ;les jeux et autres choses
    Mes premiers Jeux d'hiver, c'était à Innsbruck en 1976, l'année de Montréal. À l'époque, les Jeux d'hiver et d'été avaient lieu la même année. En fait, c'est Denver, au Colorado, qui avait obtenu les Jeux de 1976, mais il s'est passé un truc que tout le monde a oublié.
    Pour la suite de l’histoire,je vous invite à lire le beau texte de Foglia.

  • Rodrigue Larose Répondre

    10 février 2010

    En complément des commentaires de monsieur Tellier:
    Il y a le problème de l'absence du Québec comme pays au même titre que les autres. Quand?
    Tout de même pathétiques les efforts des médias, Radiocan en particulier, moussant les athlètes québécois embrigadés (ou couchés avec... selon l'expression qualifiant les journalistes occidentaux invités en Irak par l'armée). Présage de la déferlante rouge fédérale pendant les deux prochaines semaines.
    Rodrigue Larose

  • Gaëtan Pelletier Répondre

    10 février 2010

    Toujours intéressant!
    " entraîner ...vers davantage de paix..."
    Ce qui ne semble pas bien fonctionner... C'est presque la guerre de la gloire et des prix exorbitants...
    Je peux me tromper.
    Il est toujours bon de revoir les intentions premières et le dérapage.
    Merci pour cet excellent condensé.

  • Archives de Vigile Répondre

    10 février 2010

    Vancouver nous a volé NOS Jeux dans l'une des pires crosses de l'histoire canadienne.
    Lieu du crime: Toronto
    Date: automne 1998
    Complices: Sheila Copps et Michel Després
    Je ne sais pas comment je vais faire pour regarder les Jeux. Surtout qu'à Québec on a des mètres de neige.

  • Archives de Vigile Répondre

    10 février 2010

    Vancouver 2010 a des problèmes à la veille de l'ouverture
    Il y a le problème de l’absence de neige
    Il y a le problème des médailles
    Il y a le problème du déficit
    source: des spécialistes en rigalogie