Pour promouvoir l'achat local

Pour une certification "C'est d'ici, c'est local"

Pour tout type d'entreprise, pas juste l'alimentation

703cbabf58ff936505d2fca08e001772

Tribune libre

L'un des résultats inattendus de la pandémie a été de conscientiser la population à l'importance de l'achat local. De plus en plus de gens essaient de le faire dans la mesure de leurs moyens, le problème demeurant le coût plus élevé de nombre de produits offerts.



Une campagne gouvernementale actuelle annonce que si chaque ménage remplaçait 12 $ d’aliments provenant d’ailleurs par 12 $ d’aliments d’ici, l’industrie bioalimentaire québécoise pourrait croître d’un milliard par année, et on estimerait des retombées économiques annuelles de 2,3 milliards de dollars pour le Québec. C'est ce qui justifie le « défi 12 $ »lancé en novembre dernier par le ministre Lamontagne, sous le gouvernement Legault. Ça vaut vraiment la peine.



Pour encourager encore plus l'achat local, le gouvernement pourrait mettre sur pied un projet de certification officielle "C'est d'ici, c'est local" sur les produits et services offerts à la population. Un logo distinctif permettrait de reconnaître ces produits et services.



On sait qu'il existe actuellement Le panier bleu, mais sa portée est limitée et ce projet prometteur est resté somme toute discret.



La particularité d'une certification "C'est d'ici, c'est local" (ou tout autre vocable) consisterait à offrir une application élargie à tout type d'entreprise, à l'ensemble de ce qui est québécois:


 


- produits alimentaires vendus en épicerie, incluant les bières artisanales, les vins québécois à la SAQ, les produits du terroir régionaux


 


- magasins et commerces fondés ici


 


- boutiques appartenant à des Québécois


 


- restaurants fondés ici


 


- entreprises ayant leur siège social au Québec


 


- compagnies de services : agences de voyages, cliniques médicales, centres dentaires, gymnases, écoles de danse, de yoga


 


- étude d'avocats, architectes, entrepreneurs, psychologues, conseillers financiers, syndics



Actuellement, il est quasi impossible de savoir lesquels de nos établissements sont vraiment d'ici. Même que cela porte parfois à confusion. Par exemple, le poulet Saint-Hubert a désormais un propriétaire ontarien, tandis que le poulet rôti Benny ou Fusée sont toujours d'ici. Mais qui le sait?



Autre exemple, nos fromages artisanaux jouissent d'une réputation qui fait les délices des connaisseurs, mais en revanche le fromage bien connu "Le P'tit Québec" n'a rien de québécois; il vient de... l'Ontario! On nous a bien eus!



Les entreprises qui se qualifient auraient droit d'afficher le logo "C'est d'ici, c'est local" en vitrine, sur leur site internet, dans la pub, dans les circulaires, leur carte d'affaire, pour que la chose soit claire et connue de tous. Les consommateurs avertis seront alors à même de les privilégier dans leurs choix. Les gens ne demandent pas mieux que de le faire, étant bien conscients des avantages à poser de tels gestes sur une base régulière.



Un projet de certification "C'est d'ici, c'est local" peut être réalisé à faible coût, mais rapporter gros à l'ensemble de la société. Tous les Québécois y gagneront. Faisons-le donc pour Nous.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie670 articles

  • 1 191 867

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelques 670 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé