Lettre à M. Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat.

Taper sur le mauvais clou

Si les patrons cessaient d’alimenter les voleurs, la rue cesserait aussi de crier ‘’ô voleur’’.

Tribune libre

Il y a peu de temps, soit le 25 avril dernier, je faisais paraître dans Vigile un article intitulé, ‘’les Voleurs Démasqués’’. Le sujet était que le président du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval, se plaignait que les médias-sociaux faisaient un tort immense à l’État et aux entreprises, les pauvres! Il ne se rendait sans doute pas compte que les médias officiels dont Le Devoir (qui s’est grandement amélioré depuis ce temps), relayaient des nouvelles filtrées, généralement fausses ou déformées. Les médias sociaux dont Vigile, Facebook ou Twitter devenaient alors une nécessité pour tenter d’avoir une information objective.
Il y a quelques jours, ce monsieur Dorval, toujours président du Conseil du patronat du Québec, remettait ça. Cette fois-ci, toujours dans Le Devoir, M. Dorval supplie les étudiants de mettre fin aux manifestations qui, à l’évidence, vont nuire à plusieurs activités au Québec, surtout à Montréal. On pense au Grand Prix et aux différents festivals dont certains ont une renommée mondiale. M. Dorval ne doit lire que La Presse ou le Journal de Montréal, à moins que ce ne soit que La Gazette pour avoir ainsi des nouvelles tronquées. Il tape sur le mauvais clou. Au lieu de s’en prendre aux étudiants il devrait s’en prendre à Charest-la-matraque qui a, lui, causé tout ce branle-bas social. Il devrait aussi savoir que ce ne sont plus que les étudiants qui sortent dans la rue mais c’est devenu un mouvement social beaucoup plus large. La population en a ras-le-bol de cette politique charesto-desmaraisienne qui appauvrit tout le Québec au profit des quelques uns qui se pavanaient d’ailleurs, il n’y a pas si longtemps, chez l’oncle Paul dans son château de Sagard. Au fait, il y était peut-être à cette somptueuse fête ce monsieur Dorval. Son visage, beaucoup moins connu que les Charest, Mulroney, Bouchard et autres prédateurs, est peut-être passé inaperçu. Quoi qu’il en soit, si le pays du Québec était bien gouverné, tout le monde serait gagnant, même le patronat, mais, celui-ci, très largement généreux donateur du parti libéral, devient le complice de cette clique de bandits à la tête du Québec. Le patronat, par la bouche de M. Dorval, ne prêche pas pour la population, bien évidemment, il prêche directement pour ses propres poches, au détriment justement de cette population détroussée.
Si M. Dorval, sous inspiration ‘’divine’’, frappait sur le bon clou, sans doute les membres de ce Conseil en seraient-ils tous gagnants mais cela demande de voir un peu plus loin que le bout de son nez. Si les patrons cessaient d’alimenter les voleurs, la rue cesserait aussi de crier ‘’ô voleur’’. Charest-la-matraque a décidé de victimiser les étudiants, il croit pouvoir en tirer un avantage électoral en divisant la population. La réalité est maintenant rendue beaucoup plus loin, c’est une très grande partie de la population qui en a marre de se faire plumer, assommer et gazer par ce gouvernement et ses stupides gros bras en uniforme pour cacher leurs méfaits.
Avis est donné à M. Dorval et les membres de son conseil : cessez d’alimenter le feu, il s’éteindra de lui-même. Vos membres n’en seront que plus heureux, c’est gagnant/gagnant.
Ivan Parent

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 351 664

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    4 juin 2012

    Ce monsieur Dorval fait partie de l'élite capitaliste de la finance et des affaires à laquelle le gouvernement doit rendre des comptes. (car ce n'est pas au peuple que le gouvernement rend des comptes mais bien à cette élite).
    Mais ce monsieur Dorval doit se consoler car les manifestations s'essoufflent et avant la fin du mois, elles ne seront plus qu'un souvenir du printemps 2012.
    Et encore mieux, le poulin de monsieur Dorval et de ses confrères de l'élite capitaliste de la finance et des affaires, monsieur Jean Charest, va avoir vu juste en tenant son bout devant les étudiants car, électoralement parlant, ça va être payant pour lui à la prochaine élection.
    Ce qu'on oublie quelquefois dans les médias alternatifs, c'est que c'est l'élite qui a l'argent; et elle l'utilise cet argent pour se payer les meilleurs stratèges politiques au pays... et monsieur Charest est tout un stratège politique, il va sans dire.