Mémoire

Effacer le passé: la volonté de se débarrasser de Lionel Groulx

L'histoire comme lieu de combat culturel

B2f2fd1a4fedad1c6df57e22fa1be560

Tribune libre



Nous vivons actuellement dans une époque où les statues et les monuments tombent de partout, afin de se débarrasser des figures historiques que le monde moderne a jugé trop controversé pour cette nouvelle époque. Ce faisant, il semblerait que certains veulent amener ce phénomène dans nos contrées. Au moment où je vous parle, une pétition, qui vise à renommer la station de métro Lionel-Groulx pour Oscar Peterson, circule dans les médias. Curieusement, cette pétition est apparue dans les médias anglophones le matin du samedi 20 juin 2020, alors qu’elle existait depuis maintenant quelques jours. Il serait aussi pertinent de noter qu’avant que les médias anglophones, comme CTV, n’en parlent,  cette pétition ne dépassait  pas les 2000 signatures, chiffre qu’elle a depuis, dépassé de bien loin.


Qu'un édifice, une rue, une station de métro soient nommés en l’honneur de Monsieur Oscar Peterson, là n’est pas le problème. Si on juge qu’il a influencé le monde de la musique jazz à Montréal et que pour cela, il mérite d’être honoré, qu’il le soit: c’est tant mieux! En revanche, cet objectif ne doit pas servir à effacer l’histoire. Lionel Groulx a été une figure marquante et importante du Québec. Son nom ne doit pas être retiré de la station de métro.


Nous nous retrouvons face à une  grave problématique. Celle de gens qui profitent du contexte actuel pour éradiquer le patrimoine du Québec et l’histoire des Canadiens français. En effet, derrière cette pétition, se cache une volonté de la communauté anglophone du Québec d’abolir la mémoire des personnages historiques qui ont forgé  l’identité canadienne française au Québec et dans la ville de Montréal. C’est cette identité qui a permis aux Canadiens français, à force de persévérance, de bâtir une nation de langue française en Amérique.



Notre maître, le passé, disait Lionel Groulx. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le chanoine Lionel Groulx est un historien du 20ème siècle qui a fait un travail incroyable afin de préserver la mémoire du Canada-français. C'est celui-ci qui s’est porté comme défenseur des intérêts des francophones au Canada. Avec des oeuvres tel que L’appel de la race et des multiples éditions de la revue Action française, le chanoine a su inspirer des générations de nationalistes, comme René Lévesque. Je rappelle ici que ceux qui, comme Robert Bourassa, ont voulu protéger la langue française en faisant adopter des lois comme la loi 22 ou la loi 101 ont été traités de xénophobes, de fascistes et de  nazis, comme on le fait actuellement avec les Canadiens français, que l’on tente de culpabiliser pour avoir défendu leurs droits. Il en est de même pour le chanoine qui est parfois accusé d’être antisémite. Des accusations qui restent boiteuses et basées sur peu de faits.



Si nous lisons cette pétition, nous n'y trouvons aucune référence à Lionel Groulx, outre son nom; aucune référence à sa personne, à ses exploits, à ses écrits, absolument rien... On peut dire quasiment de même pour les articles des médias anglophones qui ont ramené cette pétition à l’ordre du jour, on peut lire sur l’article de CTV News une seule ligne qui fait référence à Lionel Groulx: 


"Lionel Groulx died in 1967 and was a Catholic priest, historian and Quebec nationalist.”


Jusqu'à présent, rien ne justifie le fait de renommer cette  station de métro. Rien de la part de Naveed Hussain, celui qui a écrit la pétition où bien de la part des médias qui ont partager la pétition. Au surplus, cette initiative révèle une méconnaissance de Lionel-Groulx et de son oeuvre et une haine des Canadiens français. Sur les médias ainsi que sur la pétition elle-même, on peut y lire des commentaires qui s’attaquent au Québec, vu comme xénophobe et qui glorifient  la ville de Montréal, vue comme étant un pôle multiculturel infaillible. Si cette pétition n’est pas une attaque contre Lionel Groulx, le père spirituel du Québec, alors pourquoi est-ce que ce n’est pas une autre station que l’on veut renommer? Pourquoi dénoncer Lionel Groulx plutôt que McGill, riche commerçant de fourrures qui exploita les autochtones et les ressources naturelles et qui a lui aussi, une station en son nom? Parce que derrière cette pétition et les commentaires qui l’appuient, se cache  la volonté de faire oublier un grand homme, qui a milité pour que son peuple ait la reconnaissance et le respect qu’il mérite. Ceux qui protestent contre Lionel Groulx  ne le font pas pour dénoncer le racisme ou le soi-disant antisémitisme de celui-ci. Ils  le font par haine. Haine des Canadiens français et du fait français en Amérique. Ce sont les dignes descendants de Lord Durham qui disait des Canadiens français: «Ils sont un peuple sans histoire et sans littérature». Durham estimait que les Canadiens français devaient s’assimiler et se soumettre à l’empire britannique. Ses disciples les décrivent aujourd’hui comme des des colonisateurs et des xénophobes, qui doivent se soumettre à un ordre multiculturaliste.


Il ne faut pas renommer cette station. Il ne faut pas retirer aux édifices, aux lieux, aux rues leur nom sous prétexte que le passé doit disparaître parce qu’il contredit ou choque les valeurs actuelles. Il faut construire de nouveaux lieux, de nouvelles places, de nouveaux édifices qui porteront le nom de ceux et celles qui auront marqué leur temps, comme l’a fait Lionel Groulx.



« Un peuple ne se sépare pas de son passé, pas plus qu'un fleuve ne se sépare de sa source, la sève d'un arbre, de son terroir. » -Lionel Groulx.



Je lance ici un appel à tous les nationalistes du Québec. Il faut se mobiliser et dénoncer de telles initiatives qui s’attaquent à notre histoire et à nos héros nationaux. Cette pétition est quasiment méconnu des médias francophones, elle passe inaperçue chez nous, mais fait parler d’elle chez ceux qui nous méprise. Alors que nous restons dans le silence et la méconnaissance, cette pétition pourrait faire plier la mairesse de Montréal, Valérie Plante.








 


Squared

Jason Mc Nicoll Leblanc1 article

  • 2 125

Un admirateur du fait français en Amérique.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Lorraine Dubé Répondre

    1 juillet 2020

    Les longs souvenirs font les grands peuples. La mémoire du passé ne devient importune que lorsque la conscience du présent est honteuse. -Charles de Montalembert.


    PÉTITION : https://www.change.org/p/population-du-qu%C3%A9bec-pour-la-conservation-du-nom-de-la-station-du-m%C3%A9tro-de-montr%C3%A9al-lionel-groulx?fbclid=IwAR2883N39_yDW4BzFaz6DXOZJVDyCpWB6fNnYK_5UNUNLXkEMcKSMexb9Ds



    On se permet de refaire la lecture du passé sous la loupe de la rectitude d'aujourd'hui avec des accusations saugrenues de "nationalisme ethnique". Ce qui est révélateur dans ces deux mobilisations: L'une est le reflet de l'intolérance, du rejet de l'autre, de son exclusion. C'est une atteinte à notre droit à la mémoire collective, à nos points de repère, notre histoire nationale. Cela s'inscrit dans cette volonté de déconstruction de la nation québécoise, le nationalisme étant pour certains un symbole de repli identitaire. Cette atteinte à notre mémoire collective est digne de la censure et du révisionnisme orwellien des radicaux de l'extrême gauche et nous devons dénoncer cette agression de la mémoire de nos élites. Il serait intéressant de savoir combien de citoyens hors Québec auront signé la pétition à l'encontre de notre chanoine Groulx. Il faudra vérifier.



    Naveed Hussain: «Je crois que notre ville devrait honorer les réalisations incroyables accomplies par Oscar Peterson en renommant la station de métro Lionel-Groulx par station Oscar Peterson…Le but de cette pétition n’est pas de minimiser l’impact qu’a eu Lionel Groulx (...)»


    Pourtant cette pétition illustre bien une volonté de minimiser l'impact et l'héritage de Lionel Groulx! C'est même un geste provocateur. Pourquoi dégommer le Chanoine Groulx? Ce n'est pas la première tentative de déboulonner notre historien national et ce n'est certainement pas la dernière. Monsieur Hussain devrait faire une introspection et constater son incohérence, sa mauvaise foi, sa manipulation grossière car en voulant honorer Oscar Peterson il choisit sciemment de retirer l'hommage en discréditant l'héritage de Lionel Groulx. On ne peut que constater l’écart considérable entre les deux mobilisations. Monsieur Hussain minimise l'impact de ce grand personnage qu'est Lionel Groulx dans l’Histoire nationale des Québécois. Pour sa part, dans sa pétition Vincent Filteau ne nie pas le droit à un hommage pour Oscar Peterson. Pourquoi pas la Place-des-Arts ou le Métro McGill? Depuis le coup d’État de 1982, la charte canadienne de notre exclusion nationale...



    ME JEAN ALLAIRE-Document payé et autorisé par l'agent officiel adjoint André Ménard‏.



    «QUÉBÉCOISES, QUÉBÉCOIS, VOUS N'ÊTES PLUS UN PEUPLE NI UNE NATION (Constitution de 1982). Les amendements de MM. Trudeau et Chrétien établissent que les Amérindiens sont une nation, mais...que les Québécois-ses ne sont qu'une minorité dans le Canada. (...) Quelques extraits:



    «L'arnaque politique du siècle par les dirigeants fédéraux de l'époque (Trudeau-Chrétien)...Une espèce de coup d'état dans un pays supposément démocratique»



    «LA CHARTE CANADIENNE NIE MÊME LA NATURE DU PAYS, en ne mentionnant pas à son article 1, décrivant le Canada, que ce dernier a un système fédéral. Est-ce pour mieux tout centraliser à Ottawa, contrairement à l'essence du fédéralisme?...»



    «Nos droits linguistiques, culturels et civils, incluant les pouvoirs économiques, sont enfermés unilatéralement à double tour dans un coffre-fort juridique constitutionnel depuis 1982. Les pouvoirs requis pour le Québec doivent être dans la constitution et non dans des ententes administratives ponctuelles, limitées, renouvelables par des négociations sans fin, et pouvant être réduites ou annulées à sens unique par Ottawa, sans transfert correspondant des sommes impliquées...»



    «Les pouvoirs et leurs répartitions entre Ottawa et Québec se trouvent dans la constitution, la loi suprême du Canada. Théoriquement...beaucoup moins aujourd'hui pour le Québec. C'est ce qu'il faut répondre à ceux qui disent: « encore la constitution alors que l'on veut des emplois...»



    «La Charte canadienne, à cause de ses exigences, bloque tout amendement à la constitution, y compris les demandes traditionnelles du Québec auxquelles on a toujours dit NON



    «La Charte permet dorénavant au reste du Canada d'enlever d'autres pouvoirs au Québec...Elle glorifie les individus en niant les droits communautaires du Québec...»



    «Je ne peux comprendre ceux qui glorifient ou banalisent cette constitution de 1982 avec sa Charte des droits et libertés. Ils n'ont pas vu ou passent volontairement sous silence ses effets néfastes pour le Québec dans les domaines vitaux pour sa culture différente, que sont les pouvoirs économiques, la langue, ciment de tous les peuples, l'éducation, étalon de comparaison d'excellence des pays, et notre «CODE CIVIL », régissant notre vie de tous les jours, etc...



    «Mais, dira-t-on, la nouvelle constitution ce n'est pas l'enfer ni le goulag. C'est vrai. Mais à la longue, cette réduction du Québec au statut de province comme les autres, est une menace très sérieuse à l'existence même de notre « culture différente » et à nos caractéristiques identitaires. Il s'agit en fait de notre survie comme peuple, dont on parle...Nous n'avons pas le droit de prendre ce risque énorme et suicidaire pour les générations qui nous suivent...»



    «Comme le changement constitutionnel permanent de la répartition des pouvoirs entre Ottawa et Québec est à toutes fins pratiques impossible parce que non voulu par le reste du Canada et à cause du veto de chaque province, il nous faut donc contourner la constitution actuelle pour ensuite offrir un nouveau partenariat au reste du Canada. C’est comme si la constitution rapatriée malgré le Québec et jamais acceptée par lui par référendum ou élection avait été enfermée dans un coffre fort (juridique) et la clef lancée au fond de la mer, ou peut-être du lac Meech. Toute nouvelle entente ou partenariat passe maintenant par un mandat du peuple sur la souveraineté du Québec



    «Ne rien décider et ne rien faire irait contre les intérêts du Québec et également ceux du Canada. Statu quo n’est pas un nom de pays.» Disponibles aux archives du Devoir 1995 et à la revue de Presse de l'Assemblée nationale, plusieurs articles du professeur de l'Université Laval Guy Laforest suggérés par Me Jean Allaire. «Les conséquences néfastes pour le Québec (suite à la constitution de 1982) y sont « magistralement » décrites par le professeur Laforest.»



    Lionel Groulx, Le Devoir, 3 novembre 1937:«Le terme indépendance fait trembler les esprits foncièrement colonisés. Que de pauvres gens émasculés de tout sens national, habitués à encaisser les affronts comme d'autres les récompenses, les coups de pied comme d'autres les caresses, se permettent de trouver ces griefs de peu d'importance, après tout, libre à eux, mais pour l'amour du ciel, qu'ils n'essaient pas d'imposer leur tempérament d'esclaves à ceux qui ont une autre notion de la liberté, de la dignité et de la fierté.»



    Le révisionnisme et la censure sont à la démocratie ce que la violence est à la dictature.



    Lorraine Dubé


    Je vous invite à répliquer à monsieur Hussain en signant la pétition publiée dans mon autre message de la tribune. «Le texte en français de M. Hussain mentionne que le but de la pétition n’est pas de minimiser l’impact qu’a eu Lionel Groulx; cette affirmation n’est pas écrite dans son texte en anglais.» N'est-ce pas révélateur!!! Je n'avais pas lu la version anglaise, comme plusieurs sans doute. Il faut être méprisant et de mauvaise foi! Hussain est un raciste, un francophobe. https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/petition-renommer-station-metro-lionel-groulx-oscar-peterson_qc_5ef357ccc5b663ecc855bba2


    La mémoire est déboulonnée, vive la mémoire! Le Devoir


    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/581542/la-memoire-est-deboulonnee-vive-la-memoire


    À la défense de Lionel Groulx. -Le Devoir


    Sans lui, la Révolution tranquille n’aurait pas été possible.


    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/581541/a-la-defense-de-lionel-groulx


    En revenant à Lionel Groulx, l'auteur de ce texte nous ramène à l'essentiel, il fut « l'architecte » de l'État du Québec. Et il tarde d'y revenir pour être maître de notre destin de nation française en Amérique. https://www.ledevoir.com/opinion/idees/581541/a-la-defense-de-lionel-groulx