Les autorités et médias soumis à la rectitude politique

Les vraies causes des fusillades à Montréal

...que les médias sont empêchés de révéler

Eaed55061b29bf26d2ce6e94c56e113a

Tribune libre

En science comme en médecine, on sait que pour venir à bout d'un problème, il faut s'attaquer à la cause qui en est la source.



Dans le cas des fusillades qui font rage à Montréal, les causes sont bien connues de tous, mais voilà, l'ennui, c'est que personne n'a plus le droit de les révéler sur la place publique, encore moins d'entreprendre de les éradiquer.



Toutes les autorités apparemment impuissantes déclarent qu'il faudrait bien faire quelque chose, mais les bottines ne suivent pas les babines. Elles doivent plier et se soumettre à la dictature des minorités visibles ou invisibles, des activistes jappeurs dans le genre woke, des bien-pensants auréolés aux commandes de l'abjecte rectitude politique.



Pendant ce temps, le sentiment d'insécurité se généralise et s'accroît à travers la population qui en fait les frais.



Attaquons-nous au noeud du problème:



Les médias et les autorités sont muselés par la rectitude politique et n'ont pas le droit de dire des faits vérifiés et des vérités évidentes comme:



- Les fusillades sont causées des gangs de rue de race noire ou arabe.



- Les fusillades sont causées par des bandes d'immigrés africains, haïtiens, anglo-noirs, d’arabes, ou leurs enfants, et qu'on n'aurait jamais dû admettre au pays en premier lieu. Des ressortissants de pays sous-civilisés, violents et corrompus traînent tout cela avec eux et continuent à le mettre en pratique.



- Si seule Montréal connaît ce problème de fusillades au Québec, c'est simplement parce qu'il n'y a pas encore assez de Noirs et d’arabes dans les 250 autres villes pour y former des gangs de rue reconnaissables, et qu'ils seraient trop faciles à identifier de par leur visibilité par la police en raison de leur nombre restreint.



- Le profilage racial préventif doit augmenter pour attraper et écrouer les suspects les plus évidents. Tous les Noirs et arabes qui se disent honnêtes devraient être fiers d'être profilés et de participer ainsi à la capture des criminels, et de faire en sorte que ces derniers soient tous arrêtés en collaborant pleinement avec les forces de l'ordre.



De leur côté, en exigeant le définancement de la police, le non-port d'armes chez les policiers, et l'arrêt du profilage préventif, les méchants activistes woke contribuent à l'augmentation du crime, se faisant complices de la tendance à la hausse.



- Tous les criminels ethniques doivent être expulsés du pays dès la première offense, et ceux nés ici doivent être bannis à jamais du pays. Ne leur accordons pas une seconde chance de s'en prendre aux nôtres. Le risque est beaucoup trop grand.



- L'approvisionnement en armes illégales de contrebande passe par les réserves indiennes frontalières. Les autorités timorées se montrent permissives pour éviter qu'on ne déterre la hache de guerre.



*     *     *



Pour sa part, la population québécoise n'est pas dupe de ce qui se passe réellement. Les gens savent, les gens ne comprennent que trop, les gens ont des yeux pour voir. Ils font bien de refuser que notre société s'ensauvage au rythme d'une immigration tiers-mondiste criminogène pour qui la violence armée est le quotidien depuis toujours, un mode de vie courant.



Combien de temps s'écoulera-t-il encore avant que les autorités et les médias osent dire les choses comme elles sont et prennent des mesures énergiques pour contrer le phénomène grandissant du crime ethnique résultant d'une immigration mal filtrée?



Plus on les laissera augmenter en nombre, plus les plaies sociales, le crime et la violence iront en augmentant.



En science comme en médecine, on sait que pour venir à bout d'un problème, il faut éliminer la cause qui en est la source. Il est grand temps d'agir avant que la situation ne devienne ingérable.



Repentigny police are looking for 26-year-old Jeffrey Dimundu-Bellevue for shooting a 34-year-old man on Sunday, Sept. 26, 2021. SOURCE: Repentigny Police


*     *     *


En complément de lecture :


Les criminels ethniques doivent être expulsés dès la première offense


Pour un registre public des crimes commis par les minorités ethniques


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie628 articles

  • 1 156 218

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 625 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    9 janvier 2022

    Plus d'une centaine de fusillades à Montréal en 2021


    La flambée de violence par armes à feu à Montréal n’est pas qu’une impression. Plus de 360 balles ont déjà été tirées lors d’une centaine de fusillades cette année, en forte hausse depuis un an, révèle un nouveau rapport. « Ce n’est plus épisodique, c’est répétitif. C’est quasi quotidien pour l’île de Montréal », soutient un expert, alarmé par la multiplication des balles perdues.


    Alors qu’il s’agissait auparavant d’une situation exceptionnelle, il est maintenant commun qu’une dizaine de coups de feu soient échangés en pleine rue par des gangs rivaux, devant des citoyens terrorisés, et au mépris des victimes collatérales. Ces fusillades « à haute intensité » sont monnaie courante à Montréal depuis deux ans, observe le sergent-détective Marc-André Dubé.


    Selon une compilation de l’expert déposée en cour, environ 400 douilles ont été trouvées sur les scènes de crime à Montréal dans 115 évènements, en 2020. Cette année, en date du 24 août, on comptait déjà 367 douilles retrouvées lors de 100 fusillades. Cela sans compter les douilles disparues. À ce rythme, plus de 550 balles pourraient donc être tirées d’ici la fin de l’année dans la métropole.



    L’expert observe aussi « la banalisation et la glorification de la possession d’une arme à feu » sur les réseaux sociaux. De nombreux membres de gangs de rue exhibent en ligne leur pistolet pour montrer leur force, comme Hensley Jean sur Instagram. Il y a tellement de signalements d’armes montrées sur les réseaux sociaux que son escouade ne répond plus à la demande, ajoute le policier. 


    Dans les secteurs chauds de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies, la « majorité » des fusillades sont d’ailleurs liées à une guerre entre deux gangs rivaux d’allégeance rouge, les Zone 43 de Montréal-Nord et les Profit Boyz de Rivière-des-Prairies. Les membres de gangs se tirent désormais dessus pour des « banalités », même entre alliés.



    Et tous ces crimes sont pratiquement attribuables à des non-Québécois de race ou d'ethnies immigrés ou fils d'immigrés du tiers-monde violent qui amènent avec eux leur mode de fonctionnement normal.


    Sources: 


    Plus d'une centaine de fusillades à Montréal en 2021


    Arrestations


  • Réjean Labrie Répondre

    6 décembre 2021


    Une autre preuve que les médias filtrent tout ce qui est dit en ondes pour cacher la vraie nature du problème de la violence et des fusillades quotidiennes à Montréal:


    À chaque nouvel acte criminel, on fait entendre les réactions du monde ordinaire, mais jamais on ne laisserait passer des commentaires pourtant évidents comme:



    "Ces crimes vont en augmentant avec le nombre de Noirs et d'arabes à Montréal."


    "Ces crimes violents vont de pair avec le nombre d'immigrés tiers-mondistes."



    "Il faudrait stopper l'immigration de provenances dangereuses."


    "Ces criminels devraient être expulsés du pays."



  • Normand Bélair Répondre

    26 novembre 2021

    Merci! Très bien illustré et comment vrai.


    Imaginez...on n'est même pas capable de mettre sous barreaux le type noir qui est de toutes les mainifestations anti-vaccin et qui doit plus de 60,000$ en amende! On ne veut même pas règler CE petit problème là, imaginez les gangs de rue d'Haitiens et d'Arabes, wow! Pas demain la veille!