Une définition de l’identité collective québécoise

Qu’est-ce qu’un pays bien à nous, rien qu'à nous?

12 éléments essentiels

10180e49507bd4eb9afc49adb24e95c3

Tribune libre

Qu’est-ce qu’un pays bien à nous, rien qu'à nous?


Un pays, c’est pas juste un gros paquet de monde mélangés qui vivent pêle-mêle à la même place. Non, c’est une sorte de monde pareils qui vivent à la même place depuis des générations. La nuance est de taille, pour ne pas dire cruciale.



Un pays, ce n’est certainement pas un fourre-tout de n’importe qui de n’importe où, parachutés des pires endroits de la planète, qui n’ont à proprement parler rien en commun entre eux, ni avec nous le peuple fondateur, et qui s’opposent plus qu’ils ne s’entendent, créant un climat de tensions et de conflits insolubles.



Non, pour qu'un pays fonctionne en harmonie, cela prend une nette majorité de points communs, de similitudes, de choses partagées, qui nous rapprochent et nous unifient. Tout ce qui fait qu’on est des Québécois authentiques.



Quelques points communs que doivent partager les habitants d’une même nation pour se sentir bien ensemble:



  1. Avoir les mêmes origines démographiques historiques

  2. Parler la même langue maternelle, une seule sur tout le territoire

  3. Vivre dans une seule et même culture et la consommer prioritairement

  4. Éprouver un sentiment d’appartenance à sa patrie, et vouloir qu’elle perdure à travers le temps

  5. Désirer que sa nation possède son propre pays

  6. Avoir une ressemblance intrinsèque qui fait qu’on ne se sent pas sur un autre continent ou envahi

  7. Posséder une même tradition religieuse (comme le christianisme), qu’on soit pratiquant ou non

  8. Avoir son sport national. Par exemple, au Québec, c’est le hockey, pas le soccer, sport que les importés cherchent à implanter

  9. Avoir le sentiment d'appartenir à une succession de générations ayant grandi et prospéré sur leur terre natale

  10. Avoir de nombreuses traditions célébrées tout le long de l’année et y tenir

  11. Ressentir en son for intérieur que la nation historique est en péril et qu’il faut agir, l’indépendance devenant la seule et meilleure solution

  12. Être à même de reconnaître lorsqu’un immigré n’est pas intégré et n’a pas sa place ici


 


Tous ces éléments sont essentiels au maintien d'une identité collective stable, solide et épanouissante. C'est tout ce qu'il y a de plus désirable.



Les immigrés les plus prometteurs sont ceux qui réunissent le plus grand nombre de ces éléments, et dans le cas précis du Québec, ce sont les Occidentaux comme nous.



Considérant la chose, la propagande de l’idéologie malsaine de la diversité s’avère être très nuisible aux nations de petite taille comme le Québec.



En effet, l’immigration tiers-mondiste massive dilue, dissout, désagrège le peuple fondateur en place. Elle est un appauvrissement sous tous les plans, un vecteur de recul sociétal et d'ensauvagement des mœurs. Elle propage l'insécurité chez les natifs par la hausse de la violence et de la criminalité.



Le multiculturalisme dévastateur imposé par le gouvernement fédéral mondialiste et dénationalisateur est nocif et doit conséquemment être combattu au Québec. La constitution du Québec devrait même condamner son application officiellement.



Une politique nataliste efficace résoudra tous les problèmes de renouvellement de la population, comme la Hongrie l’applique déjà avec grand succès et satisfaction de sa population.



Un Québécois authentique sait instinctivement lorsqu’il est face à un autre Québécois authentique. C'est d'une telle évidence. Et c'est ce qui nous rapproche.



C’est notre pays après tout, pas celui d'étrangers incompatibles qui ont un œil dessus.



Le Québec doit continuer de rester à notre image, de ne pas se laisser dénaturer, démembrer, pour le salut de notre peuple.



Donnons-nous un pays bien à nous, rien qu'à nous.



Note 1: cette humble profession de foi en la nation québécoise, a été rédigée expressément pour célébrer mon 700ième article à être publié sur le site Vigile dans l'espace de 13 ans, un million et un quart de clics plus tard.


La totalité de mes articles porte sur la valorisation du peuple québécois et de sa culture distincte. Merci à tous de votre soutien constant.



Note 2: toutes les magnifiques illustrations portent sur les Fêtes de la Nouvelle-France qui ont lieu annuellement à Québec, berceau de l'Amérique, qui nous permettent de célébrer notre appartenance commune et la fierté de nos origines.


Note 3: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour en apprendre plus sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie722 articles

  • 1 258 413

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Plus de 715 articles publiés en ligne ont été lus un million et un quart de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 13 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    8 décembre 2022

    On pourrait ajouter à la liste un treizième élément qui fait qu'on se sent bien chez nous:



    13- pourvoir vivre à un endroit qui sait préserver les canons de beauté correspondant à nos origines européennes.








  • Luc Archambault Répondre

    11 novembre 2022

    7. Posséder une même tradition religieuse (comme le christianisme), qu’on soit pratiquant ou non


    Il n'y a pas que le christianisme comme tradition au Québec, il y a aussi l'animisme consubstantiel de notre métissage avec les Premières Nations, voire aussi l'athéisme et l'agnosticisme. Sinon, pourquoi les curés s'époumonaient-ils tant en chaire contre les pécheurs que nous étions tous et toutes soi-disant...

    Ce n'est pas pour rien que comme nulle part ailleurs dans le monde, les églises se sont vidées en moins de 10 ans à la faveur de la Révolution tranquille. Ce qui ne veut pour autant pas dire bien sûr qu'il faille négliger les oeuvres de notre héritage catholique ou chrétien, architectural, pictural, sculptural et autre, au contraire.



    6. Avoir une ressemblance intrinsèque qui fait qu’on ne se sent pas sur un autre continent ou envahi



    Je ne vois pas pourquoi il faudrait exclure les dissemblances. Nous avons copulé en masse avec les membres des Premières Nations et nous sommes fait de métissages qui ont produit ce que nous sommes, différents les un,es des autres.

    Ce qu'il nous faut avoir en commun, c'est le désir de multiplier ces métissages pour que les populations immigrantes s'assimilent rapidement par métissage, comme nous l'avons fait avec les Ryan, Johnson,  Mc Leod, et autres Charles, Curzi et Tifo.





    8. Avoir son sport national. Par exemple, au Québec, c’est le hockey, pas le soccer, sport que les importés cherchent à implanter



    Le hockey certes... mais pourquoi n'avoir qu'un seul sport national, pourquoi pas deux voire trois ou quatre... Le soccer peut se jouer autant l'été que l'hiver, quel est le problème !?



    12. Être à même de reconnaître lorsqu’un immigré n’est pas intégré et n’a pas sa place ici


    Certes, il faut ASSIMILER les populations immigrantes, mais ce n'est pas une raison pour stigmatiser telle ou telle personne de ne pas s'intégrer. Il faut plutôt créer les conditions de  l'assimilation, dont, démontréaliser les flux migratoires et re-québéciser Montréal.

    Pour cela, il faut régionaliser les flux migratoires et renverser, favoriser la démontréalisation du Québec politique, économique, sociétal, culturel, médiatique, et artistique du Québec. On est loin du compte. Il faut par exemple faire de Québec, CAPITALE NATIONALE, un pôle de production télé, cinéma, musique populaire et classique, musée, architecture et artistique de première importance, en obligeant les complexes industriels concernés à le faire ensemble et de manière coordonnée, par exemple, en transportant à Québec les sièges sociaux de Télé-Québec, de Radio-Canada, d'Hydro-Québec, Caisse de dépôt, etc.

    Comment intéresser les nouveaux arrivants au Québec des régions si le Québec lui-même est montréalisé et concentré à Montréal. Il faut donc être logique et cesser de se plaindre que les flux migratoires soient concentrés à Montréal de manière à produire un réel NETTOYAGE ethnique et remplacement de population alors que nous ne faisons rien pour changer la donne de la centralisation du Québec à Montréal.

    Il faut aussi combattre le communautarisme et la ségrégation sexuelle patriarcaliste abrahamique incompatible, comme la raciale, avec l'État de droit démocratique égalitariste.

    Il faut mettre de l'avant une Charte des droits collectifs du Peuple Souverain du Québec pour lutter contre l'absolutisme des droits individuels. Dont serait partie la Charte de la langue française, la loi sur la laïcité de l'État, etc.



    Tout ça ne va pas sans prévoir ROMPRE avec la gouvernance COLLABO qui VALIDE l'État VOYOU du Royaume de la Couronne canado-brit qui n'a jamais obtenu pour se Actes constituants le clair et libre OUI démocratique des Québécois,es et pas même celui de sa députation.


    Cf : Un Plébiscite révocatoire.