Enquête publique: être Eliot Ness ou Al Capone ?

Enquête publique - un PM complice?


Eliot Ness, l'incorruptible

Al Capone, opposé aux enquêtes (photos Wikicommons)

***
La partie est risquée. D’un côté, l’opinion réclame,à 80%, la tenue d’une enquête publique sur la construction. De l’autre, le premier ministre, ses ministres et le chef de la FTQ n’en veulent pas. Jean Charest et Michel Arseneault ne sont pas fous. Ils savent à quoi ils s’exposent en s’opposant à la volonté populaire. Ils donnent l’impression de refuser que toute la vérité soit faite. Alors que l’opinion veut qu’ils se transforment en Eliot Ness, ils prêtent flanc à l’accusation de protéger Al Capone. Pire, d’être de mèche avec lui. Car, vous pouvez vérifier, la vérité historique est qu’Al Capone avait de très grandes réserves sur l’opportunité de tenir une enquête publique à Chicago sur le trafic d’alcool dans les années 1920. Eliot Ness était d’avis divergent et il a eu le dernier mot, mettant Capone derrière les barreaux en 1929.
Le coût du refus de l’enquête, en perception publique, est élevé. Il faut donc croire que MM Charest et Arseneault estiment beaucoup plus élevé le coût de la création de la commission. A mon avis, leur problème n’est pas lié à ce qu’ils savent, sur les Al Capone québécois actuels, ou si peu. Il est lié à ce qu’ils ne savent pas. La beauté de la commission d’enquête est le caractère public d’une multitude de pistes suivies pour débusquer la vérité et l’environnement dans lequel la fraude a été commise. L’enquête policière, elle, débouche sur une accusation précise. Pire, si l’accusé plaide coupable, le public obtient très peu de détails sur ce qui s’est vraiment produit.
Mais avec l’enquête publique, on sait d’où on part, on ne sait pas où on atterrit. Dans le passé d’anciens chefs du parti, de la centrale ? Dans des complicités, des dons, des invitations ? Dans la perte de mairies amies, de partenaires rentables ? Le très regretté secrétaire américain à la défense Donald Rumsfeld (hum!) avait énuméré deux degrés de difficulté devant l’inconnu. Il y a ce qu’on sait qu’on ne sait pas (ex: on ne sait pas combien l’ennemi a de missiles). Puis il y a ce qu’on ne sait pas qu’on ne sait pas (ex: on n’avait même pas pensé à demander s’ils avaient des missiles.)
MM Arseneault et Charest ne savent pas ce qu’ils ne savent pas. C’est ce qui les tétanise. Michel Arseneault a la tâche ingrate d’hériter d’une situation qu’il n’a pas créé et qu’il a tenté de rectifier depuis son arrivée à la FTQ. Et il a raison d’évoquer la présomption d’innocence, toujours malmenée en ces affaires. Mais alors que sa centrale était dans la mire des enquêtes au printemps, l’extension du débat aux milieux municipaux et d’affaires relativise sa situation. Lorsqu’on parle des “fabulous fourteen” qui se partagent les contrats à Montréal, il n’est pas question d’un front commun intersyndical. (Quoiqu’on pense bien qu’aux réunions des Forteen, ils doivent entonner leur version de so-so-so-solidarité!). De plus, la diffusion, par Enquête de Radio-Canada, de la conversation bien épicée de jurons de son bras droit Richard Goyette affirmant que la mafia n’allait pas réussir à déloger Arseneault lui donnait le beau rôle, celui de l’Eliot Ness syndical tenant le fort contre les barbares. En rejetant la tenue d’une enquête publique, il a perdu ce crédit.
La situation du premier ministre est cependant plus ardue que celle d’un chef de centrale. Il avait le choix, depuis cinq mois, de jouer les Eliot Charest et de réclamer lui-même cette commission, donc de se présenter comme l’homme qui allait faire place nette. Il aurait empoché, dans un premier temps, un grand crédit dans l’opinion et aurait pu, lorsque les témoignages et le rapport écorcheraient — potentiellement — certains de ses alliés, affirmer que c’est quand même lui qui avait fait le ménage.
Ce moment est passé. Pour que son refus d’une commission soit payante, elle doit maintenant tenir dans le temps. C’est-à-dire qu’il doit être prêt à voir chuter sa popularité et celle de son gouvernement, à être perçu comme Al Charest, si cette question reste centrale — et il y a fort à parier qu’elle le restera, car la presse et l’opposition ont un os et les langues se délient. Il devra donc traverser cette tempête jusqu’à ce que plusieurs accusations émergent des enquêtes policières, lui donnant ainsi un argument: voyez, ça marche même sans commission. Cela ne marchera qu’à moitié, mais il calcule n’avoir besoin que de la moitié d’un argument.

Squared

Jean-François Lisée297 articles

  • 180 566

Ministre des relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur.

Il fut pendant 5 ans conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard et un des architectes de la stratégie référendaire qui mena le Québec à moins de 1% de la souveraineté en 1995. Il a écrit plusieurs livres sur la politique québécoise, dont Le Tricheur, sur Robert Bourassa et Dans l’œil de l’aigle, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste, qui lui valut la plus haute distinction littéraire canadienne. En 2000, il publiait Sortie de secours – comment échapper au déclin du Québec qui provoqua un important débat sur la situation et l’avenir politique du Québec. Pendant près de 20 ans il fut journaliste, correspondant à Paris et à Washington pour des médias québécois et français.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé