Pour garder l'idée vivante et active

Que toutes les élections provinciales futures soient référendaires

Par une simple modification à la loi électorale

Fdc1ab28dc12745ad125908ffacdcae7

Tribune libre

Dans un monde idéal, on ferait adopter une modification à la loi électorale stipulant que chaque élection provinciale se voit doublée d'un référendum sur l'indépendance.



Il y aurait un bulletin de vote ordinaire pour élire députés et premier ministre, et un autre avec la question: "Voulez-vous que le Québec devienne indépendant?"



Si le vote pour atteint une majorité de 50% + 1, le processus de l'indépendance est déclenché, peu importe le parti élu.



Si ce dernier refuse de répondre à la volonté exprimée par la population, il devra céder sa place au parti intéressé qui enclenchera le processus sans délai.



Cette idée que chaque élection soit référendaire gardera l'objectif bien vivant et actif dans les esprits.



Cela contribuera à maintenir l'idée maîtresse dans les sujets de discussion privilégiés, à en entretenir l'actualité et la pertinence autant dans les médias que dans la vie courante.



Tout comme aller voter est un devoir de citoyen, se pencher sur la question de l'indépendance l'est aussi. Cet exercice référendaire inciterait la population à réfléchir sérieusement et positivement à son avenir, à se décider, à se brancher en sa faveur.



Dans des endroits comme l'Écosse et la Catalogne, la question n'est jamais éludée et revient constamment, et ce fort probablement jusqu'à ce que leur indépendance soit chose faite et accomplie. C'est un processus d'émancipation naturelle pour toute nation qui, une fois amorcé, ne peut plus être mis de côté définitivement.



Les gens devront prendre le temps d'y réfléchir périodiquement, se dire que peut-être le temps est enfin venu de réaliser le beau grand rêve national, que ce n'est plus le temps de tergiverser, de procrastiner, mais bien de passer à l'action.



La Marche du Québec de Louis-Philippe Bélisle


Ce sera une espèce de sondage officiel récurrent permettant de suivre l'évolution de l'idée. Les gens se diront: "peut-être que le moment qu'on attendait est arrivé. Peut-être que cette fois-ci, c'est la bonne. Peut-être que c'est maintenant qu'il faut faire quelque chose".



Durant la campagne électorale, les candidats et partis devront alors inévitablement aborder l'enjeu, en souligner l'importance, la légitimité, la nécessité, les avantages, l'urgence même.



Tous les partis indépendantistes pourront défendre l'élément principal de leur programme, leur raison d'être.



La prochaine fois qu'un parti indépendantiste sera élu, il devrait envisager de faire adopter une telle loi qui affirme notre droit à l'auto-détermination, et qui permet à tout peuple digne de ce nom d'accéder à son indépendance en prenant en main le plein contrôle de sa destinée sans ne plus jamais dépendre de qui que ce soit d'autre.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie581 articles

  • 1 102 288

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 580 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé