Des élus vendus à l'ethnicisation à outrance

Un maire ouvertement anti-nationaliste

Et l'obligation de réserve dans tout ça?

27f67065c415377f1767873bbb5d7b19

Tribune libre

Un certain maire du Québec a déjà eu l'outrecuidance de déclarer publiquement que la ville de Québec était beaucoup "trop blanche et trop catholique" à son goût, autrement dit, trop pure laine, trop homogène, comme si c'était à ses yeux une tare, une honte que d'être d'ici!


Ce même maire intempestif récidivait récemment en entrevue à l'émission Bien entendu de Stéphan Bureau à Radio-Canada en affirmant qu'il serait souhaitable d'ethniciser rapidement l'ensemble du Québec afin qu'il ne reste plus aucun endroit composé uniquement de la population historique d'origine qui a fondé et développé son pays natal. Il en rajoutait en affirmant qu'il travaillait très fort en ce sens dans "sa" ville.



Ces propos ouvertement anti-nationalistes sont scandaleux venant de la part d'un élu du peuple qui du reste a un devoir de neutralité et devrait faire montre d'un minimum de sentiment patriotique envers les siens. Qu'il se garde donc une petite gêne!



On pourrait même le soupçonner de désapprouver la loi 21 sur la neutralité de l'État, voulue par ce peuple qu'il stigmatise par ses propos méprisants.


Cela devrait pourtant aller de soi que toutes les caractéristiques qui font que le peuple québécois est québécois doivent être protégées et maintenues.


On en énumère une bonne quinzaine ici:  Identité collective:15 conditions d'appartenance



Rappelons que l'homogénéité est un l'un des facteurs-clés favorisant la cohésion naturelle et si désirable entre les personnes, facilitant les contacts et les échanges, la vie de quartier agréable, un environnement sécuritaire et tranquille, bref, tous les éléments à la base du bien-vivre ensemble pour chacun et son semblable.



Et parmi ces caractéristiques qui font notre spécificité se trouve le fait que nous formons une majorité de type occidental et de tradition religieuse chrétienne, ce qui semble déplaire à M. le maire diversitaire. Pourtant, ce sont deux éléments qui contribuent à dessiner notre portrait collectif. Il faut préserver l'uniformité de l'ensemble de nos traits caractéristiques puique c'est précisément ce qui contribue à nous rendre uniques et différents d'ailleurs.



Nul n'a le droit de défigurer, de modifier, d'atténuer, le moindre élément identitaire représentant ce que nous sommes. Le petit Saint-Jean-Baptiste du défilé du 24 juin a les cheveux blonds bouclés, pas crépus.



Il faut valoriser tous les éléments identitaires qui nous représentent comme étant une richesse en soi, une source de fierté nationale, une façon de savoir qui on est sur Terre par rapport aux autres nations, comment on se décrit soi-même. La psychologie nous enseigne que plus on sait qui on est, plus on est conscient de soi, que mieux on est ancré solidement, et plus le potentiel d'accomplissement de soi et d'épanouissement est élevé, que ce soit sur le plan individuel ou collectif.



Et l'expérience l'a amplement démontré: plus on mélange de force races, ethnies sous-développées, religions hostiles, mentalités rétrogrades, cultures étrangères envahissantes, plus les frictions et les affrontements augmentent; cela devient une spirale sans fin qui nous aspire vers le bas. Et plus le peuple natif est ciblé et en fais les frais, en étant attaqué de toutes parts. Et bye-bye le bien-vivre ensemble paisible, l'harmonie sociale, le sentiment de sécurité sur la rue, le sentiment rassurant d'être entre nous.



Nous n'avons pas à accepter passivement un tel processus de fractionnement fatal, de dilution vers le bas, menant inévitablement à la dénaturation du coeur de la nation. Nous n'avons pas à nous laisser dépouiller de ce qui nous appartient en propre.



C'est pourquoi ceux qui s'attaquent publiquement au maintien de notre identité plus que centenaire doivent être dénoncés et pointés du doigt. Par leurs vaines paroles, ils s'allient aux fédéralistes anglos et leur propagande diversitaire, aux multiculturalistes destructeurs d'identité nationale, aux journalistes du Canada anglais qui dénigrent systématiquement le Québec, et aux minorités visibles de toutes sortes, religieuses ou ethniques, qui ont pris pour cible la majorité que nous sommes, et qui cherchent à nous noyer dans le nombre.



Des élus vendus à l'ethnicisation à outrance qui affichent leurs couleurs impunément, il y en a d'autres. Pouvez-vous les identifier par le contenu habituel de leurs déclarations publiques?



Tous ces ennemis de la nation feront tout en leur pouvoir pour empêcher le peuple québécois d'atteindre son plein épanouissement à travers l'indépendance salutaire du Québec.



Ne les laissons pas perpétrer ce vol d'identité collective à nos dépens.



Car le Québec ne doit pas devenir autre chose que ce qu'il a toujours été, en son âme et conscience, une nation homogène tissée serrée, faite avec du vrai bon monde de chez nous, comme du bon pain frais sortant du four, comme de la tire d'érable répandue sur de la belle neige blanche toute fraîche.



Ce n'est pas ici le Québec des autres qui veulent se l'approprier pour eux; non, le Québec d'ici, c'est le nôtre.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie555 articles

  • 1 029 851

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire une grande fierté d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 555 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Dominique Beaulieu Répondre

    6 septembre 2020

    Qui est ce maire?


  • Jacques Benoît Répondre

    6 septembre 2020

    pourquoi ne pas nommer ce maire


    sinon votre article repose sur rien


  • Jean-Charles Morin Répondre

    5 septembre 2020

    "Un certain maire du Québec", dites-vous.


    Dequi au juste parles-vous? Pourquoi tenir des propos aussi sybillins alors qu'il serait si simple de dire son nom.