ISLAMOGAUCHISME

Accusations d’islamophobie: QS laisse tomber le Québec

290eaa03e5ae381d60b5ae6bd90d17e7

QS est le cheval de Troie de l'islamisme au Québec


Une motion a été déposée jeudi dernier à l’Assemblée nationale en rapport à la Muslim Association of Canada (MAC), un groupe islamiste, homophobe, misogyne et antisémite, entre autres (voir mes billets précédents sur le sujet ici). Financé par les fédéraux et l’Ontario, ce groupe affirme dans une vidéo éducative que la loi 21 constitue une législation «islamophobe».


Le texte soumis au parlement « dénonce catégoriquement l’amalgame inadmissible fait entre la loi 21 et l’islamophobie dans du matériel pédagogique destiné aux écoles de l’Ontario». Quand le Québec est traîné dans la boue par des extrémistes comme ceux de la MAC, une telle motion va de soi. Le PQ et la CAQ n’ont fait ni de une ni deux et ont voté en faveur. Même le PLQ, qui s’écrase si souvent, a lui aussi appuyé la démarche.


Notre assemblée nationale, comme on aurait pu s’y attendre, est venue bien proche de parler d’une seule voix dans cette affaire. C’était sans compter Québec Solidaire, qui a décidé de s’abstenir.


Les raisons données par cette formation politique pour se justifier sont inacceptables. Interviewée par le Journal, la députée Christine Labrie a notamment expliqué que le fait de dénoncer l’amalgame entre loi 21 et « islamophobie » posait problème pour les qsistes. Cela veut dire que QS partage l’opinion de la MAC, la loi 21 est « islamophobe », comme si le fait d’avoir une loi sur la laïcité constituait une pathologie.


Des journalistes ont par ailleurs demandé à Gabriel Nadeau-Dubois s’il pensait que la loi 21 est raciste, comme l’ont clamé plusieurs militants du parti lors de leur dernier congrès. «Je pense qu'il n'y a pas d'intention raciste » derrière celle-ci, a-t-il répondu. L’aspirant premier ministre joue ici sur les mots pour dissimuler le fond de sa pensée. Si l’intention de départ n’est pas raciste, cela veut dire que le résultat final l’est. C’est ce que sous-entend clairement GND ici. La MAC doit être très satisfaite de cette déclaration.


Ce type de propos fait penser à la réaction qu’a eue le chef de QS suite au débat en anglais lors de la dernière campagne électorale fédérale. Shachi Kurl, l’animatrice, avait dit que la loi 21 était discriminatoire dans une question adressée à Yves-François Blanchet, tandis que la cheffe des Verts, Anamie Paul, avait lancé au chef du Bloc qu’elle allait l’éduquer à ce sujet.


GND avait dénoncé le tout en disant que c’était « méprisant ». Le problème est que le discours de QS n’a rien à envier à nos détracteurs du Canada anglais. Les qsistes ont condamné la défunte charte des valeurs de Pauline Marois, et ensuite la loi 21, comme étant intolérante, raciste, xénophobe, discriminatoire et islamophobe. Leur Collectif décolonial a appuyé Attaran l’hiver dernier, alors que ce professeur de l’Université d’Ottawa a traité notre premier ministre de suprémaciste blanc. Cette mouvance au sein de QS a accusé aussi le chef du PQ d’être un fasciste. Par comparaison, les critiques de mesdames Paul et Kurl, c’est de la petite bière!


GND fait aujourd’hui du patinage artistique pour camoufler cette réalité aussi incontestable que gênante pour lui. Celui qui se dit indépendantiste nie également le fossé évident entre les deux peuples fondateurs dans cette affaire.


Les solidaires se positionnent constamment en champion de la lutte à l’intolérance envers les minorités. Mais quand la minorité nationale québécoise est victime d’une vicieuse campagne de salissage, QS se désolidarise. Au mieux, ce parti laisse tomber le Québec. Au pire, il fait cause commune avec ceux qui pratiquent le Québec bashing!



Featured 65d96e9d8ad13130adc633d7299cf21e

Frédéric Bastien129 articles

  • 53 308

Titulaire d'un doctorat en relations internationales de l'Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, Frédéric Bastien se spécialise dans l'histoire et la politique internationale. Chargé de cours au département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal, il est l'auteur de Relations particulières, la France face au Québec après de Gaulle et collabore avec plusieurs médias tels que l'Agence France Presse, L'actualité, Le Devoir et La Presse à titre de journaliste. Depuis 2004, il poursuit aussi des recherches sur le développement des relations internationales de la Ville de Montréal en plus d'être chercheur affilié à la Chaire Hector-Fabre en histoire du Québec.





-->