MULTICULTURALISME

Dix choses à retenir du budget fédéral 2021

06fc386422cf8f81c286abd4c9bd5725

De l'argent pour les Noirs et du déficit pour les autres...

Voici les 10 principales choses à retenir de la présentation du budget fédéral de Chrystia Freeland, selon nos journalistes. 1) Création d'un réseau national de garderies L’une des mesures phares du budget 2021-2022 est la création d’un réseau national de garderie qui s’inspire de celui du Québec. Au total, 30 G$ en nouveaux investissements seront accordés au cours des cinq prochaines années, puis 8,3 G$ par année par la suite. Ottawa vise à réduire de 50% les frais de garde préscolaires d’ici 2022, et souhaite que ces frais coûtent en moyenne 10$ par jour d’ici 2026, hors du Québec. Une part de ce montant sera aussi réservée pour la province, mais les détails restent à être précisés. Le gouvernement Trudeau suggère également de mettre en place un «accord asymétrique» avec le Québec afin de l’aider à améliorer son réseau déjà en place. 2) Près de 18 G$ pour la relance verte Ottawa injectera 17,6 G$ sur six ans pour la relance verte. Le gouvernement Trudeau vise entre autres à réduire de 36% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2005 d’ici 2030, et à protéger d’ici 2025 25% des terres et des mers canadiennes. Une variété de mesures sont énumérées, dont un investissement de 319 M$ sur sept ans dans les technologies de captage, d’utilisation et de stockage du carbone. Le fédéral propose également de réduire de 50% «le taux d’imposition général des sociétés et des petites entreprises qui fabriquent des technologies à zéro émission». Cette initiative, qui diminuera les recettes de 45 M$ sur cinq ans, vise par exemple la fabrication d’éoliennes, de véhicules électriques et de bornes de recharge. 3) Une taxe «de luxe», une autre sur le tabac Afin d’aider à financer son budget aux dépenses historiques, le gouvernement veut puiser de l’argent chez les Canadiens les plus fortunés en ajoutant dès 2022 une taxe sur les produits de luxe, comme les voitures neuves de plus de 100 000$, les aéronefs de plus de 100 000$ et les bateaux de plus de 250 000$. Ottawa évalue les recettes de cette «taxe de luxe» à 604 M$ sur cinq ans. Le gouvernement augmentera aussi la taxe sur les cigarettes, qui entrera en vigueur dès mardi, et fera de même pour les produits du vapotage dès 2022. La taxe élèvera de 4$ le montant prélevé sur les cartouches de 200 cigarettes, par exemple. Au-delà des revenus supplémentaires, Ottawa veut réduire la proportion de fumeurs au pays sous la barre des 5%. Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio: 4) Davantage d’aide pour les aînés Les pensionnés de la Sécurité de la vieillesse qui auront 75 ans ou plus en juillet 2022 recevront un paiement unique de 500$ en août prochain. Le budget propose ensuite d’augmenter les paiements réguliers de 10% pour cette même tranche d’âge à compter de 2022, ce qui toucherait 3,3 millions d’aînés. Selon Ottawa, ces deux mesures à elles seules représenteraient 12 G$ sur cinq ans. Une enveloppe de 90 M$ sur trois ans visera à lancer une initiative pour «vieillir dans la dignité à la maison». L’aide irait à des organismes communautaires qui fournissent de l’aide pour aider les personnes âgées à faible revenu pour préparer leurs repas, faire de l’entretien ménager, l’épicerie, et toutes sortes de tâches quotidiennes. 5) Diverses aides pour le logement Une panoplie de mesures liées aux logements figurent dans le budget, dont un financement de 2,5 G$ sur sept ans à la Société canadienne d’hypothèques et de logement, dont une grande partie ira à la construction d’un «minimum» de 4500 unités. Le quart de celles-ci sera destiné à des projets pour les femmes. Une portion de 315,4 M$ servira aussi à aider les femmes à faible revenu fuyant la violence à payer leur loyer. En contrepartie, le gouvernement Trudeau serre la vis et imposera à partir du 1er janvier 2022 une taxe annuelle de 1% aux propriétaires non-résidents et non-Canadiens sur leurs biens immobiliers résidentiels vacants ou sous-utilisés. 6) Prestations assurance-maladie de 15 à 26 semaines Le gouvernement fédéral fait presque doubler la période maximale de couverture des prestations de maladie de l’assurance-emploi, qui passe de 15 semaines à 26 semaines. Ce prolongement, qui devrait prendre effet à l’été 2022, devrait coûter 3 G$ aux contribuables sur une période de cinq ans, et 966,9 M$ chaque année par la suite. Cette extension fournirait une aide à environ 169 000 travailleurs annuellement. Ces sommes viennent en aide aux personnes dont la blessure ou la maladie ne leur permet pas de reprendre le travail. Ottawa propose aussi de modifier la Loi sur l’assurance-emploi et le Code canadien du travail pour aider les travailleurs des industries sous réglementation fédérale à garder leur emploi lorsqu’ils touchent à l’assurance-emploi. 7) Un déficit de 155 G$ La pandémie de COVID-19 aura de nouveau un grand effet sur les finances du gouvernement Trudeau. Après avoir vu son déficit atteindre 354,2 G$ l’année dernière, le Canada sera encore dans le rouge cette année et projette cette fois un solde budgétaire négatif de 154,7 G$. Celui-ci devrait diminuer au cours des années suivantes et atteindre 30,7 G$ en 2025-2026. La dette fédérale continue toutefois de se creuser. Elle devrait grimper à 1233 G$ cette année, représentant 51,2% du PIB, et s’élever à 1411 G$ d’ici quatre ans. Pour assurer la relance, Ottawa prévoit d’ailleurs dans son budget 101,4 G$ en nouvelles mesures au cours des trois prochaines années, dont 49,3 G$ en investissements prévus cette année. 8) Argent aux minorités et lutte contre le racisme Plusieurs mesures inscrites au budget visent à contrer le racisme, alors que sont également prévus des investissements pour soutenir les minorités visibles. Le gouvernement promet notamment un financement de 200 M$ à un Fonds de dotation philanthropique dirigé par des Noirs et destiné aux jeunes Noirs, ainsi qu’un 100 M$ supplémentaire pour les projets communautaires des communautés d'ascendance africaine. Une somme de 11 M$ ira aux organismes communautaires qui luttent contre le racisme. Puis, le gouvernement a annoncé plus de 18 G$ qui serviront à appuyer les communautés autochtones au niveau des soins de santé et de santé mentale, des infrastructures, de l’éducation et des entreprises communautaires. 9) Aide aux entreprises, prolongation des mesures d’aide Le gouvernement entend poursuivre les grandes dépenses pour relancer l’économie. Plusieurs propositions incluses dans le budget le démontrent, à commencer par une nouvelle extension de la Subvention salariale d’urgence du Canada: alors qu’elle avait déjà été repoussée jusqu’à juin 2021, Ottawa propose de l’étendre cette fois à septembre. Les taux de la subvention seraient toutefois réduits progressivement à partir de juillet, «à mesure que les vaccinations sont administrées et que l’économie se remet en marche». Idem pour la Subvention d’urgence pour le loyer et de la mesure de soutien en cas de confinement, qui seront aussi étendues jusqu’au mois de septembre, avec une baisse progressive prévue à partir de juillet. Ensemble, ces extensions coûteront au bas mot 12 G$. 10) Lutte à la violence fondée sur le genre La pandémie ayant révélé la profondeur du problème de la violence conjugale et familiale, le gouvernement propose un investissement de 200 M$ destiné au ministère des Femmes et de l’Égalité des genres pour soutenir des organismes communautaires qui œuvrent dans la lutte à la violence fondée sur le genre. Des millions sont aussi destinés à augmenter les services des lignes d’urgence en cas de crise, à l’accumulation de données sur les problèmes liés au genre, et à la création d’un programme de conseils juridiques gratuits aux victimes d’agressions sexuelles. De plus, 28,4 M$ iront à la protection des enfants et des familles pendant le divorce ou la séparation des parents, et 50 M$ à l’Agence de la santé publique pour des plans d’interventions dans des familles violentes. Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio: D’AUTRES MESURES AUSSI ANNONCÉES 35 M$ sur cinq ans pour investir dans la recherche et pour élaborer un cadre national sur le diabète. Intention de mettre en place un salaire minimum fédéral de 15$ par heure. 101 M$ sur deux ans à partir de 2022-2023 pour appuyer le secteur vinicole canadien. 392 M$ sur trois ans pour diverses initiatives faisant la promotion des langues officielles. 300 M$ pour convertir des espaces de bureaux ou des commerces des centres-villes vacants en raison de la pandémie en 800 logements. 236 M$ sur cinq ans puis 33,5 M$ par an pour lutter contre les inconduites sexuelles et la violence fondées sur le genre au sein de l’armée canadienne. DÉFICIT PRÉVU 2020-2021: 354,2 G$ 2021-2022: 154,7 G$ 2022-2023: 59,7 G$ 2023-2024: 51 G$ 2024-2025: 35,8 G$ 2025-2026: 30,7 G$ Dépenses 2021-2022: 509,8 G$ Revenus 2021-2022: 355,1 G$ Dette fédérale 2021-2022: 1233,8 G$