Les millions d’Ottawa financent la haine du Québec

55085459d60fa491eafd8ee8d8edcb62

Au nom de la constitution multiculturaliste

C’est scandaleux de voir à quel point Patrimoine canadien accorde des subventions à des groupes qui dénigrent le Québec.


L’association West Quebecers a reçu 329 600$ en 2021-2022. Celle-ci a affirmé qu’avec la loi 96, le Québec se nazifiait.


La English Montreal School Board a obtenu 11 797$ en 2020-2022. En 2019, elle a demandé de l’argent au Programme de contestation judiciaire pour contester la loi 21, ce qui était illégal. Elle conteste actuellement les dispositions de la loi 96 qui ont inséré dans la Constitution la reconnaissance du Québec comme nation.


La Canadian Muslim Association a reçu deux millions de dollars en 2021 et 2022. Ce groupe critique la loi 21 et appuie Amira Elghawaby, celle qui vomit quand on évoque les injustices subies par les francophones.


Suprémacistes blancs


Le média Ricochet, auquel Gabriel Nadeau-Dubois a déjà collaboré, a touché 77 709$ en 2021-2022. Il a récemment publié une chronique de Jenn Jefferys. Elle supporte Elghawaby et écrit que la loi 21 constitue du suprémacisme blanc. Porter un hijab ou un turban équivaudrait par ailleurs à avoir une cible dans le dos. Parlant de cible, en 2020, Ehab Lotayef a écrit dans Ricochet que la loi 21 pourrait amener nos policiers à tuer des Juifs, des musulmans et des sikhs.


Le Conseil canadien des femmes musulmanes soutient aussi Elghawaby. Il a reçu 996 552$ pour la période 2020-2024. Il a fait un lien entre l’attentat antimusulman de London et la loi 21. L’organisation a milité contre toute forme d’interdiction du niqab ou de la burqa.


La World Sikh Organization a soutenu la même position lors de l’ancienne loi 62 du gouvernement Couillard, laquelle exigeait que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert. Elle conteste maintenant la loi 21 et a obtenu 72 802$ en 2021-2022. Amnesty International fait la même chose et a touché 26 231$ pour la même période.


L’Association canadienne des libertés civiles a contesté aussi les lois 62 et 21. Elle a reçu 181 344$ pour 2022-2023. Justin Trudeau a aussi nommé à la Cour suprême Mahmud Jamal, l’avocat pro bono du groupe dans ces deux causes.


Le Conseil national des musulmans du Canada, où travaillait Elghawaby, conteste la loi 21, qui serait raciste. Il a encaissé 635 423$ sur une période de six ans.


6,7 millions pour le QCGN


L’organisme juif B'nai Brith Canada s’oppose à la loi 21. Il a laissé entendre qu’avec la loi 96, le Québec allait laisser mourir à l’hôpital des Juifs qui ne parleraient pas français. Ottawa leur a donné 451 695$ en 2021-2022.


Le Quebec Community Groups Network a comparé la loi 96 à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Son ancienne présidente Marlene Jennings a aussi évoqué la ségrégation raciale américaine pour décrire la situation des Anglais du Québec. Cette période de l’histoire américaine a mené au lynchage de 4075 Noirs. Il a obtenu 6 766 297$ en 2021-2022.


Tous ces groupes militent contre la loi 21 et se partagent 9 548 850$. Cela n’a pas empêché Trudeau de soutenir pendant deux ans que son gouvernement ne contestait pas cette loi. Parallèlement, il ne manque jamais une occasion de professer son amour du Québec.


C’est ça, le Canada. On finance en sous-main la haine du Québec tout en disant publiquement aux Québécois qu’on les aime!

 


Featured 65d96e9d8ad13130adc633d7299cf21e

Frédéric Bastien166 articles

  • 71 452

Titulaire d'un doctorat en relations internationales de l'Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, Frédéric Bastien se spécialise dans l'histoire et la politique internationale. Chargé de cours au département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal, il est l'auteur de Relations particulières, la France face au Québec après de Gaulle et collabore avec plusieurs médias tels que l'Agence France Presse, L'actualité, Le Devoir et La Presse à titre de journaliste. Depuis 2004, il poursuit aussi des recherches sur le développement des relations internationales de la Ville de Montréal en plus d'être chercheur affilié à la Chaire Hector-Fabre en histoire du Québec.