Une estimation de 5 milliards par année perdus rien qu'au Québec

La fuite des capitaux: les immigrants envoient des millions à l'étranger

au lieu de le réinvestir dans notre économie

9dd3c610a02ea3d86d9d17cee142d533

Tribune libre

L'un des sujets les plus tabous concernant les désavantages de l'immigration galopante de source tiers-mondiste, c'est le phénomène de la fuite des capitaux par millions de dollars qui sont transférés semaine après semaine dans leurs familles à l'étranger.


Fuites des capitaux : une complicité passive de certains pays riches plombe  les efforts de l'Afrique | Mauriweb

Un cas qu'on vient de me rapporter expliquera le fonctionnement et l'ampleur du phénomène qui nous désavantage.




Un Québécois de souche marié sur le tard avec une immigrante sénégalaise s'est aperçu qu'elle expédiait chaque semaine 100$ de sa paie à sa famille restée dans son pays. Cela fait 5 000$ par année qui quittent le pays et appauvrissent notre économie. Car il serait beaucoup plus normal que cet argent soit réinvesti ici même, dans nos commerces, entreprises et services. C'est la base d'une économie forte qui profite à tous, pas à des étrangers à l'autre bout du monde. Cela devient de l'argent perdu à jamais.

Supposons que 1 million d'immigrants au Québec fassent pareil, cela donne

5 000$  X  1 000 000  =  5 milliards de dollars par année qui s'envolent en fumée

On peut même inférer que la somme hebdomadaire de fonds transférés à l'extérieur du pays dépasse dans bien des cas les 100$ utilisés comme référence. Donc, le nombre de milliards de dollars volatilisés est possiblement encore plus élevé.


Covid-19 : les envois de fonds à la famille se sont avérés plus résilients  que prévu | ONU Info


Les chiffres officiels sont effarants: Les émigrés envoient 435 milliards de dollars par an à leurs pays d'origine


Source: fuite des capitaux




Si une banque était victime d'un piratage informatique et que 5 milliards de dollars disparaissaient subitement de nos comptes, tout le monde pousserait les hauts cris. C'est pourtant exactement la même chose qui se produit lors d'une fuite de capitaux. Si cet argent était dépensé ici comme il se doit, recirculé, c'est dans nos poches qu'il se retrouverait, qu'il resterait.




Mais comment freiner une telle hémorragie monétaire?

Une loi devrait nous protéger de ces pratiques devenues systématiques, pandémiques, car elles nuisent à la santé, à la vitalité de notre économie. C'est chaque Québécois, chaque famille québécoise, chaque commerce, chaque entreprise, qui se retrouvent dépouillés, appauvris par cette fuite des capitaux, ces transferts de fonds à grande échelle.


MONET 2030: Fonds envoyés par des migrants | Office fédéral de la  statistique

Répétons-le: chaque dollar qui n'est pas réinvesti, dépensé ici est un dollar perdu qu'on ne reverra jamais plus. Et ce dollar envolé finit par devenir 1 million, un milliard, puis 5 milliards au bout de l'année.

Brisons enfin le tabou, crevons l'abcès, et lançons le sujet épineux sur la place publique. Pour que l'argent des Québécois profite prioritairement aux Québécois.


Hot' Money's Fast Exit Cools Emerging Markets - Knowledge at Wharton


Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie845 articles

  • 1 457 473

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 845 articles publiés en ligne ont été lus un million 450 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé