Le front uni international a su riposter en faveur de l'Ukraine

Le Canada ne pourra jamais envahir un Québec devenu souverain

Les sanctions internationales l'en empêcheront

57edf2452853b050689cf19a281277c6

Tribune libre

Dans la triste aventure de l'invasion de l'Ukraine par la Russie actuellement en cour, il s'est produit une espèce de petit miracle auquel personne ne se serait attendu: le front uni représentant les pays du monde libre s'est ligué quasi unanimement et en un temps record pour frapper la Russie de sanctions économiques sévères dans le but de lui couper les vivres et de mettre en déroute son fonctionnement interne.



Transposons maintenant la situation ici: dans l'éventualité d'un Québec enfin devenu souverain, le successeur fédéral de Justin Trudeau qui voudra faire son petit Poutine numéro 2 ne pourra en aucune façon nous empêcher de rester un pays démocratiquement libéré, et de vivre enfin débarrassé du joug multiséculaire canadien anglais.



Et si jamais il venait au gouvernement fédéral l'idée malvenue de nous empêcher d'accéder à l'indépendance malgré le droit à l'autodétermination des peuples reconnu par l'ONU, ou de tenter de réannexer le territoire québécois une fois libéré, ils doivent s'attendre désormais à une levée de boucliers internationale et à une désapprobation générale honteuse qui risque de leur coûter fort cher.



C'est là la belle leçon que nous pouvons d'ores et déjà tirer de cette calamiteuse invasion injustifiable d'un pays devenu démocratique comme l'Ukraine.



Tout récemment encore, le gouvernement fédéral semble avoir pris un malin plaisir à activer la loi des mesures de guerre en guise de geste d'intimidation et de puissance, mais opposons-lui le même courage et l'héroïsme dont savent faire preuve le ukrainien face à l'adversité. Nous saurons nous tenir debout et défendre nos droits, forts de l'appui direct de la communauté internationale.



Parmi tant de sanctions efficaces à envisager le cas échéant, le Canada se fera suspendre du système de transfert bancaire Swift et couper l'accès aux comptes des paradis fiscaux des grandes compagnies, l'équivalent de l'argent caché par les oligarques russes. Hydro-Québec pourra menacer de ne plus envoyer un seul kilowatt d'électricité en Ontario qui ne pourrait plus se passer de notre énergie propre. Nous bloquerons la libre circulation de tous les pipe-lines sillonnant notre territoire. La circulation interprovinciale de part et d'autre du Québec sera bloquée. Et comme de raison, nous interdirons la vente de poutine (incluant la variété sauce Vladimir) sur l'ensemble du territoire canadien, ainsi que de sirop d'érable pour les crêpes matinales. C'est eux qui s'en mordront les babines. Ils l'auront voulu.



Fort de l'expérience ukrainienne, le Québec se trouve désormais dans une position avantageuse qui lui permettra de compter sur le soutien inconditionnel de la communauté internationale pour établir sa légitime souveraineté, et surtout lui permettre de la conserver ad vitam aeternam.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie689 articles

  • 1 218 126

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelques 685 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé