Pour un système électoral représentatif

Pourquoi est-ce prioritaire de réformer le mode de scrutin?

François Legault, le premier ministre téflon

Tribune libre

 


 


Le peuple a parlé dans une proportion de 66,1 %. La CAQ formera un gouvernement majoritaire occupant 90 sièges sur 125 , soit 72 % des élus alors qu’elle ne récolte que 41 % des suffrages exprimés. À titre comparatif, le PQ n’a fait élire que 3 députés malgré qu’il ait obtenu 14,6 % des suffrages, et le PLQ obtient 21 députés avec 14,4% des votes exprimés.

En guise de rappel, il m’apparaît pertinent de rappeler certains faits. C’était en mai 2018. Les partis d’opposition, incluant la CAQ, signent une entente appuyant une réforme du mode de scrutin. L’intention est d’avoir un système plus représentatif. La réforme signifierait que le scrutin passerait du mode actuel, majoritaire uninominal à un tour, à un modèle proportionnel mixte compensatoire qui ferait passer le nombre de circonscriptions de 125 à 78. Enfin, 50 sièges compensatoires seraient ajoutés, attribués par régions, et aux partis ayant dépassé, aux élections générales, le seuil minimal de 5 % des suffrages. Or, du côté de François Legault, en fin de campagne, il a de nouveau rejeté la possibilité d’une réforme du mode de scrutin, alléguant que la question n’intéresse que les intellectuels.

Comme on peut le constater facilement au début de ce texte, le mode de scrutin actuel véhicule des aberrations flagrantes, ce qui m’amène à la conclusion qu’il est désuet, et qu’il doit être réformé pour le plus grand bien d’une saine démocratie représentative du nombre de voix exprimés par les électeurs.

En terminant, François Legault, comme il a pris l’habitude de le clamer régulièrement sur tous les toits depuis quatre ans, pourra-t-il sincèrement faire valoir « qu’il a l’appui des Québécois » lorsqu’il présentera un projet de loi alors qu’il n’a récolté que 41 % des suffrages exprimés?...

François Legault, le premier ministre téflon

La plupart des analystes politiques s’entendent pour affirmer que François Legault a mené une campagne plutôt décevante. À cet effet, tout au cours de la campagne, il a donné l’impression qu’il n’avait pas le coeur à répondre aux questions des journalistes lors des points de presse qu’il a accordés. En bref, il semblait trouver le temps long et avoir hâte que la campagne se termine.

Et, comme si ce n’était pas assez, François Legault a multiplié les gaffes, notamment eu égard à l’immigration, d’une part en associant maladroitement l’immigration à la « violence », et d’autre part, en qualifiant d’« incendiaire » l’hypothèse selon laquelle le seuil d’immigration pourrait être élevé au-dessus de 50 000 annuellement. Et, de surcroît, son ministre de l’immigration, Jean Boulet, est venu ajouter de l’huile sur le feu en déclarant que les immigrants ne s’intégraient pas à la culture québécoise.

Eh bien, qu’à cela ne tienne, sondages après sondages, les Québécois continuaient de favoriser largement le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) comme celui, parmi les quatre autres chefs, qu’ils percevaient comme le meilleur premier ministre.

Mais comment peut s’explique ce phénomène à l’effet que rien ne semble ternir la popularité de François Legault quoi qu’il advienne? À mon avis, la raison principale réside dans le fait que François Legault est un politicien franc, qui fait preuve de simplicité et qui n’hésite pas à se rétracter s’il a commis une bévue. Somme toute, un politicien qui demeure à l’écoute des Québécois. En résumé, un premier ministre téflon sur qui les erreurs de parcours semblent n’avoir aucune emprise.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1861 articles

  • 1 259 434

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Jean-Louis Pérez-Martel Répondre

    7 octobre 2022

    En tout modestie et sans prétention de quoi que ce soit…


     


    Voici pourquoi Monsieur François Legault avait promis lors de campagne électorale de 2018 de reformer la Loi sur les élections du mode unipersonnel actuelle (par circonscription) au mode de scrutin à la proportionnelle (méthode D'Hondt)(1) s’il remportait ces élections et son refus catégorique de ne pas faire ladite réforme afin de protéger et renforcer le POUVOIR POLITIQUE DE LA MAJORITÉ DES CANADIENS FRANÇAIS FACE AU POUVOIR COLONISATEUR D’OTTAWA À TRAVERS L’IMMIGRATION EN MASSE ILLÉGALE OU NON EN COMPLICITÉ AVEC LES IMPOSTEURS ET TRAÎTRES AU QUÉBEC CONTRAIRES À CE POUVOIR DES FRANCOPHONES DE SOUCHES :


     


    Monsieur le Premier Ministre du Québec(2)


    M. François Legault,


    Vous considérant un vrai et courageux patriote face au Front commun-gauchiste complice du multiculturalisme étant par sa dynamique sociopolitique et culturelle anti-Canadiens français, je vous pris, Monsieur le Premier Ministre, de continuer à appliquer votre Projet Politique Global nationaliste-patriote, lequel s’échelonnera jusqu’au deuxième mandat gouvernemental (2018-2026). C’est-à-dire, renforcer davantage la Loi 21 sur la laïcité ; la Loi 101 sur la langue ; la Loi 9 sur l’immigration ; ne pas changer l’actuel mode de scrutin d’élection unipersonnel ; obtenir du Pouvoir centraliste d’Ottawa le transfert des impôts payés par les contribuables du Québec (taxes et impôts, soit 58 milliards $ en 2017) ; etc.


    L’action antipatriote de ce Front commun mondialiste axé présentement sur la supercherie du siècle, le réchauffement climatique ainsi que l’expansionnisme du multiculturalisme afin d’arriver à anéantir les nations singulières ayant comme socle socioculturel des valeurs judéo-chrétiennes, lesquelles ont forgé la raison d’être de notre propre existence de vie.


    En exemple ces trois informations parmi tant d’autres :


    L’Islam : son expansionnisme exponentiel en Occident et ses complices antipatriotes...


    La France a des comptes à régler avec la Ligue islamique mondiale


    L'inquiétante organisation tient une conférence à Paris ce mardi


    https://www.causeur.fr/la-france-a-des-comptes-a-regler-avec-la-ligue-islamique-mondiale-165910


    ***


    L’Internationale socialiste et ses mercenaires gouvernementaux vassaux antipatriotes en Occident ont orchestré la supercherie du siècle, le réchauffement climatique, organisant le 12 décembre 2015, l’accord dénommé COP-21, Paris, France


    L’arnaque du réchauffement climatique et de la transition écolo


    https://arretsurinfo.ch/larnaque-du-rechauffement-climatique-et-de-la-transition-ecolo/


    ***


    COMMENT AL QAEDA ÉTAIT FINANCÉ PAR L’ESCROQUERIE DU SIÈCLE


    Le marché du carbone finance les mafias politiques et le terrorisme*


    La Bourse de carbone de Trudeau-Couillard, à quoi servira-t-elle ?


    https://vigile.quebec/articles/le-marche-du-carbone-finance-les-mafias-politiques-et-le-terrorisme


    ***


    Bien vôtre,


    Jean-Louis Perez-Martel


    _________________


     


    1. Le mode de scrutin proportionnel plurinominal (également appelé représentation proportionnelle à scrutin de liste, RPSL) est un système électoral où le nombre de sièges à pourvoir est partagé en fonction du nombre de voix recueillies. Pour plus de détail, veuillez consulter : Scrutin proportionnel plurinominal


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Scrutin_proportionnel_plurinominal


     


    2. Par souci de confidentialité je ne dévoilerai pas la correspondance tenue avec François Legault, le Premier Ministre du Québec


  • Normand Bélair Répondre

    5 octobre 2022

    Dans un système fédéral actuel, il n'est pasa souhaitable pour notre peuple de passer à ce mode de scrutin. Il va avoir tellement de petits partis, plus rien ne se fera...même pas un vote pour savoir ce que sera la question lors d'un référendum. Trop dangeureux.