Ça s’est passé le 6 juillet 2013

Lac-Mégantic : la voie de contournement se fait toujours attendre…

Une fierté nommée Félix Auger-Aliassime

6b68b2d17ebaedfef40257bd409ee022

Tribune libre

 


 


Même si nous n’en sommes qu’aux quarts de finale des internationaux de Wimbledon, le tennisman québécois de 20 ans Félix Auger-Aliassime a réussi l’un des plus grands exploits de l’histoire du tennis au Canada en se qualifiant pour participer à la ronde des quarts de finale du Grand Chelem. Son talent exceptionnel, notamment au niveau de son service électrisant, et sa détermination sans borne sont parvenus à sortir l’Allemand Alexander Zverev, quatrième tête de série, 6-4, 7-6 , 3-6, 3-6, 6-4.

« C’est un rêve qui se réalise, c’est incroyable. Quand vous êtes jeune, vous rêvez à des moments comme ceux-là. Je suis un gars “normal” de Montréal, Canada, et me voici, court numéro 1, rempli à craquer, Wimbledon. Certainement la plus belle victoire de ma vie jusqu’à maintenant », s’est-il exclamé après le duel.

En guise de rappel, Auger-Aliassime a commencé à concourir sur le circuit professionnel à un jeune âge. Sur le deuxième niveau de l’association de tennis professionnel (ATP), il est le plus jeune joueur à gagner un match du tableau principal à 14 ans, et est l’un des sept joueurs à remporter un titre Challenger à l’âge de 16 ans . Il est de plus le plus jeune joueur classé dans le top 20 par l’ATP, et a un classement record en carrière de n ° 17 dans le monde. Enfin il compte à son actif huit finalistes en simple et un titre en double sur l’ATP Tour.

Tous les espoirs sont permis pour Félix Auger-Aliassime dont la jeune carrière laisse déjà présager les plus grands exploits. On ne peut qu’éprouver une grande fierté envers le prodige québécois qui est devenu en peu de temps l’idole et l’inspiration de bien des jeunes joueurs de tennis au Québec.

Une fierté nommée Félix Auger-Aliassime

Même si nous n’en sommes qu’aux quarts de finale des internationaux de Wimbledon, le tennisman québécois de 20 ans Félix Auger-Aliassime a réussi l’un des plus grands exploits de l’histoire du tennis au Canada en se qualifiant pour participer à la ronde des quarts de finale du Grand Chelem. Son talent exceptionnel, notamment au niveau de son service électrisant, et sa détermination sans borne sont parvenus à sortir l’Allemand Alexander Zverev, quatrième tête de série, 6-4, 7-6 , 3-6, 3-6, 6-4.

« C’est un rêve qui se réalise, c’est incroyable. Quand vous êtes jeune, vous rêvez à des moments comme ceux-là. Je suis un gars “normal” de Montréal, Canada, et me voici, court numéro 1, rempli à craquer, Wimbledon. Certainement la plus belle victoire de ma vie jusqu’à maintenant », s’est-il exclamé après le duel.

En guise de rappel, Auger-Aliassime a commencé à concourir sur le circuit professionnel à un jeune âge. Sur le deuxième niveau de l’association de tennis professionnel (ATP), il est le plus jeune joueur à gagner un match du tableau principal à 14 ans, et est l’un des sept joueurs à remporter un titre Challenger à l’âge de 16 ans . Il est de plus le plus jeune joueur classé dans le top 20 par l’ATP, et a un classement record en carrière de n ° 17 dans le monde. Enfin il compte à son actif huit finalistes en simple et un titre en double sur l’ATP Tour.

Tous les espoirs sont permis pour Félix Auger-Aliassime dont la jeune carrière laisse déjà présager les plus grands exploits. On ne peut qu’éprouver une grande fierté envers le prodige québécois qui est devenu en peu de temps l’idole et l’inspiration de bien des jeunes joueurs de tennis au Québec.


Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1607 articles

  • 1 135 634

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé