Une meilleure solution que l'immigration sans intégration

Moins d'immigrants permanents, plus de travailleurs étrangers temporaires

Grâce à des contrats de durée limitée

Fa830020f497d0f73bad3367bbeda0a8

Tribune libre

Le Québec fait actuellement face à un grave problème lié au fait qu'il accueille beaucoup plus d'immigrants qu'il ne peut en intégrer. Tout le monde s'entend là-dessus. L'affaiblissement du français, l'exode du centre-ville de la métropole où les immigrants se concentrent, sont les signes les plus révélateurs de cette fâcheuse tendance qui, par ailleurs, nuit au maintien d'une identité collective fidèle à nos origines, une priorité vitale pour notre survie en terre d'Amérique.



Pour pallier à la pénurie de main-d'oeuvre dans certains domaines ciblés, il existe pourtant une solution pratique moins dommageable que l'immigration permanente de non-intégrables.


Cette solution consiste à remplacer les immigrants permanents par des travailleurs étrangers temporaires liés par un contrat d'une durée limitée.



On a besoin d'un soudeur, d'un vidangeur, d'un préposé aux soins, d'accord. On les fait venir après un strict processus de sélection, mais uniquement pour une durée limitée, 6 mois, 1 an, 2 ans, pas plus.


Ce sera une solution plus économique aussi, car ces travailleurs ne monteront pas dans l'échelle salariale et n'auront pas droit aux avantages sociaux comme les régimes de pensions et les vacances payées, les soins dentaires, ni même l'assurance-santé (ils devront avoir la leur) ou l'assurance-emploi.



Nous pourrons les garder au salaire minimum de l'emploi, ce qui, rappelons-le, représente quand même pour eux le pactole, correspondant de 10 à 25 fois le salaire gagné chez eux. Qu'ils nous soient reconnaissants qu'on leur accorde généreusement une année entière de ce traitement de faveur-là.


J'ai lu qu'un certain programme fédéral accorde 14$ de l'heure aux travailleurs étrangers. C'est plus que généreux. Le concept du salaire mininum ne devrait pas s'appliquer puisque ce sont des étrangers. Même en les payant 6$, 8$, 10$ l'heure, ils seraient gagnants et avantagés.



Le même travailleur pourra se représenter aux 4 ou 5 ans.


En revanche, il ne pourra jamais demander la permanence au pays. Il sera toujours considéré comme un étranger qui doit le rester.



Un second avantage important: au bout de chaque contrat, on vérifie si un Québécois est maintenant disponible pour occuper le poste et on le lui accorde alors automatiquement. Cela permettra d'atteindre le plein emploi de la population native.



L'important, c'est de voir à ce que les étrangers soient rapidement remplacés à la fin de leur contrat par d'autres travailleurs équivalents et abondants, pour éviter l'incrustation nuisible et les ingérables problèmes sociaux engendrés par la sur-immigration, problèmes qui se voient grossis par 100 lorsqu'on a affaire à des ressortissants du tiers-monde sous-développé non seulement économiquement, mais aussi mentalement, moralement et socialement, et qui se mettent à répandre viralement tout leur retard ici.



Lorsqu'on pense aux travailleurs saisonniers en agriculture, il ne viendrait à l'idée de personne de faire de ces pauvres paysans mexicains sans instruction des centaines de milliers de nouveaux résidents permanents au Québec. On n'est pas dans la pampa mexicaine à je ce que sache! Et ce ne serait pas dans notre intérêt de se mettre à y ressembler le moindrement. Autrement, cela correspondrait à une opération d'envahissement pur et simple, comme tous ces autres latinos qui traversent illégalement la frontière américaine par milliers.



Le système des travailleurs saisonniers étrangers temporaires fonctionne très bien. Il s'agirait simplement de l'appliquer sur une plus grande échelle, dans plus de catégories d'emplois.


Et nous trouverons toujours preneurs, du simple fait du salaire élevé offert comparé au leur.



En procédant ainsi, il deviendra possible de protéger l'identité culturelle collective des Québécois des méfaits de la diversité, de la nocivité du multiculturalisme, de l'ajout de cultures potentiellement conflictuelles et incompatibles, de l'ensauvagement des moeurs de la société qui pâtirait de leur présence dérangeante et de leur accroissement indiscriminé.


Dans un pays occidental comme le nôtre, seuls d'autres Occidentaux sont suffisamment rapprochés de notre profil général pour pouvoir s'intégrer rapidement et se fondre harmonieusement dans le paysage collectif sans détonner outre mesure.



Le Québec doit rester à l'image du peuple qui l'a fondé et bâti.


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie590 articles

  • 1 114 710

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 585 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé une réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    9 mai 2021

    Le premier ministre François Legault est conscient du problème causé par l'immigration indiscriminée, qui trop souvent aggrave les problèmes plutôt que de les régler.


    Il déclarait récemment qu’« à chaque fois que je rentre un immigrant qui gagne moins de 56 000 $, j’empire mon problème ».


    L'accroissement aveugle des immigrants tiers-mondistes est une plaie universelle. De plus en plus de citoyens en sont conscients, incluant plusieurs de nos élus qui se donnent la peine de réfléchir à la question et de s'y opposer.


    Une piste de solution est d'accorder aux étrangers des contrats de travail d'une durée limité dans le temps pour éviter l'immigration permanente qui nuit plus qu'elle n'aide à la cohésion sociale et au maintien d'une identité collective forte et homogène.