Éducation

Regard sur le plan de rattrapage du ministre Drainville

Diagnostic (suite)

Tribune libre

Le défi auquel devait faire face le ministre de l’Éducation, Bernard Drainville, eu égard aux effets collatéraux des grèves des enseignants du secteur public, notamment au chapitre du rattrapage scolaire, était pour le moins colossal. Dans un premier temps, il est utile de spécifier que, dans les écoles représentées par le personnel du Front commun, les élèves ont manqué un total de 8 jours répartis sur plusieurs semaines, alors que la Fédération autonome de l’enseignement était en grève générale illimitée depuis le 23 novembre 2023, soit pendant 22 jours de classe sur un calendrier scolaire de 180 jours.

En ce qui a trait au plan de rattrapage du ministre Drainville, il répond à la flexibilité tant exigée du gouvernement de la part des syndicats durant les négociations. Une flexibilité sous l’angle du volontariat. De ce fait, les élèves qui le désirent pourront assister à des périodes de récupération pendant la semaine de relâche, à des mesures de tutorat et à des cours d’été gratuits, lesquels seront offerts par des enseignants consentant à les offrir moyennant une rémunération substantielle.

Toutefois, de mémoire, je me souviens qu’en tant qu’enseignant, lorsque j’offrais des périodes de récupération, y participaient en majorité des élèves qui avaient de bons résultats alors que ceux qui éprouvaient des difficulté brillaient par leur absence. Dans ces circonstances, en vertu du volontariat, la collaboration des parents sera essentielle eu égard à la présence de leur jeune à ces périodes de récupération, à défaut de quoi cette récupération risque de se transformer en coup d’épée dans l’eau pour les élèves en difficulté. Le même scénario risque de se reproduire pour la récupération offerte aux heures du dîner et après les cours de la journée.

En termes clairs, en théorie, le volontariat incarne une stratégie porteuse de succès. Or, en pratique, elle risque de souffrir d’angélisme auprès des élèves en difficulté qui se retrouvent souvent en manque de motivation à la suite de nombreux échecs à répétition. Les enseignants arriveront-il à trouver la motivation nécessaire chez ces élèves? Là est toute la question...

Diagnostic (suite)

Lorsque j’ai appris mon diagnostic de cancer incurable le 20 février 2022, le médecin prévoyait une durée de vie de 18 à 24 mois. L’échéance arrive bientôt à terme, soit le 20 février 2024. Pour l’instant, je suis encore autonome quoique affaibli. Mes traitements devraient prendre fin prochainement. Je subis souvent des pertes d’équilibre et des étourdissements si bien que la canne fait partie maintenant de ma vie. Ma concentration et ma mémoire diminuent. J’éprouve souvent des nausées et des douleurs au ventre. Je suis encore capable d’écrire mais je cherche souvent mes mots.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2028 articles

  • 1 417 164

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Henri Marineau Répondre

    13 janvier 2024

    Merci pour votre belle complicité eu égard à mon état de santé!


  • François Champoux Répondre

    12 janvier 2024

    12 janvier 2024



    Toujours un merci de votre réflexion qui nous éclaire sur l’état de grande pénibilité au ministère de l’Éducation. Dire qu’au ministère de la Santé cette pénibilité est encore pire!



    Je pense que vous confirmez que depuis trop longtemps un manque flagrant de respect mutuel envenime les relations professionnelles de tout un chacun, faisant en sorte que les enfants sont laissés pour compte. Les plus doués s’en sortent bien et les moins chanceux demeurent sur la touche. Il faudra une révolution pour améliorer le tout; pas une réforme; une révolution. Ce sera plus douloureux, mais finalement, il y aura vraiment un changement bénéfique pour la jeunesse qui sera prise en charge par des adultes matures qui voudront le bien des jeunes: leur apprentissage des choses de la vie et des connaissances afin qu’ils sortent de leur ignorance.



    Considérant votre santé; je lis actuellement un auteur que j’ai découvert tout simplement par hasard: Jean-Paul Simard, L’autre voie de guérison; voir au-delà de la souffrance et de la maladie». Ce n’est pas un divin ni un devin, mais il écrit bien et est très plausible dans ses explications. 



    Bon rétablissement, bon cheminement.



    François Champoux, Trois-Rivières