L’impatient

Pour choisir ce second scénario, il aurait fallu deux choses. Être un joueur d’équipe. Patienter 18 mois.

"le départ de Pauline Marois coulait évidemment de source" - n'est-ce pas le cas déjà, et il se passe quoi?...


Entre la dinde de Noël et le galette des Rois, Gilles Duceppe a pris une décision très importante: refaire de la politique. Remis de son échec du 2 mai, ayant fait le tour du jardin des possibles, il a fait la paix avec sa réalité. Il n’a qu’un métier, noble et exigeant: politicien. Puis il a tiré une seconde conclusion, essentielle: il avait encore l’énergie de donner à la chose politique plusieurs années de sa vie.
Restait à déterminer comment il allait déployer son activité politique. Il avait à sa disposition deux séries de chiffres.
Le scénario #1: la soustraction
La première série — des sondages publics — lui indiquait que s’il remplaçait Pauline Marois à la tête du PQ, il avait de bonnes chances, du moins au point de départ, de conduire le parti à la victoire électorale.
Évidemment, pour y arriver, il faudrait se battre, diviser les troupes dans un putsch, peut-être une course au leadership, perdre des députés et des militants pro-Marois. Et perdre Pauline Marois, évidemment.
Le scénario #2: l’addition
La seconde série de chiffres lui disait autre chose: que s’il acceptait de venir appuyer Pauline Marois au sein du Parti québécois, son arrivée enverrait un signal de rassemblement tel que le tandem Marois-Duceppe aurait de bonnes chances, du moins au point de départ, de conduire le parti à la victoire électorale.
Dans ce scénario: aucun putsch, aucune remise en cause des orientations déjà adoptées par les militants, aucune course au leadership. Aucune démission causée par cette arrivée, au contraire.
Ce second scénario comportait, implicitement, un second volet capital. Si le bon soldat Duceppe aidait, par sa présence et son action, à la remontée du PQ mais que cela n’était pas suffisant pour que le parti forme le gouvernement, le départ de Pauline Marois coulait évidemment de source, et la candidature de Duceppe à sa succession également.
Pour choisir ce second scénario, il aurait fallu deux choses. Être un joueur d’équipe. Patienter 18 mois.

Squared

Jean-François Lisée297 articles

  • 180 143

Ministre des relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur.

Il fut pendant 5 ans conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard et un des architectes de la stratégie référendaire qui mena le Québec à moins de 1% de la souveraineté en 1995. Il a écrit plusieurs livres sur la politique québécoise, dont Le Tricheur, sur Robert Bourassa et Dans l’œil de l’aigle, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste, qui lui valut la plus haute distinction littéraire canadienne. En 2000, il publiait Sortie de secours – comment échapper au déclin du Québec qui provoqua un important débat sur la situation et l’avenir politique du Québec. Pendant près de 20 ans il fut journaliste, correspondant à Paris et à Washington pour des médias québécois et français.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé