Pour la représentativité québécoise dans notre sport national

Pour une équipe nationale de hockey du Québec

Si François pouvait…

Tribune libre

Depuis quelques décennies maintenant, les joueurs québécois portant les couleurs du Canadien de Montréal se font de plus en plus rarissimes. Et pourtant, au rythme où sont repêchés des juniors québécois de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) par les équipes de la LNH, j’ai l’impression que les dirigeants du Tricolore ont des préjugés défavorables envers les joueurs du Québec.

Quoi qu’il en soit, je suis d’avis que le temps est venu de créer une équipe nationale de hockey du Québec qui pourrait, entre autres, se mesurer à Équipe Canada lors des compétitions internationales. La LHJMQ foisonne de talents et, avec une bonne équipe de dirigeants québécois, je suis convaincu qu’une équipe nationale du Québec compétitionnerait avantageusement contre tous les pays européens de même que les Américains.

Le hockey a toujours été le sport national du Québec. De Maurice Richard à Jean Béliveau en passant par Guy Lafleur, de Georges Vézina à Patrick Roy en passant par Jacques Plante, plusieurs Québécois ont laissé leur marque au Temple de la renommée du hockey.

Le fleurdelisé doit afficher ses lettres de noblesse parmi les équipes représentées sur la scène internationale du hockey. À ce sujet, le premier ministre du Québec se targue à tout vent d’être un fervent amateur de hockey. Alors, M. Legault, vous devez lancer l’idée de la création d’une équipe nationale de hockey du Québec... Ce serait un legs exceptionnel laissé aux Québécois au cours de votre passage à titre de premier ministre du Québec!

Si François pouvait…

Avant de prononcer la bénédiction «Urbi et Orbi» devant 70 000 fidèles massés sur la place Saint-Pierre de Rome, le pape François s'est attaqué vivement à la guerre en Ukraine qu’il a qualifiée d’« insensée. »

«Que le Seigneur éclaire l'esprit de ceux qui ont le pouvoir de faire taire les armes et de mettre fin immédiatement à cette guerre insensée !», a clamé le souverain pontife, Le pape s'est livré comme à son habitude à un tour d'horizon des conflits, citant 10 pays touchés par les violences ou les tensions, qu'il a décrits comme des «théâtres d’une troisième guerre mondiale».

Parmi eux, l'Afghanistan, le conflit israélo-palestinien, le Yémen, la Syrie, la Birmanie, mais aussi le Liban en proie à une crise économique et sociale inédite, et Haïti où plus de 1,400 personnes ont été tuées dans les violences cette année selon l'ONU. Pour la première fois, le pape a aussi cité l'Iran, touché par une vague de contestation sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979.

Loin de moi l’idée de plonger dans un discours sur le bien-fondé de la foi chrétienne. Toutefois, permettez-moi de douter que tous les Poutine de ce monde seront sensibles aux paroles de paix du pape François, et qu’ils vont de facto mettre fin à leur soif du pouvoir par tous les moyens y compris les tueries barbares de millions de femmes et d’enfants innocents. Ah! Si François pouvait «faire taire les armes» en Ukraine!


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1892 articles

  • 1 276 744

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Yves Capuano Répondre

    26 janvier 2023

    Une équipe nationale de hockey du Québec devrait exister depuis toujours. Le hockey a été inventé officiellement au Québec à l'université McGill en 1875. Le premier ministre Legault refuse honteusement de supporter la demande de la fondation Équipe-Québec. Il est incompréhensible qu'un politicien se disant nationaliste et ayant été indépendantiste dans le passé soit contre la création d'une telle équiupe nationale...


  • Réjean Labrie Répondre

    15 janvier 2023

    Quelle belle suggestion que voilà M. Marineau.


    Le Québec devrait posséder son équipe nationale dans tous les sports qui le représenterait à l'international.


    Aux Jeux olympiques, les athlètes québécois devraient pouvoir arborer le drapeau du Québec sur leur dossard, en plus de celui du Canada.