J.O. de Tokyo

Achetez local, qu’ils disent!

Le cas Logan Mailloux

Edb9ef7743e31a66ee3e7ba36489a734

Tribune libre

Hormis les uniformes que porteront les quelque 370 athlètes canadiens pendant les cérémonies au Japon qui ont été confectionnés au Canada, la collection de vêtements olympiques canadiens, distribués et vendus à travers le pays dans les magasins La Baie, est le produit de manufacturiers de Chine, du Cambodge et du Mexique.




Interrogé sur les raisons qui ont justifié sa décision de faire fabriquer ses vêtements à l’étranger, La Baie répond avoir voulu ainsi s’assurer « d’offrir un prix accessible à tous les Canadiens ». Un argument que rejette complètement l’industrie, soutenant que plusieurs études ont démontré qu’une fois les transports, les taxes, et les impôts ajoutés, il est plus rentable de recourir à la force manufacturière canadienne.




Or, une simple visite du magasin phare de La Baie, rue Sainte-Catherine à Montréal, nous permet de découvrir le pot aux roses. En effet, les vestes et pantalons de jeans sont faits au Mexique, les t-shirts sont fabriqués au Cambodge, et la plupart des autres articles, tels les coupe-vent, les casquettes et les foulards proviennent de Chine.




Conséquemment je ne peux qu’appuyer le directeur général de l’Association de l’industrie textile canadienne, Jacek Mlynarek, lorsqu’il lance que « c’est un manque total de respect envers notre industrie et l’économie de ce pays que tous devraient dénoncer. »… Achetez local, qu’ils disent! Quelle farce!

Le cas Logan Mailloux

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le repêchage de Logan Mailloux comme premier choix du Canadien de Montréal (CH) suscite son lot de critiques de la part tant des organismes qui luttent contre la violence sexuelle que des milieux sportif et politique.

Rappelons les faits : en décembre 2020, alors qu’il évoluait au sein du hockey mineur, en Suède, Logan Mailloux a été condamné pour avoir envoyé à ses amis une photo de sa partenaire sexuelle pendant leurs ébats sans le consentement de la jeune femme. Or, comme il était encore mineur à l’époque, le choix de premier tour du CH s’en est tiré avec une amende de moins de 2000 $.

Parmi les nombreux commentaires, je retiens celui de la cofondatrice du mouvement « Québec contre les violences sexuelles », Mélanie Lemay, qui croit que cette décision assumée par Marc Bergevin survient beaucoup trop tôt après les faits pour qu’il y ait eu un réel cheminement de la part du jeune Logan Mailloux.

De son côté, le choix de premier tour du CH avait formellement demandé aux 32 équipes de la Ligue nationale de hockey de l’ignorer au repêchage estimant ne pas avoir démontré assez de maturité pour mériter cet honneur et souhaitant utiliser la prochaine saison pour démontrer le cheminement parcouru en ce sens. Or, de toute évidence, le CH a décidé de faire fi de cette demande.

Quel sort les partisans du Tricolore réserveront-ils à Logan Mailloux? Comment son passé influencera-t-il sa performance sur la patinoire? Jusqu’o;u ira la patience de Marc Bergevin eu égard à sa jeune recrue? Des questions qui risquent d’être soulevées rapidement en début de saison… Les réponses viendront tout aussi tôt!


Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1638 articles

  • 1 148 100

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com